VENTE AUX ENCHERES DE LIVRES D'OCCASIONS : VENTE D'UNE COLLECTION DE LIVRES SUR LA REGION BOURGOGNE - NIVERNAIS - MORVAN

Livres d'occasion
Chambres d'hôtes
Nievre Saone-et-Loire
Locations saisonnières
Nievre Saone-et-Loire
Gestion des locations  : Planning, service gratuit
Cartes postales
71 58

Ci-dessous : Consultez le catalogue de la vente

Une somptueuse collection qui nous fait bien envie !

Bonne enchères à ceux qui auront la chance de pouvoir se rendre à cette superbe vente de livres !


1


Samedi 20 mai 2006 à 14 heures


BOURGOGNE – NIVERNAIS – MORVAN


Bibliothèque de M. Jacques Derymacker (Première partie.)


Exposition au public : Jeudi 18 mai de 14 h. à 18 h.

Vendredi 19 mai de 10 h. à 12 h. et de 14 h. à 18 h.

Samedi 20 mai de 10 h. à 12 h.


Expert : Gérard Oberlé

assisté par Tristan Pimpaneau


Librairie du Manoir de Pron

F-58340-Montigny sur Canne

Tel : 03 86 50 05 22 – Fax : 03 86 50 06 16 - pron.livres@wanadoo.fr





Des origines morvandelles m’ont amené à m’intéresser au Morvan. Pendant près de trente ans, j’ai recherché avec patience et curiosité les livres, manuscrits et documents concernant cette région, et plus largement le Nivernais, l’Yonne, la Saône-et-Loire et la Bourgogne, car le Morvan ne se soucie point des frontières départementales. Ses forêts, villages et vallées en couvrent quatre.

Je me suis intéressé à tous les aspects de la région : monographies de villes et villages, histoire et coutumes locales, mœurs et traditions, forêts et flottage, agriculture, nourrices, toutes activités prospères jusqu’au début du XXème siècle. J’y ai ajouté les œuvres littéraires des auteurs nivernais et bourguignons et les revues locales.

“ On a besoin, arrivé au sommet de la civilisation moderne, de revoir ce passé qu’on ne distingue plus que confusément à travers les brumes du temps ; on a besoin de savoir ce qu’étaient autrefois ces nationalités fractionnaires qui constituaient chaque province, leurs coutumes, leur législation spéciale, la vie dont chacune d’elle vivait, avant de se fondre dans cette puissante unité, dans ce tout homogène qui fait de la France une nation grande et forte. ” disait A. Duvivier dans sa préface aux Archives de Nevers ou Inventaire historique des titres de la ville par Parmentier.

Comme de nombreux collectionneurs d’ouvrages régionalistes, je n’ai, à mes débuts, recherché les livres que pour leur contenu historique, littéraire ou géographique. Mais, petit à petit, grâce à la rencontre de libraires spécialisés et à la lecture de leurs catalogues, je suis devenu bibliophile. Dès lors, j’ai acquis des ouvrages anciens rares, des manuscrits, des exemplaires de choix, des provenances célèbres. Privilégiant le plaisir de la lecture, j'ai recherché avant tout à préserver le livre dans son usage traditionnel. Ainsi la majorité de ces ouvrages, même récents, sont reliés. Afin d’assurer une cohérence à l’ensemble, j’ai confié les livres brochés ainsi que la restauration de certains volumes à un seul relieur, M. Jean-Paul Laurenchet.

Cette bibliothèque renferme plus de 2000 titres. Faute d’un successeur pour en prendre soin et continuer la collection, j’ai décidé de m’en séparer. J’ai demandé à M. Gérard Oberlé d’en organiser la vente. Nivernais d’adoption depuis trente ans, amoureux du Morvan, cet expert avait précédemment dispersé plusieurs autres bibliothèques nivernaises, celle du Dr. Dupont en 1988, celle de Raymond Clavreuil en 1990 entre autres.

Puissent mes volumes faire le bonheur de mes amis bibliophiles ou attirer de nouveaux collectionneurs.


Jacques Derymacker.



ABORD (Alexandre).

  1. La médecine populaire et les pratiques superstitieuses du Morvan. Thèse pour le doctorat en médecine présentée et soutenue le Jeudi 10 Février 1910.

Paris, Jouve, 1910 ; plaquette in-8, brochée, couverture imprimée.

80/100

60 pp.

ÉDITION ORIGINALE de cette thèse très rare, soutenue devant un jury présidé par M. Gilbert-Ballet. Les préjugés populaires en médecine, Les rebouteurs, Les guérisseurs, les remèdes de bonne femme, Les superstitions médicales, les charmeurs, Les saints guérisseurs et les pèlerinages, Le culte des eaux. Suit une bibliographie.

ALIGNY (Théodore Caruelle d’)

Peintre d’histoire, de compositions à personnages, de sujets religieux, graveur et dessinateur, Théodore d’Aligny est né en 1798 à Chaumes (Nièvre). Élève de Regnault et de Watelet, il séjourne à Rome où il fréquente les peintres lyonnais Orsel, Bonnefond et Vibert ainsi que Corot à qui il donne des conseils. Aligny expose aux salons de 1831, 1837, 1842 et 1846, c’est à cette dernière exposition que Baudelaire remarque ses paysages dont il écrit : “ Harmonieux poèmes de pierre (qui) allaient très bien au talent sérieux et idéaliste de M. Aligny… ” En 1860, d’Aligny est nommé directeur de l’École des Beaux-Arts de Lyon, poste qu’il occupe jusqu’à sa mort en 1863.

  1. Baptême de Jésus. Dessin original à la mine de plomb (24,5 x 29,5 cm.) sur papier calque collé sur papier à dessin, portant deux fois le cachet rouge du peintre.

100/150

Il s’agit sans doute d’un croquis préparatoire pour une peinture destinée à une église.

ANFRAY (Marcel).

Professeur d’histoire au lycée de Nevers en 1938, puis professeur d’histoire de l’art à Strasbourg.

  1. L’architecture religieuse du Nivernais au Moyen Âge. Les églises romanes.

Paris, Picard, 1951 ; in-4, demi-chagrin bronze, dos à nerfs orné de fleurons dorés, couverture et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

250/300

326 pp., 51 gravures in-texte, 1 f., 60 planches hors-texte et 1 carte dépliante.

ÉDITION ORIGINALE. Dans un premier chapitre, l’auteur étudie les données historiques et géographiques du Nivernais dont il délimite les contours, la qualité des matériaux, montre l’importance des routes de pèlerinage, les rapports politiques et religieux avec les régions voisines, et particulièrement la Bourgogne, l’influence des abbayes de Cluny et de Vézelay. Il analyse ensuite les caractères des édifices de tout premier ordre : Saint-Etienne de Nevers, Sainte-Croix de la Charité, Saint-Martin de Nevers et Sainte-Eugénie de Varzy. Après un chapitre sur les églises à collatéraux, l’ouvrage se termine par deux chapitres sur la sculpture romane en Nivernais. Préface de Marcel Aubert, bibliographie.

Bel exemplaire bien relié.

  1. La cathédrale de Nevers et les églises gothiques du Nivernais.

Paris, Picard, 1964 ; in-4 demi-chagrin bronze, dos à nerfs orné de fleurons dorés, couverture et dos conservés (Lobstein – Laurenchet).

150/200

1 f., 270 pages illustrées de 60 figures dans le texte, 64 planches hors texte, une carte, 1 f (justificatif du tirage).

Cette étude fait suite à celle consacrée aux églises romanes. Alors que les églises romanes sont localisées surtout dans le sud du département, les églises gothiques se rencontrent plutôt dans les arrondissements de Cosne et de Clamecy.

Outre la cathédrale de Nevers, on trouve des études importantes sur Saint-Martin de Clamecy, Saint-Pierre de Varzy, Saint-Marcel de Prémery, dans la vallée de la Cure sur les églises de Bazoches, Moux, Alligny-en-Morvan, Saint-Martin-du-Puy, Brassy, sur la Chartreuse du Val-Saint-Georges, dans la vallée de l’Yonne sur les églises d’Entrains, d’Anthien, de Chitry-les-Mines, de Surgy, de La Chapelle-Saint-André, d’Asnois, sur la chapelle de Béthléem de Clamecy. Bel exemplaire bien relié.

ARNOUX (Claude).

Claude Arnoux (1695-1770) était prêtre à Beaune. Il s’installa à Londres pour y enseigner le latin et le français et, accessoirement, pour y vendre les vins de sa Bourgogne natale.

  1. Dissertation sur la situation, de Bourgogne, sur les vins qu’elle produit, sur la manière de cultiver les Vignes, de faire le Vin, et de l’éprouver ; sur les qualitez, finesse, couleur, et durée des différens Vins que produit la coe de Beaune avec le nom de tous les bons coteaux gravés exactement dans une carte Géographique des Collines de la haute Bourgogne ; sur la facilité d’avoir de ces Vins, à qui il faut s’adresser pour cela, deux moyens pour les faire venir à Londres sans altération et a bon marché, le tout précédé d’une Ode Latine qui fait l’éloge du Vin de Volnet adressée a un des plus scavants Hommes de l’Europe, avec la Copie de la Lettre que ce scavant envoya à l’Auteur de cette Ode et de cette Dissertation. Par M. Arnoux, Précepteur de Mss. les Fils de J. Freeman, Esq.

À Londres, Imprimé chez Samuel Jallasson, et se vend chez P. du Noyer, à la Tête d’Erasme, et chez N. Prevost, vis à vis Southampton-Street dans le Strand. 1728 ; petit in-8, demi-veau fauve. (Laurenchet.)

15000/20000

55 pp. et grande carte dépliante gravée.

ÉDITION ORIGINALE UNIQUE ET INTROUVABLE.

Ce livre mythique n’est cité dans aucune bibliographie, hormis Simon gastronomica 139. Seuls deux exemplaires figurent dans des collections connues en dehors de celui-ci, celui de D. Morette ayant servi à la réimpression à 150 ex. que ce dernier donna en 1978 et l’exemplaire Chwartz Vente Chwartz n°39.

La Situation de la Bourgogne de 1728 n’est pas seulement la relation la plus claire et la plus concise sur les vins et techniques vinicoles de son temps, mais encore la première tentative de vente directe en permettant aux consommateurs anglais d’entrer en relation avec les commissionnaires Beaunois. (Johnson p. 272).

Après un coup d’œil sur les villes de Beaune et d’Autun (où il a habité) Arnoux décrit sa Bourgogne comme un paradis giboyeux, où les sources sont claires, le pain et les fruits excellents. Brossant un tableau, et une carte dessinée de Côtes et des Arrières-Côtes, il fixe l’excellence des crus entre Chambertin et Chagny. S’ensuivent trois dissertations définissant les qualités des différents Climats : Vins de Primeur (Volnay, Pommard, La Commareine, Aloxe, Pernand, Chassagne : “ un des plus grands vins du monde ”, Savigny, Auxey) ; Vins de Garde (Nuits, “ Louis XIV ne buvait pas d’autre vin ”, Vougeot, Chambertin : le plus considéraable vin de toute la Bourgogne) ; Vins Blancs (Meursault, Puligny, Montrachet : “ le vin blanc le plus délicieux de France ”)… Le principal intérêt de cette relation réside dans la description, pittoresque et pleine d’observations diverses qui ne se trouvent que là, des travaux du vignoble en toutes saisons et dans les conditions particulières à ce pays. De nombreux détails curieux concernent : le pèlerinage de Saint Reverien contre la sécheresse ; l’usage des cloches chassant les orages ; le provignage ; l’ordre des vendanges : Volnay puis Pommard, puis Beaune ; les cépages et la vinification ; les méthodes des Courtiers-Gourmets essayant les cuvées ; le commerce des vins…

Ce petit livre est écrit par un connaisseur qui a très bien suivi le sens du travail de la vigne et du vin dans son pays.

C’est la PREMIÈRE DESCRIPTION COMPLÈTE DES CÔTES DE BOURGOGNE, indiquant déjà la façon de boire les vins, comment les faire voyager, et les prix. Rédigé juste à l’époque où se fondait à Beaune les premières maisons de “ Commissaires des vins ” (Gombault, Milon, Lopin), ce manuel intelligent ne peut laisser indifférent un Bourguignon ; l’amateur de vins lira avec plaisir cette relation de voyage dans le temps et dans les vignes.

  1. [AUTUN.] Crucifix miraculeux de l’abbaye de Saint Martin d’Autun.

Gravure sur bois, (fin XVIIIème siècle), (24 x 37 cm.)

100/150

RARE GRAVURE POPULAIRE montrant le crucifix accompagné d’un texte imprimé qui raconte un phénomène de lévitation miraculeux lié à ce crucifix. Suit une Oraison à Jésus crucifié.

Cachet sur la marge inférieure.

BACHELIN (Henri)

Henri Bachelin est né dans le quartier de La Grange-Billon à Lormes en 1879. Son père, originaire de Brassy, qui est évoqué dans Le Serviteur, était journalier et sacristain. Sa mère, née à Provency et qui figure dans le roman inédit La Paroissienne (dont de larges extraits ont été publiés dans l’Horizon de Pourpre), voulait qu’il devienne prêtre. Bachelin entre au petit séminaire de Pignelin, puis passe deux années au grand séminaire de Nevers. Il abandonne la robe noire en 1897 et fait son service militaire durant 4 ans. Rentré à Lormes, il quitte définitivement cette ville en 1901 et part pour Paris où son oncle Joseph, restaurateur rue Taitbout, le place chez un avoué, puis chez un huissier. Il finit sa carrière au Crédit Industriel et Commercial en 1911, pour se consacrer, jeune encore, à la littérature. Il meurt à Paris en 1941.

  1. Juliette la Jolie.

Paris, NRF, 1912 ; in-12, demi-basane, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés, non rogné. (Reliure de l’époque).

20/30

199 pp.,2 ff. ÉDITION ORIGINALE. Talvart et Place, I, p. 128

  1. Sous d’humbles toits.

Paris, L’Effort libre, 1913 ; in-12 broché, couverture imprimée.

200/300

221 pp., 1 f. n. ch.

EDITION ORIGINALE de ce recueil de 18 nouvelles dédiées à Romain Rolland et que Bachelin tenait pour l’une de ses œuvres les plus caractéristiques. Imprimé par Nouvel Avenir, Association ouvrière de typographes syndiqués, à Nevers. Les Editions L’Effort Libre étaient dirigées par J-R. Bloch avec la collaboration de Ch. Albert, Ch. Vidrac, L. Bazalguette, A. Spire, etc. qui éditaient aussi les Cahiers de civilisation révolutionnaire, Art, Politique Critique. Une version romancée de ce texte À mon père, a paru en avril 1911, dans La Nouvelle Revue Critique et a fait l’objet d’une très rare édition à cinq exemplaires (dont 2 sont à la Bibliothèque Nationale) la même année. Par ailleurs, ce texte a été repris avec quelques variantes dans l’un des meilleurs ouvrages de Bachelin Le serviteur. Voir sur cet ouvrage le Bulletin de l’Association Henri Bachelin n°6, 1994.Talvart et Place, I, p. 128

UN DES 20 exemplaires sur HOLLANDE.

  1. La guerre sur le hameau.

Paris, Flammarion, 1917 ; in-12, demi-chagrin rouge à coins, tête dorée, marges avec grands témoins, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

200/250

2 ff ., 251 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE de cette série de nouvelles qui se déroulent à Brassy pendant la première guerre mondiale. Talvart et Place, I, p. 128 – Catal. Dupont, n°429.

UN DES 10 exemplaires sur Hollande, non numéroté, seul grand papier. Bel exemplaire bien relié.

  1. Les Grandes orgues.

Paris, Aux éditeurs associés, Les éditions du monde moderne, 1925 ; in-12 broché, couverture imprimée, marges témoins conservées.

200/300

3 ff. (y compris le frontispice), 412 pp., 1 f., bois gravé par D. Galanis.

ÉDITION ORIGINALE très recherchée. La première partie de ce livre a paru dans La Revue hebdomadaire en 1921. Talvart et Place, I, p. 128

Tirage limité à 500 exemplaires. Celui-ci est UN DES 50 DE TÊTE SUR HOLLANDE, SIGNÉ par l’auteur.

  1. REUNION de 4 ouvrages de Bachelin in-12 dont 1 broché et 3 reliés.

60/80

Robes noires. Paris, Grasset, 1910. ÉDITION ORIGINALE.- Juliette la jolie. Paris, NRF, 1912. 2e édition. – Les noëls français. Paris, Librairie de France, 1927 . ÉDITION ORIGINALE. Partitions et illustrations in et hors-texte. – Le Serviteur. Paris, Mercure de France, 1944. Édition définitive, préface de René Dumesnil.

Lot divisible au gré des acquéreurs.

  1. REUNION de 5 ouvrages de Bachelin in-12 brochés.

120/150

Sous les marronniers en fleurs. Paris, Société littéraire de France, 1920,. ÉDITION ORIGINALE. Les rustres. Paris, Flammarion, 1922 . ÉDITION ORIGINALE. L’Orage d’hiver. Paris, Nouvelle Revue Critique, 1929 . ÉDITION ORIGINALE. UN DES 100 exemplaires sur ALFA MARAIS numérotés. Monsieur Ildefonse. Paris, Mercure de France, 1937 . ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR à “ l’ami Favre .” Le Sabreur. Paris, Mercure de France, 1938 . ÉDITION ORIGINALE. ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR à “ l’ami Favre .”

Lot divisible au gré des acquéreurs.

BARANTE (Prosper Brugière, baron de)

Historien et homme politique né à Riom en 1782, mort à Barante en 1866. Lié dans sa jeunesse à Mme de Stael et à Mme Récamier, il fit une brillante carrière et occupa des postes importants sous l’Empire et la Restauration. Il abandonne la carrière en 1848. Il doit sa notoriété littéraire à l’ouvrage que nous présentons ci-après.

  1. Histoire des Ducs de Bourgogne de la Maison de Valois (1364-1477).

Paris, Delloye, Dufey, Le Normant, 1839 ; 12 volumes in-8, demi-chagrin rouge à coins, caissons et petits fers dorés, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

500/600

Rare cinquième édition, la plus complète et la plus illustrée, comportant 128 planches hors-texte ; vignettes sur bois, tirées sur Chine d’après Boulanger, Decamps, Delacroix, Delaroche, Deveria, Grandville, Alfred et Tony Johannot, Scheffer, etc. et cartes dressées par Perrot et gravées par Tardieu. Complet du rare atlas comprenant 1 titre orné gravée par Tardieu et 6 planches représentant 28 fleurons ou ornements de texte sur Chine collé. “ Ouvrage intéressant appartenant à la nouvelle école historique. ” Brunet, vol. 1, page 643. – Saffroy 10765a – Vicaire I, p.283 (édition similaire.) Très bel exemplaire dans des reliures décoratives d’une grande fraîcheur.

BARBIER (Pierre)

Né à Toucy le 16 juin 1903, navigateur de 1922 à 1930, Pierre Barbier fut Greffier au Tribunal de commerce de Romorantin, Montereau, puis de Brioude.

  1. Auxerre et l’Auxerrois. Pays d’Art et d’Histoire.

Paris, Editions de la Revue du Centre, 1936 ; in-12, demi-chagrin noir, dos à nerfs orné, couv. et dos. (Laurenchet).

100

249 pp., 1 f., 60 planches photographiques en noir et 1 carte dépliante h.-t.

EDITION ORIGINALE. Histoire la ville d’Auxerre, évolution de l’art en Auxerrois, abbayes et prieurés, art roman et art ogival, arts renaissant et classique,  châteaux, etc. Abondamment illustré. Très bel exemplaire bien relié.

BARDET (Edme-François.)

Fils d’un avocat fort riche et receveur municipal pendant la Révolution, Edme Bardet est né à Clamecy en 1777. Il fit des études de médecine, obtint le doctorat mais n’exerça jamais. Il voyagea beaucoup, visita l’Allemagne, la Suisse, l’Angleterre. Tout en exploitant ses propriétés, il composait des poèmes et passait pour un original. On lui doit une Histoire de la Révolution dans une petite ville, qui est un document fort vivant. Il est mort en 1861.

  1. Les Nuits poëme.

Paris, E. Renduel, 1836 ; in-8, demi-basane outremer, tranches jaspées. (Reliure de l’époque.)

150/200

2 ff., 217 pp., 1f. blanc, titre, pp. 225 à 269, 1 f. (errata.)

ÉDITION ORIGINALE parue anonymement chez l’éditeur Renduel né à Lormes en 1798. Après une brillante carrière à Paris dans le milieu des écrivains romantiques, Renduel se retira en 1840 dans son château de Beuvron où il mourut en 1894.

C’est le premier livre de Bardet. Il semble extrêmement rare. Cet exemplaire est complet du supplément des pp. 225 à 269 qui manque très souvent car il fut publié plus tard. Normalement le volume s’arrête à la p. 217. M. Bardet est un poète du dimanche. Son lyrisme s’en ressent.  A. Sonnie-Moret, Notice sur les écrivains de Clamecy critique avec vigueur ces poèmes “ dans lesquels rien ne s’y trouve respecté des règles de l’art, de la versification et de la mesure, et on pourrait même ajouter du simple bon sens et de la dignité du langage… ”

Thuillier, Pour une anthologie des auteurs nivernais, p. 139. – Gueneau p. 9 – Les frères Drouillet ont boudé cet auteur dans leur Anthologie.

Qq. rousseurs, cachet de bibliothèque.

BAUDIAU (Jean-Félix.)

Né aux Fèvres, près de Planchez en 1809, ce fils de cultivateur fut élevé par son grand-père, meunier aux Settons. Il fréquenta l’école de Planchez. Remarqué par l’abbé Moret, curé de Corancy qui desservait Planchez, il trouva sa voie dans la religion. Ordonné prêtre en 1833, J. Baudiot (c’est ainsi qu’il orthographia son nom jusqu’en 1853) fut nommé, vicaire de Château-Chinon, puis curé de Montigny-sur-Canne en 1834, curé de Dun-les-Places de 1844 à 1876, puis curé-doyen d’Entrains. Il meurt subitement à Quarré-les-Tombes, le 17 septembre 1880. Lors de la cérémonie funéraire à Dun-les-Places, il y eut tant de fidèles que l’église ne pu les contenir tous. Cet événement fut à l’origine de la construction de la nouvelle église de Dun Voir Henry. Mémoires historiques sur le canton de Quarré-les-Tombes.

C’est à Montigny-sur-Canne, qu’il tenta ses premiers essais historiques. Son œuvre maîtresse, Le Morvand, reste aujourd’hui encore le meilleur ouvrage sur cette région. Lorsqu’il parut en 1854 il connut rapidement un succès qui ne s’est jamais démenti.

  1. Le Morvand, ou essai géographique, topographique et historique sur cette contrée.

Nevers, Fay, 1854 ; 2 volumes in-8, demi-chagrin vert. (Relié vers 1880).

300/400

2 ff., xxviii pp., VIII pp., 408 pp., 1 f., 4 planches et 1 carte dépliante h.-t. – 2 ff., 652 pp., 3 pl. h.-t.

ÉDITION ORIGINALE, la plus rare et la plus illustrée. Cet ouvrage comporte 3 parties : Coup d’œil sur le pays, Histoire générale du Morvand où l’auteur déroule les annales de la contrée depuis les temps les plus reculés jusqu’en 1852 et Description et histoire locale. Une carte du Morvan complète l’ouvrage. Fonds Morlon n°499.

Fente et tache sur le faux titre et le titre du tome I, la carte dépliante est déreliée, qq. rousseurs.

  1. Le Morvand, ou essai géographique, topographique et historique sur cette contrée.

Nevers, Fay, 1865-1867 ; 3 volumes in-8, demi-chagrin vert, dos à nerfs (Reliures de l’époque).

600/700

2 ff., 629(1) pp., 1 f., 1 planche et 1 carte dépliante h.-t.. – 2 ff., 538 pp.,1 f. 2 pl., 1 carte dépliante h.-t. – 2 ff., 638 pp., 1 f., 1 pl. h.-t.

Deuxième édition augmentée.

Fonds Morlon n°499. Ex-libris de la famille du May de Pujol (ex-libris) voir Olivier, pl. 1129.

  1. Histoire d’Entrains depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours.

Nevers, Fay-Vallière, 1879 ; in-4, demi-maroquin brun à coins, dos à nerfs avec caissons et ornements dorés, tête dorée, non rogné, couverture conservée. (Lobstein – Laurenchet).

600/700

VIII pp., XXII pp., 318 pp., 1 f. – 2 plans et dix planches hors-texte.

EDITION ORIGINALE très recherchée de cette monographie. Certaines planches ont été dessinées et gravées à l’eau-forte par Amédée Jullien.

EXEMPLAIRE DE LA PLUS GRANDE RARETE REIMPOSE SUR PAPIER DE FORMAT IN-4. Les exemplaires ordinaires sont de format in-8. Dupont n°192 (exemplaire ordinaire.)

BAUDOT (Auguste.)

Docteur de l’université de Paris, pharmacien de première classe.

  1. Etudes historiques sur la pharmacie en Bourgogne avant 1803.

Paris, A. Maloine, 1905 ; in-8, demi-veau brun marbré, dos à nerfs orné avec caissons et fleurons dor. (Reliure de l’époque).

150/200

3 ff., 547 pp., XVIII planches hors texte.

ÉDITION ORIGINALE. Étude très complète et admirablement documentée sur la pharmacie des temps celtiques, gallo-romains et burgondes, dans la Bourgogne ducale, boutiques, commerce, les gens de métier, les corporations d’apothicaires, l’art de la pharmacie, le développement au dix-huitième siècle, les épiciers, droguistes et charlatans, les empoisonneurs et la réglementation, l’Académie de Dijon, la période de la Révolution, la publicité du remède à la fin du dix-huitième siècle, etc. Bel exemplaire.

BAUDOUIN (Paul-Médéric)

Né à Ligny-le-Châtel en 1814, mort à Avallon en 1890. Architecte résidant à Avallon, membre fondateur de la Société d’Etudes d’Avallon et du Musée historique, on lui doit la construction de plusieurs églises importantes de l’Avallonnais et du Nivernais : Tharoiseau, Montreuillon, l’agrandissement de l’ancienne chapelle Sainte-Marie, devenue église paroissiale, sous la direction de Caristie, et la restauration de l’église Saint-Lazare d’Avallon. Il publia de nombreuses études dans le Bulletin de la Société d’études d’Avallon.

  1. Histoire du Protestantisme et de la Ligue en Bourgogne.

Paris, Maurice Tardieu, 1881 et Librairie de la Société bibliographique, 1884 ; 2 volumes in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs, couvertures. (J. Bornet).

150/200

2 ff., III pp., 511(1) pp. – 1 f., 537 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage précis sur l’histoire du XVIème siècle en Bourgogne ; chaque volume est terminé des pièces justificatives.

BEZARD (Yvonne).

  1. Une famille bourguignonne au XVIIIème siècle.

Paris, Albin Michel, 1930 ; in-8 cartonnage bradel, papier marbré, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

40/50

309 pp., 5 ff. n. ch., 1 tableau généal. dépliant et 16 planches h.-t.

ÉDITION ORIGINALE. A l’aide des archives du château de Gemeaux dans la Côte-d’Or qui appartint à Charles Loppin, avocat général au Parlement de Dijon et cousin du Président des Brosses, l’auteur reconstitue la vie d’une famille de la noblesse de robe. Exemplaire de presse.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR, “ À Eugène Saillard, hommage de l’auteur. ”

  1. BIBLIOGRAPHIE – Réunion de 3 ouvrages in-8 brochés sur la littérature nivernaise.

60/80

GÉRIN (Marius). Carpentier de Marigny poète et prosateur nivernais, étude biographique et littéraire – Avec un texte inédit du “ Pain bénit ”.Nevers, Fortin, Ropiteau, 1920.  GÉRIN (Marius). Le problème de la Roussillonade poème nivernais du dix-huitième siècle (texte de Bale) 1756, étude critique et bibliographique. Nevers, Fortin, Boichut, 1923. MIGNON (Maurice). Études de littérature nivernaise. Tixier de Ravisy, Augustin Berthier, Adam Billaut, Cotinon de la Charnaye, Jules Renard.

Gap, Ophrys, 1946. 

BILLAUT (Adam).

Adam Billaut voit le jour à Nevers en 1602. Sa jeunesse est mal connue. Il est menuisier et poète. Il est même le premier d’une grande tradition de poètes ouvriers qui se développera surtout au 19ème siècle. Il commence par des vers “ d’atelier ”, une Muse des copeaux qui séduisit princesses et académiciens et deviendra la coqueluche des salons parisiens. Introduit par l’abbé Marolles dans la Bohème des Lettres ce “ Virgile au rabot ” fut surtout un poète courtisan. Il résista aux instances de ses amis qui voulaient l’attirer à Paris avec une pièce fameuse :

Au loin l’ambition et ses folles chimères !

Qu’un autre aille, orgueilleux, dans le palais des rois,

Avec pompe étaler ses hautaines misères ;

Moi, j’aime mieux Nevers et l’ombre de ses bois !

Billaut meurt en 1662.

  1. Les Chevilles de Me Adam Menuisier de Nevers.

Paris, Toussainct Quinet, 1644 ; in-4, plein maroquin rouge, décor doré à la Du Seuil, dos à nerf orné de motifs à froid, dent intér. dor. (Reliure moderne pastiche du XVIIe).

700/800

28 pp. y compris , 4 ff. de pr, 100 pp., 4 ff. de tables, 315 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Les 100 pp. qui suivent la préface renferment 62 poésies françaises par 53 auteurs et 7 pièces grecques, latines, italiennes et espagnole à la louange de l’auteur. Sous le titre Approbation du Parnasse, Saint-Amant, Scudéry, Scarron, Corneille… témoignent du succès considérable des Chevilles.

Exemplaire provenant de la bibliothèque du Marquis Du Bourg de Bozas avec son ex-libris représentant le château de Prye et un second ex-libris à son nom– Catal. Vente bibl. du Ch. de Prye, n°170. Reliées en tête et à la fin du volume, une gravure représentant la maison de Billaut et une carte de la Nièvre. De Backer, 755 – Lachèvre pp. 119 et 153

  1. Les Chevilles de Me Adam Menuisier de Nevers. Seconde Edition, augmentée par l’Autheur.

Rouen, Cailloué et Viret, 1654 ; petit in-8, plein maroquin lavallière, encadrement de filets dorés, dos à nerfs orné de caissons dor., dentelle intér. dor., tranches dorées. (Reliure fin XIXe).

300

22 pp., 5 ff., 92 pp., 4 ff., 292 pp.

Cette édition reproduit la disposition de l’édition de 1644, avec une pièce supplémentaire à la fin, l’épître À Mme la Princesse Palatine, sur l’entrée de son mary à Nevers (pp. 283-292) que l’on retrouvera dans le Vilebrequin.

Bel exemplaire provenant de la bibliothèque d’Auguste Menard, Baron de Marsainvilliers, grand collectionneur de poètes anciens (ex-libris et numéro de catalogue manuscrits sur la garde).

  1. Le Vilebrequin de Me Adam Menuisier de Nevers, contenant toutes sortes de poésies gallantes, tant en Sonnets, Épistres, Épigrammes, Élégies…

Paris, G. de Luyne, 1663 ; in-12, veau blond, encadrement fil. dor., dos à nerfs orné de décors dor, dentelles inter. dor., tranches dor. (Petit, succ. de Simier).

500/600

23 ff., 528 pp. (avec mauvaise numérotation, la pagin. saute de 240 à 331), 3 ff. de tables.

ÉDITION ORIGINALE rare, publiée par Berthier de Saincaize. On trouve plus facilement la seconde édition parue chez le même éditeur à la même date sans l’erreur de pagination et en plus petits caractères.

Bel exemplaire provenant de la bibliothèque d’Auguste Menard, Baron de Marsainvilliers, grand collectionneur de poètes anciens (son ex-libris et numéro de catalogue manuscrits sur la garde). Petite épidermure à un mors inférieur.

  1. Œuvres de Maitre Adam Billaut, menuisier de Nevers ; Édition soigneusement revue d’après celle originale de 1644… précédée d’une notice historique sur cet homme extraordinaire, par N. L. Pissot.

Paris, Hubert et Cie, 1806 ; in-12, demi-basane fauve mouchetée, dos orné. (Reliure de l’époque).

100/150

xli pp. (y compris titre et portrait), 1 f., 324 pp.

Belle édition, précédée d’une notice par Pissot, d’un avant-propos par M. de Saint-Laurent et d’un portrait gravé par Bovinet. Le poète menuisier revint à la mode sous l’Empire. Ce livre paraît alors que se monte à Paris la comédie de Moreau Les Chevilles de Maitre Adam (1805), qui fait suite à une autre comédie à succès, Maitre Adam, Menuisier de Nevers (1795).

Bel exemplaire. Morlon n°69

  1. Poésies de Maître Adam Billaut, menuisier de Nevers, précédées d’une notice biographique et littéraire par M.-F. Denis…

Nevers, Pinet, 1842 ; grand in-8, demi-chagrin brun, dos orné d’un décor romantique dor. et à froid, non rogné. (Relié vers 1890)

120/150

1 f., viii pp., 1 f., XV pp., 2 ff., 615 pp., 1 f., 10 planches h.-t. – Appendice : 2 ff., 56 pp.

EDITION COLLECTIVE COMPLÈTE. Cette belle publication romantique neversoise est très rare. Elle est ornée de 10 planches hors-texte lithographiées sur chine : 8 portraits par Achille Devéria et E. Lassalle et 2 vues du Nivernais de Paul Bourgeois. Nombreux ornements typographiques, culs de lampes et bandeaux gravés sur bois.

Exemplaire bien complet du très rare supplément où l’on trouve des textes écartés volontairement du volume au moment de la publication : “ ces pièces, sans avoir aucun caractère cynique ou érotique n’ont pu trouver une place dans le volume principal, limité à 600 pages ”, dit l’avis en tête.

  1. Maître Adam, menuisier de Nevers. Comédie en un acte, en prose, mêlée de vaudevilles par les CC. Christian-le-Prévot et Philipon représentée, pour la première fois, à Paris, sur le Théâtre de Vaudeville, le 29 prairial An 3.

A Paris, chez les libraires au Théâtre du Vaudeville, au Théâtre rue Martin, à l’Imprimerie rue des Droits de l’Homme. An IV (1796) ; in-8, couverture bleue de l’époque, non rogné. (État de parution).

60/80

44 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Vaudeville mettant en scène Billaut, sa fille, son apprenti, le poète pâtissier-poète Ragueneau et le poète Maynard. Quérard VII p.126Cioranesco n°49767 – Biographie Universelle t. 34, p.60

  1. Maître Adam Billault menuisier à Nevers. Les chevilles, le claquet de la fronde, le Vilebrequin. Textes choisis précédés d’un essai biographique et littéraire par Marius Gerin.

Nevers, Ropiteau, 1919 ; petit in-8 broché, couv. imprimée.

20/30

3 ff., VI pp., 141 pp., 1 f.

Intéressante notice biographique et littéraire de Gérin.

BLIN (Émile)

Imprimeur né à Château-Chinon en 1865, il dirigea presque toute sa vie le Journal du Morvan et fit paraître, sous le nom de Jean Coulas, toutes sortes d’articles et textes en patois. Émile Blin est mort le 8 janvier 1953.

  1. Le Morvan. Mœurs, Coutumes, Langage, Historiettes, Légendes, Croyances populaires, Topographie, Histoire, Monuments. Guide du touriste.

Château-Chinon, Blin, 1902 ; in-8, demi-chagrin fauve à coins, dos à nerfs orné, couverture illustrée en couleurs conservée. (Reliure moderne).

200/300

312 pp., 50 illustrations hors-texte (carte du Morvan, carte des voies romaines, photographies et gravures), nombreuses illustrations dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE. La flore et la faune, le climat, les montagnes et les cours d’eau, l’histoire générale, sont d’abord l’objet d’un exposé rapide. Après des notions sur le commerce, l’industrie, etc. l’auteur nous parle du Morvandeau, il le montre dans son habitation, son costume, ses usages, donne les légendes et les facéties du parler local. Vient ensuite la description des sites pittoresques, châteaux et églises des cantons de Château-Chinon, Châtillon-en-Bazois, Luzy, Montsauche, Moulins-Engilbert, Saint-Honoré-les-Bains. Le volume est accompagné d’une carte du Morvan et illustré de planches en similigravure.

BOGROS (Edmond.)

Né à Château-Chinon en 1820, E. Bogros était fils d’une ouvrière, Françoise Duvoucoux et de Michel Bogros, employé aux contributions indirectes. Après des études de médecine à Paris, il revint exercer dans sa ville natale en 1848. Son dévouement lui valut le surnom de médecin des pauvres. L’administration lui confia de nombreuses fonctions, médecin des prisons, du bureau de bienfaisance, directeur de la Caisse d’épargne, bibliothécaire de la ville, conservateur du Musée, conseiller, puis deuxième adjoint. Il fut nommé maire après la révocation de J.-F. Gudin du Pavillon, fonction qu’il occupa jusqu’en 1878. Le docteur F. Bogros, mort à Paris en 1888 fut enterré à Château-Chinon.

  1. A travers le Morvand. Mœurs, types, scènes et paysages.

Château-Chinon, Dudragne-Bordet, 1873 ; in-8, demi-chagrin vert, dos à nerfs, non rogné, couverture et dos conservés. (Laurenchet.)

180/200

4 ff. n. ch., 236 pp., 1 planche hors-texte (chanson en morvandiau.)

ÉDITION ORIGINALE devenue très rare. Après avoir esquissé la géologie, la géographie et l’histoire du Morvan, l’auteur parle de ses habitants et des traditions qui accompagnaient les événements de la vie, mariages, fêtes, chants et danses, croyances, légendes, superstitions…

Qq. rousseurs. Exemplaire finement relié.

  1. A travers le Morvan. Mœurs, types, scènes et paysages. Deuxième édition.

Château-Chinon, Dudragne-Bordet, 1883 ; in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs et fleurons dorés, non rogné, couverture conservé. (Lobstein-Laurenchet.)

120/150

5 ff. n.ch., 294 pp. 2 pl. h.-t. (chanson et carte.)

SECONDE ÉDITION AUGMENTÉE. Papier restauré sur plusieurs feuillets, certains ff. brunis, bien relié.

BOLOTTE (Docteur Marcel).

Membre de l’Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres de Dijon, auteur de livres de médecine et d’histoire de la médecine en Bourgogne.

  1. Les hôpitaux et l’Assistance dans la province de Bourgogne au dernier siècle de l’Ancien Régime.

Dijon, Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, 1968 ; in-8 broché, couverture illustrée.

40/50

XVIII pp., 347 pp., 1 f. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage tiré à 600 exemplaires.

BOUHIER (Jean).

Né à Dijon le 16 mars 1673, il devient Président à mortier au Parlement de Dijon en 1704. Bouhier s’est illustré dans tous les genres : jurisprudence, traductions latines, dissertations théologiques, travaux historiques et archéologiques. Collaborateur du Mercure de France et du Journal de Trévoux, correspondant avec les écrivains et savants de son temps, Bouhier est élu à l’Académie française en 1727 mais renonce à cette charge, car il ne voulait pas s’installer à Paris. Il décède le 17 mars 1746.

  1. Les Coutumes du Duché de Bourgogne. Avec les anciennes Coutumes tant Générales, que Locales, de la même province, non encore imprimé et les observations de Monsieur Bouhier.

Dijon, Arnauld, Jean-Baptiste Augé et Pierre de Saint, 1742-1746 ; 2 volumes in-folio plein veau fauve marbré, dos à nerfs ornés de caissons dorés. (Reliure de l’époque).

700/800

1 f., 8 pp., XXVIII pp., 1 f., 902 pp., 1 f. – 2 ff., 704 pp.

Seconde édition rare. Précieux exemplaire annoté dans les marges par l’avocat Vitte. Joint un brouillon de lettre de ce dernier datée de Louans, 1765 ainsi qu’une note juridique et une lettre signé Decandal, datée de Saint-Amour 1764. Sur le titre du 1er tome, ex-dono manuscrit : Monsieur Bouhier auteur de ce livre en a fait présent à l’avocat Vitte de Louhans le 29 9bre 1742. Le tome II, qui est posthume fut offert au même par le gendre de l’auteur, il porte sur le titre l’ex-dono suivant : Mr le Président Chartaire de Bourbonne gendre de l’auteur de ce livre en a fait présent à l’avocat Vitte de Louans le 2 mars 1747.Gouron et Terrin, p. 78.

Bel exemplaire.

  1. [BOUHIER] – RONSIN (Albert). La bibliothèque Bouhier, histoire d’une collection formée du XVIe au XVIIIe siècle par une famille de magistrats bourguignons.

Dijon, Académie des Sciences, Arts et Belles Lettres, 1971 ; in-8, demi-basane rouge, dos à nerfs orné. (Reliure de l’époque).

30/40

256 pp., 4 planches et 1 tableau généalogique dépliant hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Albert Ronsin était conservateur de la bibliothèque de Saint-Dié. André Vernet de l’école des Chartes et Raymond Etaix, bibliothécaire des Facultés catholiques de Lyon et auteur d’un catalogue de la bibliothèque Bouhier ont collaboré à ce livre. Plutôt que de présenter un simple inventaire, cet ouvrage étudie l’histoire de la bibliothèque Bouhier aux différentes époques, les modes d’acquisition et le rayonnement de cette collection en Bourgogne et Champagne.

BOUYS (Théodore).

Théodore Bouys naquit à Nevers en 1751 et fut Président de l’Election de Nevers jusqu’en 1789. En 1781, il traça la méridienne dans la cathédrale de Nevers. A partir de 1800 il enseigna les mathématiques à l’Ecole Centrale de sa ville. C’était un esprit ouvert à toutes les questions historiques, sociales, économiques, mystiques et occultes. Il mourut en 1810.

  1. Nouvelles considérations puisées dans la clairvoyance instinctive de l’homme, sur les oracles, les sibylles et les prophètes, et particulièrement sur Nostradamus…

Paris, Desenne et Debray, 1806 ; in-8, broché, couverture muette rose, entièrement non rogné. (Etat de parution).

120/150

XXVIII pp., 1f. errata, 404 pp.

OUVRAGE D’UNE EXTRÊME RARETÉ. C’est un des livres les plus curieux de l’époque sur les phénomènes et procédés de clairvoyance. Y sont analysés diverses prédictions anciennes, surtout celles de Nostradamus : la mort de Charles Ier d’Angleterre, celle du duc de Montmorency, la persécution contre l’église en 1792, l’avènement de Napoléon, la longueur de son règne, la paix en Europe, l’éventuelle conquête de l’Angleterre par Napoléon, etc. Considérations sur les oracles, les pressentiments, le somnambulisme, le magnétisme, objections, réponses… Caillet 1594 dit très rareManque à la Bibliotheca Esoterica – Cat. Guaïta 107 ( autre édition). Très bel exemplaire à l’état de parution.

BRIFFAUT (Pierre).

Né à Imphy le 11 septembre 1853. Ingénieur, entrepreneur de travaux publics.

  1. Les usages forestiers d’Imphy suivis de quelques notes sur Imphy et d’un aperçu comparatif de la propriété forestière avec la propriété agricole.

Paris, 1897 ; in-12, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

80/100

2 ff., 139 pp., 1 f. de table

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage rare sur les usages, coutumes, droits de chasse, le rôle de la sidérurgie sur la forêt nivernaise, etc.

BROC DE SEGANGE (Georges-François-Louis du).

Né à Moulins le 14 avril 1808, il entra à Saint-Cyr en 1826. Sous-lieutenant, puis lieutenant en 1832, Georges-François-Louis du Broc de Segange démissionna en 1838 pour s’occuper d’archéologie et d’histoire. Conseiller de Préfecture en 1852, puis secrétaire général de la Nièvre en 1853, il est mort à Moulins le 30 avril 1885.

  1. La Faïence, les Faïenciers et les Emailleurs de Nevers.

Nevers, Société nivernaise, 1863 ; in-4, demi-chagrin brun à coins,dos orné. (Reliure de l’époque).

600/700

2 ff., 303 pp., 21 planches hors-texte, la plupart en couleurs.

ÉDITION ORIGINALE rare et recherchée de ce livre sur les faïences nivernaises, leur fabrication, leur décoration, les différentes époques, et qui contient des notes sur les manufacturiers, les artistes et les ouvriers, les émaux à la lampe. Belle typographie de Fay, bien illustré. Catal. Grangier de la Marinière, n°1863.

EXEMPLAIRE truffé de coupures de presse concernant les faïences. Rousseurs et quelques annotations au crayon dans les marges.

BULLIOT (Jacques-Gabriel).

Né à Autun en 1817, J-G. Bulliot, fils de tonnelier, continue l’entreprise familiale et devient marchand de vin tout en s’occupant d’archéologie. Il consacra le plus clair de son temps à la Société Eduenne, dont il fut le Président. De 1867 à 1895, il entreprit des recherches sur le mont Beuvray qui confirmèrent l’opinion générale que cette montagne était bien l’ancienne Bibracte, capitale des Eduens au temps de Jules César. L’âge ne lui permettant plus d’entreprendre un ouvrage méthodique, il regroupa en 1899 ses études dans un ouvrage tiré à très petit nombre. Il meurt en 1902.

  1. François-Eugène de Fontenay Notice biographique, Notice nécrologique par l’abbé Joseph Lémann.

Autun, Dejussieu, 1886 ; in-8 broché, couverture imprimée.

30/40

1 f., 103 pp. 1 portrait et 1 planche hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE très rare, tirée à petit nombre sur beau papier vergé, toutes les pages sont dans un bel encadrement de filets rouges. Eugène de Fontenay, né à Autun en 1810, fut directeur de la cristallerie de Baccarat.

ENVOI autographe signé Froissart de Boissia de Fontenay à Alexis Dérolle.

  1. Fouilles du Mont Beuvray de 1867 à 1895.

Autun, Dejussieu, 1899 et Saint-Etienne, Société de l’Imprimerie Théolier, 1899 ; 2 volumes grand in-8 et un volume in-4, demi-chagrin olive, dos à nerfs, têtes dorées, non rognés, couvertures des deux volumes de texte conservées. (Reliures de l’époque).

600/800

22 pp., lvi pp., 514 pp., 1 f. de table, 5 pl. en noir, 2 pl. en coul., 7 pl. dépliantes en noir hors-texte. – 1 f., 253 pp., (1 p.), 7 pl. en noir, 5 pl. en couleurs et 3 pl dépliantes hors-texte – VII pp., 59 ff. montrant 61 planches, 1 carte dépliante.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage extrêmement rare, surtout complet de toutes les parties et planches comme c’est le cas ici. L’avis du premier vol. précise que c’est un tirage à part en nombre restreint d’exemplaires de tout ce que l’auteur a écrit sur le Beuvray depuis 32 ans dans les Mémoires de la Société éduenne. Ce livre important marque les débuts de l’archéologie gauloise, un domaine très peu connu à l’époque. Le tome I est consacré à la topographie du site, l’origine des fouilles, leur description ; le t. II, traite de l’art de l’émaillerie, la foire de Bibracte, la Dea Bibracte, les loges de fondeurs de bronze, les ex-votos et les voies du Beuvray ; le tome III est un atlas montrant les objets découverts et une carte dépliante du site.

CABET (Etienne).

Utopiste, fils d’un artisan dijonnais, Cabet publie Le voyage en Icarie en 1840 et fonde des communautés communistes aux États Unis. De nombreux pionniers furent recrutés en Europe pour participer à ce “ communisme expérimental ”. Des communautés icariennes existèrent ainsi au Texas, dans l’Illinois et dans l’Iowa durant toute la seconde moitié du XIXe siècle. Cette expérience prit fin en 1898 victime de conflits internes et de la grande pauvreté de ses membres.

  1. PORTRAIT d’ETIENNE CABET. Dessin original à la mine de plomb, non signé.

(Vers 1840) ; (16 x 21 cm.)

800/1000

Beau portrait anonyme portant la mention : “ Cabet (l’Icarien) ”. Ce portrait provient d’un album du XIXe s. qui contient de nombreux dessins d’Ernest BRETON (1812-1875) un dessinateur parisien qui habitait rue Richer et qui fut l’élève de Régnier, Watelet et Champin. Le portrait de Cabet est peut-être de sa main.

  1. CABET – [OLINET (Frédéric).] (Sous le pseudonyme de JOB.) Socialisme. Voyage d’un Autunois en Icarie à la suite de Cabet.

Autun, impr. de Dejussieu, 1898 ; in-12, cartonnage bradel papier marbré, couv. (Laurenchet).

100/150

180 pp.

ÉDITION ORIGINALE rare de ce témoignage d’un membre des communautés d’Icarie. Ce livre est le récit amer d’un ancien adepte Autunois. Prudhommeaux pp. 246, 251-256, 305, 307…

CAILLOT (Joseph).

Avocat à la Cour d’Appel.

  1. De l’acquisition des fruits par le possesseur en droit romain. – La coutume de Nivernais étudiée dans ses différences avec le droit coutumier en droit français.

Paris, Imprimerie de Charles Noblet, 1887 ; in-8, demi-vélin, couverture. (Reliure de l’époque).

80/100

2 ff., 268 pp.

ÉDITION ORIGINALE RARE de cette thèse de Doctorat soutenue le 28 avril 1887.

DOUBLE ENVOI DE L’AUTEUR, l’un “ A Monsieur A. Thibaudier, mon compatriote et ami, souvenir affectueux ”, l’autre “ À Charles Manet qu’a recueilli cet enfant perdu après 43 ans de vagabondages ” daté de 1931.

Ex-libris sur la garde et super-libris sur le plat DU CHATEAU DE THEIX (Puy-de-Dôme).

CARPENTIER DE MARIGNY (Jacques).

Né en 1615 au château de Marigny, paroisse de Jaugenay, fils du seigneur du village ou, selon d’Aubery, d’un marchand de fer. Homme cultivé, Marigny voyage beaucoup, notamment en Italie, en Allemagne, en Suède, et en Angleterre. Il adopte l’état ecclésiastique qui convenait fort peu à ses goûts mondains mais lui permet d’obtenir quelques bénéfices et de vivre en épicurien. Ami d’Adam Billaut, débauché et plein d’esprit, sa vie fut parfois dangereuse. Prieur de Sessy-les-Bois, Saint-Malo, Coche et Vielmanay, dévoué au cardinal de Retz, il est mêlé à toutes les intrigues de la Fronde. Marigny a donné de nombreuses Mazarinades. Il meurt à Paris, en 1670.

  1. Le Pain bénit de Monsieur l’abbé de Marigny.

S.l., 1673 ; in-12, demi-veau fauve marbré, dos à nerfs orné de fleurons dorés (Reliure du XIXè siècle).

150/200

23 pages.

EDITION ORIGINALE, TOISIÈME TIRAGE.

Cette satire dirigée contre le clergé de l’église Saint-Paul de Paris, les marguilliers et les principaux fidèles de la Fabrique, lui valut quelques coups de canne. Brunet, n°14204.

Coiffes abîmées.

  1. Lettres inédites de l’abbé de Marigny à Pierre Lenet durant la Fronde.

Paris, Imprimerie Wittersheim, 1855 ; in-8, demi-chagrin brun, dos orné, tête dorée, non rogné. (Relié vers 1890.)

100/150

160 pages

ÉDITION ORIGINALE. Éloigné de Bordeaux, après avoir été attaché à la fortune du Prince de Conti qui dirigeait alors dans cette ville les affaires de la seconde Fronde, Marigny était revenu à Paris. Lettres envoyées de Paris à Bordeaux, pour informer Pierre Lenet des événements de la Fronde. Hubert Carrier, Les Mazarinades II, p. 443 – Tuillier XVIIè, p. 37.

UN DES RARES EXEMPLAIRES sur grand papier vergé.

  1. CATALOGUE de livres anciens et modernes, rares ou curieux contenant principalement la Bourgogne, provenant de la bibliothèque d’un amateur dont la vente aura lieu du lundi 4 mai au vendredi 15 mai 1885.

Paris, Antonin Chossonnerie, 1885 ; in-8, demi-basane rouge, dos à nerfs, couverture conservée. (Reliure moderne).

40/50

2 ff., 228 pp.

Document bibliographique de 1786 numéros comprenant les divisions suivantes : théologie, jurisprudence, sciences et arts, ouvrages à figures, belles-lettres, histoire, bibliographie, Bourgogne, auteurs bourguignons, ouvrages de Gabriel Peignot.

Annotations et ratures au crayon de couleur.

CHABEUF (Henri).

Natif de Dijon en 1836, Chabeuf fait carrière comme conseiller de préfecture avant d’être nommé président de l’Académie de Dijon et de la Commission des antiquités de la Côte-d’Or.

  1. Dijon à travers les âges. Histoire et description.

Dijon, Damidot Frères, 1897 ; in-8 cartonnage bradel demi-percaline brune. (Reliure de l’époque).

100/120

214 pp., 1 f. n. ch., 1 planche en couleurs hors-texte montrant les armes et drapeaux de la ville, 85 ill. photographiques en noir in-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Après un chapitre sur l’histoire de la ville depuis l’époque gallo-romaine, l’auteur décrit les monuments religieux, l’Hôtel de ville et le Palais de Justice, l’hôpital et le collège, les promenades et le théâtre, les maisons historiques, Dijon contemporain. Lorenz 14, p. 388.

CHARDON (Olivier Jacques).

Né à Auxerre en 1762, Olivier Chardon est mort dans cette ville en 1846. Avocat au Parlement et au barreau d’Auxerre, il devint en 1820 Président du Tribunal civil d’Auxerre.

  1. Histoire de la ville d’Auxerre, jusqu’aux Etats-Généraux de 1789.

Auxerre, Gallot-Fournier, 1834-1835 ; 2 volumes in-8 plein chagrin rouge, dos à nerfs, couvertures conservées, non rognés. (Reliures modernes).

500/600

2 ff., lxxiv pp., 1 f., 406 pp. – 2 ff., ii pp., 1 f., 627 pp.

EDITION ORIGINALE de cet ouvrage essentiel sur l’histoire d’Auxerre, complément indispensable aux Mémoires de l’abbé Lebeuf.

Brunet n°24556. – Quantin et Molard, II, p. 139

Joint : 6 lettres autographes de savants adressées à M. Chardon et concernant cet ouvrage, Joseph BARD, Mgr L’ARCHEVEQUE DE SENS, BARDOT, etc. Et 6 pages autographes manuscrites probablement de la main de Chardon intitulées supplément à l’histoire d’Auxerre et dessins sur 1 f. de papier-calque montrant divers monuments.

CHARLES (Gabriel.)

Journaliste et militaire nivernais né à Saint-Sulpice en 1877, Gabriel Charles collabora au Petit Nivernais puis au Journal de la Nièvre. Il est l’auteur d’un recueil de poèmes. Durant la première guerre mondiale il servit au Maroc, aux Dardanelles. De retour dans la Nièvre, il reprit son travail de journaliste. Il mourut à Nevers en 1931.

  1. [Sous le nom d’Antonin Charles]. Les Roses du Morvan.

Nevers, Vallière, 1908 ; in-12 broché, couverture imprimée.

60/70

94 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ce recueil que Raoul Toscan dit “ plein de fantômes féminins, de paysages mélancoliques, de feuilles d’automne, d’espoirs entrevus, de visions effacées. ” Drouillet II, p.83. le qualifie d’ “ âme d’élite, vrai poète. ”

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur “ à Madame Marcelle Florot en souvenir de l’heure exquise passée dans l’atelier de la rue Leclerc. ” Sans doute s’agit-il de la femme du peintre Gustave Florot (1885-1965.)

CHAUME (Maurice).

Né en 1888, mort en 1946, le chanoine Chaume était directeur du grand Séminaire de Dijon.

  1. Les origines du duché de Bourgogne.

Dijon, Jobert (et Rebourseau), 1925-1937 ; 4 volumes in-8, demi-chagrin vert, dos à nerfs ornés de fleurons dor., couvertures conservées. (Laurenchet).

900

XXXIX pp., 600 pp., 20 cartes dont 2 dépliantes h.-t. – XVI pp., 382 pp., 1 f., 32 cartes dont 2 dépliantes h.-t. – XV pp., pp. 383 à 816, 1 f., 10 cartes dép. h.-t. – XV pp., pp. 817 à 1249, 1 f., 30 cartes.

ÉDITION ORIGINALE fort rare. L’auteur tente d’éclairer d’un jour nouveau l’origine et l’histoire des grandes maisons féodales et du haut Moyen-Âge. L’ouvrage comporte deux parties : Histoire politique et Géographie historique. Une troisième partie devait paraître, mais le travail resta inachevé du fait de la mort de l’auteur. Les différents volumes furent tirés à 475 et 550 exemplaires. Saffroy II, 18799.

Bel exemplaire bien établi.

CHAVENTON (abbé Félix.)

Né à Corancy en 1849, Félix Chaventon fut ordonné prêtre le 19 décembre 1874. Nommé la même année vicaire de St. Etienne de Nevers, il est, en 1876 professeur à l’Institution St. Cyr ; trois ans plus tard, en 1879, il s’installe comme curé à Blismes. En 1917, devenu neurasthénique, il se retira au Dorat (Haute-Vienne) dans une maison de repos où il mourut le 12 février 1921. 

  1. En Morvand. Poésies.

Nevers, Louis Cloix, 1898 ; in-8, demi-chagrin bronze, dos à nerfs orné de fleurons dorés, non rogné. (Loebstein-Laurenchet.)

80/100

194 pp., 1 f.(errata).

ÉDITION ORIGINALE rare du premier recueil de l’auteur. Il a été vendu “ pour la reconstruction d’une église dans une paroisse absolument pauvre ”. Il s’agit de Blismes. Ce recueil chante les paysages du Morvan, les forêts, certains sites (Faubouloin, Corancy, le moulin Deslas) ainsi que les gens de la région.

Quelques taches et brunissures sur certains feuillets. Plusieurs feuillets intervertis. Exemplaire très bien relié.

Drouillet, p. 137.

  1. A ceux qui pleurent. Poésies.

Nevers, Louis Cloix, 1900 ; in-8, cartonnage bradel papier marbré, couv. (Laurenchet.)

60/80

88 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Ce second recueil de l’auteur, également destiné à recueillir des fonds pour l’église de Blismes, est composé de poèmes sur la souffrance et la miséricorde de Dieu. “ Respectueux hommage ” manuscrit par l’auteur. Exemplaire très bien relié.

Drouillet, p. 137.

  1. Un coin du Morvan - Autour de Château-Chinon – Simples esquisses.

Nevers, L. Cloix, 1901 ; in-8, demi-chagrin brun, titre dor. au dos, couv. (Laurenchet)

150/200

81 pp.

ÉDITION EN PARTIE ORIGINALE. Ce troisième recueil chante le bâti morvandiau en trois parties : Nos sanctuaires, où chaque poème célèbre une église, un calvaire ou une chapelle, Nos châteaux, évoquant ceux de Quincize, Argoulais, Mouasse, Solière, etc. mais aussi un dolmen et l’aqueduc de Montreuillon. La troisième partie enfin, Nos chaumières, renoue avec les évocations bucoliques de En Morvand. D’ailleurs, certains poèmes de cette partie avaient déjà paru dans ce précédent recueil. Chaque poème est dédié à une personnalité de la région.

Ce recueil est inconnu des frères Drouillet.

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur “ à Mr. l’abbé H. Fauconnier, très affectueux hommage.”

Bel exemplaire.

CHAZELLE (Henry.)

Journaliste et imprimeur à Dole.

  1. Le Creusot. Histoire générale.

Dôle, Imprimerie Henri Chazelle, 1936 ; in-8, chagrin rouge, 1er plat frappé des armes de la ville en rouge, noir, or et argent, dos orné de deux losanges noirs à fleurons et d’un motif noir, vert et ocre, représentant un toit d’usine et des cheminées fumantes, pièce de titre noire, tête rouge, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

100/150

3 ff., 373 pp., (1) p., 1 f., XLVII planches photographiques hors-texte, nombreuses gravures in-texte de R. Guyon.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage réalisé avec la collaboration de l’instituteur creusotin Pierre Marchand et préfacé par le Dr. Petit. I – l’histoire, la mine, l’usine, le Canal du Centre, cristallerie, dentelle. – II. La ville, les services, les écoles, les églises, les œuvres sociales, les rues. – III. Folklore, biographies, environs du Creusot. Cet ouvrage ne fut tiré qu’à 79 exemplaires.

Exemplaire provenant de la Bibliothèque du GÉNÉRAL KOENIG, résistant et homme politique (ex-libris).

CHEREST (Aimé).

Né à Auxerre en 1826, mort du choléra à Paris en 1885. Aimé Cherest, avocat au barreau d’Auxerre, conseiller général du canton de Bléneau, vice président de la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, organisa le Musée d’Auxerre dont il fut le conservateur.

  1. Usages locaux suivis comme loi dans le département de l’Yonne.

Auxerre, Gallot, 1861 ; in-8, demi-basane rouge, dos à nerfs. (Reliure de l’époque).

80/100

VII pp., 323 pp.

ÉDITION ORIGINALE de cet “ ouvrage devenu rare, apprécié des juristes ” selon Camille Dugenne p.266 –

Mouillure pâle à la marge supérieure.

  1. Vezelay. Etude historique.

Auxerre, Imprimerie Perriquet et Rouillé, 1863 -1868 ; 3 volumes in-8, demi-chagrin fauve, fil. à froid, dos ornés à la cathédrale dor. et à froid, têtes dorées, non rognés, couvertures. (Reliés vers 1890.)

600/700

2 ff., 364 pp., 1 f. – 2 ff., 420 pp. – 2 ff., 312 pp.

EDITION ORIGINALE de cette étude qui en 1869 obtint à l’unanimité le prix décerné au concours d’histoire par l’Académie de Dijon. Les tomes II et III sont imprimés sur grand papier vergé.

Bel Exemplaire.

  1. L’Archiprêtre. Épisodes de la guerre de cent ans au XIVe siècle.

Paris, A. Claudin, 1879 ; in-8, demi-basane verte, premier plat de la couverture conservé. (Reliure de l’époque).

100

2 ff., iv pp., 410 pp., 2 ff. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE. Vie et exploits, en Bourgogne et Nivernais, de Arnaud de Cervole, aventurier connu sous le nom de l’Archiprêtre, durant la guerre de cent ans. Ce redoutable brigand dévasta la Provence, le Dauphiné et la Bourgogne avant de devenir lieutenant général dans le Berry et le Nivernais.

CLAS (Fernand.)

Né à Leugny en 1868. Étudie le droit et entre comme clerc dans l’étude de Maître Poirson à Paris. Pendant cette période il fraye avec les écrivains et les chansonniers. Avec truculence, et dans un style simple, il décrit les moeurs paysannes dans des chansons et des contes en patois. Ce parisien restera toujours poyaudin et gardera sa vigne de Leugny jusqu’en 1919. Il boit son dernier pouilly fumé à Paris en mai 1935.

  1. Poésies auxerroises et chansons vigneronnes.

Auxerre, Mme Tridon-Gallot, éditeur, 1927 ; in-12, demi-basane rouge, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Reliure de l’époque.)

80/100

138 pp

EDITION ORIGINALE de cette anthologie constituée par Clas, avec des pièces de Jehan Régnier, Pierre Grognet, Roger de Collerye, Jean Pinard, Pierre Bailly, Jules Jouy, Fernand Clas lui-même et des Chansons vigneronnes. Préface de Fernand Clas. Tiré à 615 exemplaires, celui-ci est un des 500 sur Chesterfield.

CLAUDE (Victor).

Né à Evreux en 1819, mort à Auxerre en 1893, Victor Claude, vérificateur des Poids et Mesures d’Auxerre, conseiller municipal, est l’auteur de poésies bourguignonnes sous le nom de Un Bourguignon salé : sonnets, contes en vers, fables, boutades, naïvetés, épices.

  1. Les Grappillons. Contes en vers, sonnets, épigrammes, fables, boutades, naïvetés, épices, etc. Par un Bourguignon salé.

Paris, Arnaud et Labat, 1879 ; in-12, demi-chagrin brun, dos à nerfs, couverture illustrée conservée. (Reliure de l’époque).

150/200

4 ff. (titre et frontispice, eau-forte de Lalauze), VII pp., 216 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE de ce beau recueil de poèmes qui ne fut tiré qu’à 530 exemplaires. L’auteur est peint dans la préface “ ventre à table, sablant le petit clairet de nos côtes, dégustant finement les bons vins, découpant avec maestria les volailles grasses nourries de marrons, avec des lueurs éclatantes de gaieté rabelaisienne. ” De nombreuses pièces concernent la table et la bouteille : L’Ivrogne et le Cadi, La confession de l’ivrogne, Le Cosaque et le vigneron, Le potiron, Le haricot, la pomme, A mon ami viticulteur, etc.

Toutes les pages sont agrémentées de vignettes typographiques, de pampres de vigne, grappes et autres attributs bachiques. Oberlé, Fastes, n°1053.

UN DES 15 EXEMPLAIRES SUR CHINE.

  1. Les derniers grappillons. Contes en vers, sonnets, épigrammes, fables, boutades, naïvetés, épices, etc. Par un Bourguignon salé.

Auxerre, Editions Albert Lanier, 1891. In-12 broché.

60/80

4 ff. n. ch., VI pp., 2 ff. n. ch., 167 pp.

EDITION ORIGINALE. Beau frontispice gravé à l’eau forte par A. LALAUZE. Toutes les pages sont agrémentées de vignettes typographiques de pampres de vignes, grappes et autres attributs bachiques.

La préface signée F. Molard est une véritable profession de foi bourguignonne. De nombreuses pièces concernent la table et le vin : Sur la gastronomie, Sans cérémonie, Les vins de l’Auxerrois, Propos d’ivrogne, Toast au Stand auxerrois, excuse de l’ivrogne, Grandgousier au pressoir.

Ce rare volume est inconnu des bibliographies spécialisées et manque aux grandes collections.

Dos fendu, premier plat de couverture en partie détaché avec léger manque.

COLLIN (Dr. Henry.)

Médecin consultant à St.-Honoré-les-Bains, Henry Collin était fils du docteur Eugène Colin médecin inspecteur de cet établissement thermal.

  1. Saint-Honoré-les-Bains (Nièvre) Eaux thermales, sulfureuses, sodiques et arsenicales.

Paris, Henri Jouve, 1886 ; in-12 cartonnage orné d’éditeur.

50/60

VII pp., 206 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ce livre qui donne les caractères généraux et historiques de cette station thermale suivie d’une étude chimique et médicale des sources de St.-Honoré-les-Bains.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR. Bel exemplaire frais.

CONSTANTIN-WEYER (Maurice Constantin dit Weyer).

Né à Bourbonne-les-Bains (Haute-Marne) en 1881, mort à Paris en 1964. Ses études terminées, il part pour le Canada en 1902. Tour à tour fermier, cow-boy, bûcheron, trappeur, marchand de chevaux et de fourrures et journaliste, il incarne le parfait aventurier. Rentré en France en 1914, il se distingue en Champagne, à Verdun, en Macédoine et revient de guerre avec de nombreuses blessures. Après guerre, il se consacre au journalisme en province, à Nevers et à Poitiers. Le Prix Goncourt lui fut attribué en 1928 pour Un Homme se penche sur son passé

  1. Morvan.

Paris, Rieder, 1929 ; in-12, demi-chagrin noir, dos à nerfs orné de fleurons dorés, non rogné, couverture et dos. (Lobstein-Laurenchet).

60/80

218 pp., 3 ff.

EDITION ORIGINALE. L’auteur analyse les liens qui l’unissent au passé de cet îlot celtique, le granit, les forêts, les landes, les eaux de la Cure ou des Settons semblables par bien des points à la Bretagne ou à l’Ecosse ; Château-Chinon, Avallon, Semur, Dun-les-Places, Clamecy, Autun, Vézelay. Il jette ensuite un coup d’œil sur le Nivernais et sa capitale, où il vécut quatre ans la vie de journaliste avant de goûter au Far-West canadien. Un agréable recueil d’impressions de nature, d’art et d’histoire. Catal. Y. Dupont, n°30.

Exemplaire très bien relié, quelques rousseurs.

  1. P. C. de compagnie.

Paris, Les éditions Rieder, 1930 ; in-12 broché.

20/25

231 pp., (1) p.

EDITION ORIGINALE de ce récit des démêlés de l’auteur avec le général Sarrail, sur le front de Salonique.

Un des 700 sur Tour Clermont Vincent Montgolfier azur.

COQUILLE (Guy).

Seigneur de Romenay et de Beaudeduit, fils d’un grenetier au grenier à sel de Decize et de Jeanne Bourgoing, fille du lieutenant-général au baillage de Saint-Pierre-le-Moutier, Guy Coquille (en latin Conchylius) est né à Decize en 1523. Placé en 1532 à Paris, au collège de Navarre, ou beaucoup de jeunes Nivernais étudiaient alors, il achève ses études six ans plus tard. Coquille se rend ensuite à Padoue pour étudier le droit civil auprès de Marian Socin le Jeune et ne revient qu’en 1543. Les affaires malheureuses que lui laisse son père le forcent à suivre quelque temps le barreau de Paris, où il obtient en 1551 et 1553 deux décrets pour la vente à la criée de ses biens paternels. Le 1er septembre 1559, le feu ayant détruit les trois quarts de la ville de Decize, Guy Coquille s’installe à Nevers dans la maison de Jean Coquille, auditeur des comptes. Echevin de Nevers en septembre 1568, procureur général en Nivernais et en Donziois en 1571, Représentant le Tiers aux Etats Généraux de 1576 à 1588, il meurt en 1603. Guy Coquille est l’auteur de nombreux ouvrages qui, hormis les Poésies Latines, ne furent publiés qu’après sa mort.

  1. Histoire du pays et du duché de Nivernois.

Paris, Langelier, 1612 ; in-4, vélin de l’époque.

700/800

6 ff. , 389 pp. et 20 ff. (chronol. des évêques, Estant estably siège… et table.)

ÉDITION ORIGINALE RARE, publiée neuf ans après la mort de l’auteur par Antoine Loisel. Ce fut longtemps le seul livre consacré à ce sujet. Exemplaire complet des 20 feuillets à la fin de l’ouvrage qui manquent à beaucoup d’exemplaires.

Saffroy, II, 28901- Cioranesco 6842 – Thuillier 82.

Bel exemplaire dans sa première reliure. Sur le titre, ex-libris manuscrit de l’abbé de Brou, prêtre sulpicien (fin XVIIe). Il s’agit sans doute d’un membre de la célèbre famille bourbonnaise Feydeau de Brou. Ex-libris Charles Brugère Meyer-Noirel B 2694. Ex-libris du XXe siècle de Guy Coquille, descendant de l’auteur.

  1. Les Œuvres de Maistre Guy Coquille, sieur de Romenay…

Bordeaux, Labottière, 1703 ; 2 vol. in-folio, veau brun moucheté, dos à nerfs ornés de caissons et ornements dorés, tranches jaspées. (Reliures de l’époque.)

900

8 pp., 23 ff. n. ch., 569 pp., 4 ff. – 8 pp., 388 pp., 38 pp., 1 f. blanc, 336 pp., 5 ff. n. ch.

Quatrième édition, très recherchée et la plus souvent citée.

Déchirures aux angles de 3 ff. avec manque, sans atteinte au texte. Bel exemplaire dans sa reliure d’époque.

  1. [COQUILLE]. MAUMIGNY (J. de). Etude sur Guy Coquille, Publiciste et Jurisconsulte.

Paris, Sirey, 1920 ; in-8, cartonnage bradel papier marbré, couverture. (Laurenchet).

30/40

245 pp., 1 pl. photographique montrant une statue de Guy Coquille h.-t.

Maumigny, issu d’une famille de savants nivernais, était docteur en droit. Joint, un ff. manuscrit montrant un tableau généalogique de la famille Coquille.

COURMONT (Jean-Baptiste, dit Louis de).

Né à Blismes en 1828. Dès l’enfance, Louis de Courmont se passionne pour la musique, le dessin et la poésie. Il fait ses études à Château-Chinon et Corbigny. Après sa période militaire, il exerce comme précepteur à de la famille Coquille à Montreuillon. Attaché en 1860 à la Préfecture de la Seine, il assume le ravitaillement de la capitale pendant le siège de 1870. En 1892, il se retire à Blismes où, tout en s’occupant de l’administration de la commune, il continue à s’adonner aux lettres et à la poésie. Il y meurt en 1900. Poète de talent, il fut lauréat de nombreux concours. En 1862, il avait obtenu le prix de l’Union des Poètes. On lui doit aussi quatre pièces de théâtre. À propos de ses pièces, en 1869 alors que Sarah Bernhardt s’apprêtait à jouer Les viveurs à l’Odéon, le feu prit chez elle rue Auber, détruisant le manuscrit et les espérances de l’auteur.

  1. Feuilles au vent. Poésies. Illustrations par A. Beauvais, A. Berchon, E. Boisseau, U. Bourgeois, A. Duvivier, J. Gautherin, H. Hanoteau, A. Jullien, L. Martin, M. Merlin, Millot, J. Monteignier, A. Muri, E. Pail, C. Perrandeau, M. Rignot-Dubaux, A. Thomas, M. Thomas.

Paris, Tresse, 1884 ; grand in-8, demi-chagrin bronze, dos à nerfs orné, tête dorée, non rogné. (Reliure de l’époque).

150

XXIIIpp, 418 pp., 2 ff., 5 gravures h.-t.

ÉDITION ORIGINALE de ce luxueux recueil publié en souscription par l’Aiguillon, Réunion des Nivernais de Paris. Il est illustré de 30 gravures in et hors-texte par tous les artistes nivernais que le poète avait fréquentés. Beau portrait de l’auteur par Duvivier. Tirage à 1140 exemplaires. Celui-ci est un des 1100 sur vélin.

Fonds Morlon n°12032. – Dupont, n°448. – Van Bever III, p. 346.

  1. En Morvan.

Nevers, Imprimerie de la Tribune, 1901 ; in-8, demi-chagrin noir, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

80/100

228 pp., 1 f., 1 portrait photographique de l’auteur et 1 gravure dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE “ Publiée par les soins de la veuve du poète, ouvrage d’une quarantaine de pièces, extraites pour la plupart du volume Feuilles au vent, quelques-unes inédites ou publiées dans la Revue du Nivernais. Il y a là une heureuse diversité qui nous offre, à côté de rudes et puissants récits comme : la Main de sang, la Mort du cerf … des tableaux familiers tels que : la Maison de mon ami Jacques, la Noce Morvandelle ; des croquis de genre : Pinouche, le Bot-Gambi ; des descriptions d’un relief bien accusé : le Flottage, la Neige ; et enfin des pièces d’un pur et délicat sentiment parmi lesquelles : le Nuage rose, Rose d’hiver, les grands Bois, le Sentier, Derniers vestiges …” Revue du Nivernais. Novembre 1901. Fonds Morlon n°775. – Thuillier 1815-1915, n°209. Bel exemplaire finement relié.

COURTEPÉE (Abbé Claude).

Claude Courtepée est né à Saulieu en 1721, septième enfant d’une famille de tanneurs. Orphelin de père très jeune, il est confié à une tante, veuve de Gurnin, Seigneur de Montréal. Reçu bachelier à Dijon il entre au séminaire. D’abord vicaire à Avallon, il quitte la ville en 1749, pour diriger le collège de Saulieu puis ceux d’Autun, Meursault et Grésigny. On doit à ce passionné d’histoire de remarquables annales de Bourgogne. Le premier volume de la Description générale et particulière du duché de Bourgogne parait en 1774. Les cinq autres ainsi que son Abrégé paraissent dans les six années qui suivent. Modeste et éloigné des honneurs, il entreprend la correction du Dictionnaire géographique portatif appelé “ Le Vosgien ” et celle de l’Encyclopédie où il donna quelques notices. Il meurt en 1781.

  1. Histoire abrégée du Duché de Bourgogne depuis les Eduens, les Lingons et les Séquanois, jusqu’à la réunion de la province à la couronne sous Louis XI. À l’usage du collège de Dijon.

Dijon, chez Causse, Imprimeur-Libraire et se vend chez J.B. Capel, Libraire, 1777 ; in-12, basane brune marbrée, dos orné, tranches rouges. (Reliure de l’époque).

200/250

xii pp., 408 pp., 2 ff.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage recherché, écrit à la demande des administrateurs du collège de Dijon. Ce texte, plus complet que le premier volume de l’édition originale de la Description générale et particulière du duché du Bourgogne, a été repris dans la seconde édition de ce dernier ouvrage. Catal. Grangier de la Marinière, n°1936.Quérard II, p. 317. - Deux cahiers intervertis.

  1. Description générale et particulière du duché de Bourgogne. Dijon, L-N. Frantin, 1775-1785 ; 7 volumes in-12, plein veau blond, dos ornés de filets dor., tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

2000/2500

xxx pp., 1 f., 604 pp., 4 ff. – 1 f., 619 pp., (1 p.), 2 ff., 1 pl. h.-t. – 1 f., iii pp., (1) p., 3 ff., 643 pp. – 2 ff., 687 pp., (1) p., 1 gravure hors-texte – 2 ff., 682 pp., 1 f., carte dépliante h.-t. – 1 f., 734 pp., 1 f., 1 planche et 1 carte dépliante h.-t. – 462 pp., 1 f.

EDITION ORIGINALE. Exemplaire complet du très rare tome 7, paru après la mort de l’auteur. En réalité, ce dernier volume ne fut mis en vente qu’en 1788 comme le prouve l’approbation sur le dernier feuillet. Sous la Révolution, peu de souscripteurs ont cherché à compléter la collection. Le surplus fut vendu aux vieux papiers. Tome 1, Histoire générale. Tome 2 Dijon ancien et moderne, Beaune. Tome 3, Beaune, Nuits, Auxonne, Seurre, Autun. Tome 4, Charolles, Brionnais, Semur, Bourbon-Lancy, Chalons, Cuiseaux. Tome 5, Bourg en Bresse, Semur-en-Auxois, Montbard, Noyers, Avallon, Montréal. Tome 6, Avallonnais, Saulieu, Châtillon, Auxerre, avec plan d’Auxerre et une gravure. Tome 7, 1785 (paru en 1789) Comté d’Auxerre, Bar-sur-Seine, Mâconnais, Bresse, Bugey, Tables.

Brunet, n°24519. – Saffroy II, n°18795 – Quérard II, p. 317.

Ex-libris Bruno Monnier et L. Grelot.

  1. Relation du Grand Prix rendu à Beaune en Août 1778.

Dijon, Causse, 1779, petit in-8, demi-toile brune. (Relié vers 1900).

150/200

4ff. n. ch. (titre et préface), 135 pp., (1) p., 4 ff. n. ch. (table et privilège).

SECONDE ÉDITION, LA PLUS RARE, de cette relation d’un concours d’arquebuse à Beaune accompagné d’un arc de triomphe, d’un souper de 200 couverts, d’un défilé, etc. Précédée d’une histoire des archers, arbalétriers et arquebusiers en France, suivie d’une notice sur les villes participant au tournoi : Autun, Dijon, Châlon, Nuits, Saulieu, Semur, Mâcon… et d’une liste des chevaliers arquebusiers. L’éditeur indique à la fin de sa préface “ La première édition ayant été épuisée en 15 jours, l’imprimeur a remis sous presse cet ouvrage et je n’y ai fait de changements que l’addition de deux ou trois notes sur Dijon et sur Nuys, et la correction de quelques noms de Chevaliers. ” UN DES LIVRES LES PLUS RARES DE COURTEPEE. Cl. Janin, Imprimeurs de la Côte d’Or, page 174. Titre un peu sali, marge abîmée et restaurée, mouillure marginale à un coin de qq. feuillets.

  1. [COUTUMES]. Coustumes du Pays et Conté de Nivernoys enclaves et exemptions dicelluy. Accordées, leues, publiees et emologuées, en présence de gens et officiers de ma Dame la Comtesse de nevers, et de dreux Et des trois Estatz dicelluy pays : Par nos seigneurs maistres Loys Roillard, et Guillaume Bourgoing conseillers du roy nostre sire en sa court de Parlement a Paris, et commissaires de par icelluy, en ceste partie : et depuis, receues en icelle court.

Paris au clos Bruneau, à l’enseigne de la Corne de Cerf, par Guillaulme Lebret, libraire et messaiger juré de Luniversité, 1546 ; in-12, veau fauve marbré, dos orné, tranches rouges. (Reliure du XVIIIème s.)

1200/1500

114 ff. n. ch.

OUVRAGE RARISSIME. Sixième édition en caractères gothiques de la coutume de 1534. Les armes de Marie d’Albret comtesse de Nevers et de Dreux figurent au recto et au verso du titre. Le catalogue de la Bibliothèque Grangier de la Marinière précise que son exemplaire (relié en mouton vert et ayant servi à Brunet pour sa description) est le seul connu. Le notre est donc le deuxième exemplaire répertorié. Il a appartenu à Dupin et présente de nombreuses notes de sa main. Catal. vente Dupin.

Gouron et Terrin n°1278. – Brunet II, 375. – Grangier de la Marinière, p. 229, n°1804.

Petites épidermures sur la page de titre ayant endommagé quelques lettres.

RELIÉ À LA SUITE :

[François Ier]. Ordonnances Royaulx sur le faict de la justice et abbreviation des proces par tout le Royaulme de France, faictes par le Roy nostre sire : Et publiees en la court de Parlement a Paris le sixièsme jour du moys de septembre Mil cinq cents XXXIX.

Paris, Galiot du pre & Jehan André, 1539.

12 ff. n.ch., 48 ff.

Ouvrage également fort rare. Ordonnance dite de Villers-Cotterêts. Galliot du Pré et Bonhomme obtinrent le privilège du Roi et du Parlement le même jour chacun de son coté. Ils s’associèrent pour donner plusieurs éditions de cet ouvrage. Celle-ci est inconnue de Brunet. Les deux premiers cahiers intervertis. Renouard I, n°123. Bel exemplaire.

  1. [COUTUMES]. Les Coustumes du Pays et Duché de Nivernois. Avec le stile du Bailliage et Pairrie dudict pays et Duché, ressorts enclaves et exemptions d’iceluy…

A Nevers, Par Jean Millot, Imprimeur et Libraire de Son Altesse de Mantouë, 1631 ; in-12, vélin de l’époque.

400/450

12 pp., 2 ff., n. ch., 384 pp.

C’est le second des coutumiers imprimés à Nevers par Jean Millot, le premier avait paru, de format plus petit, en 1622. Jean Millot, qui fut le quatrième imprimeur de la ville de Nevers succède à son père Pierre Millot en 1622 et exerçe jusqu’en 1637. Cette édition est inconnue de Begat Notice sur l’Imprimerie à Nevers. Ex-libris manuscrit sur le titre C. Richou Eleu ( ?) à nevers 1692. Bel exemplaire.

Gouron et Terrin n°1280.

  1. [COUTUMES]. Coustumes du bailliage de Sens, et anciens ressorts d’iceluy. Avec les Notes de Me Jean Penon … Rédigées et arrestées au mois de novembre de l’an 1555, par ordonnance du Roy, en présence des trois Estats dudit Bailliage, par nous, Christophe de Thou Président, Christophe de Harlay, & Barthelemy Faye Conseillers du Roy en sa Cour de Parlement et Commissaires par luy ordonnés.

Sens, A. Jannot, 1732 ; in-12, basane brune, dos orné, tranches jaspées. (Reliure de l’époque.)

200/250

6 ff., 280 pp., 15 ff. n. ch., cxiii pp., (1 p.), 3 ff. n. ch.

Coutumes du baillage de Sens. Les feuillets liminaires donnent une épître latine de Jean Penon adressée à Christophe de Thou, Christophe de Harlay et Barthelemy Faye, datée de 1556. Ses notes portent sur la coutume de 1483. Quérard VII, p. 40. - Dupin n°1283 – Gouron et Terrin. n°2008.

Coiffe supérieure usagée.

  1. [COUTUMES]. Coutumes du Pays et du Duché de Nivernois, Enclaves et Exemptions d’icelui avec les Arrêts de Commutation des Bordelages en la ville et Fauxbourgs de Nevers.

Nevers, Louis Le Febvre, 1772 ; in-16, pleine basane fauve marbrée de l’époque.

300

1 f., 334 pp.

Rare édition de Nevers. Ex-libris manuscrit : Petri Sourdet… 1802 et cachet du même sur le titre.

Gouron et Terrin n°1281. – Begat p. 31.

  1. [COUTUMES]. Le Coustumier des Pays de Nivernois et Donziois fait à Nevers par assemblée des trois Estat et par autorité du Prince desdictz Pays, rédigé en 1490.

Manuscrit in-folio, s.d. (fin XVIIIe) ; demi-veau fauve, tranches rouges. (Lobstein – Laurenchet).

1000

2 ff., 169 pp., (1) p., 1 f. n. ch.

Ce coutumier probablement de la main de François Blaudin de Vignaux (1715-1803) qui fut échevin et maire de Nevers, a ensuite appartenu à son fils Claude-Hyacinthe Blaudin-Vallière (1762-1847) avocat et homme politique nivernais. Une note de Parmentier jointe au volume précise que Blaudin lui avait confié son manuscrit pour le collationner. Une autre note signée de Dupin dit que ce même manuscrit lui a été offert en 1842 par Blaudin. À la suite on trouve les Coutumes générales du baillage de Saint-Pierre-le-Moutier ressorts et exemption d’iceluy. Sur la page de garde, Dupin a rédigé une table du recueil.

CRIGNELLE (Henri de) [MONCORPS (Ambroise-Antoine-Prosper)].

Né en 1769 à Paris, fils de militaire, Ambroise-Antoine-Prosper Moncorps est élevé à Saint-Thibault près de Nuars (Nièvre), chez un cousin ancien militaire et chasseur intrépide. Il embrassera lui-même la carrière des armes. Au moment de la Révolution, jeune marié de vingt ans, il émigre, comme bon nombre de cadres de l’ancienne armée royale. Réhabilité puis banni de nouveau par le Directoire, on perd sa trace vers 1802. Nul ne connaît son parcours jusqu’à la date de publication du livre en 1851. On sait seulement qu’il refonda une famille.

  1. Le Morvan, (a district of France) ; its wild sports, vineyards and forest ; with Legends, Antiquities, rural and local sketches translated from the original manuscript in French, by Captain Jesse.

London, Saunders and Otley, 1851 ; in-8, cartonnage bleu de l’éditeur. (Reliure de l’époque).

2000/2500

xii pp., 326 pp., 1 f. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE EXTRÊMEMENT RARE de ce livre qui n’a paru en français qu’en 2004. C’est à la perspicacité du bibliophile Jacques Derymaker que nous devons l’attribution de ce livre à Moncorps ainsi que sa première édition en français.

L’ouvrage est une étude pittoresque du Morvan : histoire, paysages, climat, mœurs, antiquités (Carré-les-Tombes, forêt de La Goulotte, Croix Chavannes, Hôtel de Chanty, Bazoche, Vauban). La chasse et le braconnage occupe une grande partie du livre : lièvre, bécasse, perdrix, sanglier et loup. L’auteur agrémente ce récit de portraits pittoresques, en particulier sur les curés du Morvan, mêlant histoire, légendes et coutumes locales.

Coiffes usées.

CROSNIER (Abbé).

Né à Nevers en 1804, ordonné prêtre en 1828. D’abord vicaire à Saint-Saulge l’abbé Crosnier est nommé ensuite curé de Saint-Parize où il restera jusqu’en 1835. Envoyé comme curé-doyen à Donzy, il entreprend la reconstruction de l’église collégiale de Saint-Caradheuc dont les travaux se termineront en 1843. En 1850, il est nommé vicaire général et archidiacre de Bethléem-les-Clamecy. Il se consacre dès lors à l’histoire et à l’archéologie, et avec le concours de R. de Lespinasse, Georges de Soultrait, l’abbé Boutillier et du Broc de Ségange, il fonde à Nevers la Société Nivernaise des Lettres, Sciences et Arts, dont il devient le Président. Le 8 juin 1855, le pape Pie IX élève l’abbé Crosnier à la dignité de Protonotaire apostolique. Il meurt à Nevers en 1880. Ses oeuvres sont importantes, mais c’est surtout en archéologie qu’elles font autorité.

  1. Monographie de la cathédrale de Nevers.

Nevers, Morel, 1854 ; grand in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs orné de fleurons, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

100/120

2 ff., VI pp., 422 pp., 1 plan dépliant et 15 planches h.-t. dont 2 de sceaux et 3 d’armoiries.

ÉDITION ORIGINALE de cette importante étude sur l’histoire, l’architecture, la sculpture, les peintures murales, tapisseries et inscriptions de cette cathédrale, notices sur les évêques. Important appendice.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR “ À M. D’Alais, chanoine honoraire curé de Paray le Monial, souvenir affectueux de l’auteur. ” Rousseurs.

  1. Les Congrégations religieuses dans le diocèse de Nevers. Congrégations d’Hommes. – Congrégations de Femmes.

Nevers, Michot, 1877-1881 ; 2 volumes grand in-8, demi-chagrin rouge à coins, têtes dorées, couvertures conservées. (Reliures modernes).

250/300

2 ff., 602pp. – 2 ff., 450 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage rare, surtout complet des 2 volumes. Historique du personnel ecclésiastique et des ordres réguliers et séculiers. Couvertures tachées.

CROWDY (W.M).

  1. Burgundy and Morvan.

London, Christophers, s.d. (1925) ; in-4, cartonnage, pleine toile beige de l’éditeur, tête dorée, non rogné.

120/150

XIII pp., (1) p., 200 pp., 12 illustrations hors-texte de P.F. Gethin.

ÉDITION ORIGINALE de ce livre joliment illustré. L’auteur donne une histoire de la Bourgogne suivie de chapitres sur Auxerre, Avalon, Vezelay, Chastellux…

Cartonnage un peu défraîchi.

DAVIER (Louis Edme).

Né à Joigny en 1665, reçu avocat au Parlement de Paris, il plaide devant la prévôté et le bailliage, acquiert l’office de greffier en chef de l’élection de Joigny, où il succède à son grand-père Elie Le Roy. Historien, bienfaiteur de la ville de Joigny, il laisse des mémoires très précieux sur la ville et le comté, tableau fidèle des institutions de l’époque. Davier est mort en 1746

  1. Histoire de la ville et du comté de Joigny.

Joigny, Tissier, 1913 ; in-8 broché, couverture imprimée.

40/50

125 pp.

Première publication d’un manuscrit datant de 1723. Histoire, châteaux, bois, églises, commanderies, revenus.

Petit manque à un coin de la couverture et des 2 premiers feuillets.

DECHELETTE (Joseph).

Neveu de J. Déchelette, le successeur de Gabriel Bulliot, il fait des recherches sur Bibracte. Lorsque éclate la première guerre Mondiale, Joseph Dechelette s’engage dans l’infanterie à 52 ans. Il est tué par un éclat d’obus quatre jours après son incorporation.

  1. L’Oppidum de Bibracte. Guide du touriste et de l’archéologue au Mont Beuvray et au Musée de l’Hôtel Rolin.

Paris, Autun, (1903) ; in-12, demi-chagrin rouge, dos orné, couv. (Reliure de l’époque).

60

77 pp., 1 f., 1 carte sur double page et 1 carte dépliante en coul. h.-t., 27 illustrations dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE. Fonds Morlon n°404.

Très bel exemplaire finement relié.

DEMAGNY (Anatole).

Sous le pseudonyme de Demagny se cache Antonin Dhotel, un instituteur. On ne connaît de lui qu’un seul petit livre qui fut plusieurs fois réédité.

  1. La Morvandelle et le poète. Scènes villageoises.

Château-Chinon, Imprimerie Charles Luquet, 1898 ; plaquette in-12, cartonnage bradel papier marbré, couverture. (Laurenchet).

40/60

34 pp., 1 f. blanc.

Seconde édition qui semble très rare de ces scènes pittoresques de la vie villageoise avec de nombreux dialogues en patois morvandiau. Bel exemplaire.

DEVILERDEAU (Jules).

Exploitant de carrières.

  1. Le Morvan au point de vue Historique, Botanique, Géologique et Dynamique. Edition Mutuelle.

Paris, Imprimerie Chaudron, 1902 ; in-8 cartonnage bradel papier marbré, couv. (Laurenchet).

90/100

1 f., 71 pp., 1f., 1 carte géol. h.-t.

ÉDITION ORIGINALE. Forêts, arbres, gisements, roches, canaux, eaux minérales, sources battelerie…

  1. Le Morvan. Orographie-Géologie terrestre et dynamique.

Paris, Chaudron, 1903, in-8, cartonnage bradel percaline verte, couverture. (Reliure de l’époque).

100/130

264 pp, carte, 5 gravures hors-texte, vues du Morvan à pleine page dans le texte, nombreuses vignettes.

SECONDE EDITION CONSIDERABLEMENT AUGMENTEE, des chapitres sont consacrés à l’apiculture, la pisciculture, l’agriculture, d’autres traitent de la faune et de la flore, la dernière partie est une rapide étude sur les principales villes et lieux intéressants. Fonds Morlon n°502.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’historien Alfred Masse.

  1. [DIJON]. Dijon et la Côte d’Or en 1911.

40ème Congrès de l’Association Française pour l’Avancement des Sciences, Dijon, 1911 ; 3 volumes in-8, cartonnage bradel, papier marbré. (Laurenchet).

3 ff., VI pp., 580 pp., VIII pp. (publicité), 4 pl., 1 carte h.-t. – 2 ff., 463 pp., 1 f., 35 pl. h.-t. – 2 ff., 436 pp., 3 pl. h.-t.

ÉDITIION ORIGINALE abondement illustrée de photographies et dessins in et hors-texte. Le tome I rassemble les communications sur le milieu naturel et l’agriculture du département, le tome II étudie l’histoire et l’archéologie, le tome III l’industrie, le commerce, les Arts et la vie sociale.

DOMAIRON (Abbé).

  1. Le voyageur françois ou la connoissance de l’ancien et du nouveau monde.

Paris, Moutard, 1792 ; in-8,vélin, non rogné, couverture muette conservée. (Reliure moderne).

150/200

2 ff., 474 pp, 4 pp. de table.

ÉDITION ORIGINALE du tome XXXVII – Bourgogne, Franche-Comté, Alsace – de cette compilation sous forme de lettres de tous les voyages connus à l’époque. Le Voyageur françois a paru en 42 volumes de 1765 à 1795. Les 26 premiers tomes sont de l’abbé Delaporte, les tomes 27 et 28 de l’abbé Fontenay et les tomes 29 à 42 de Domairon. – Quérard 4, p. 550

Exemplaire provenant de la bibliothèque d’Abel MOREAU (ex-libris). Mouillure à un coin des derniers ff.

DORLHAC DE BORNE (Alphonse).

Directeur de l’école normale primaire d’Auxerre.

  1. Géographie Physique, agricole, industrielle, commerciale de l’Yonne.

Auxerre, 1869 ; in-12, demi-chagrin fauve, dos à nerfs orné. (Lobstein et Laurenchet.)

100/120

16 pp., 404 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ce petit guide, qui, outre les données générales et des notices pour chaque commune, donne un état précis de l’industrie, de l’agriculture et de la forêt, des faune et flore sauvages de ce département. Joli exemplaire bien relié.

DROUILLET (Jean et Henri).

Les frères Drouillet sont nés le 29 novembre 1911. Ils sont auteurs de nombreux travaux sur la littérature et le folklore nivernais. Henri est décédé en 1985, Jean, Inspecteur Principal à la Direction de la SNCF, en 2005.

  1. Histoire de Saint-Benin-d’Azy.

Editions de la Revue du Centre, 1936 ; in-8, demi-chagrin bronze, dos à nerfs, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

200/250

XVI pp., 603 pp., 1 f., 2 cartes dépliantes h.-t., tabl. et ill in-t.

EDITION ORIGINALE de cette remarquable monographie sur Saint-Benin-d’Azy : origines gallo-romaines, féodalité, fiefs et seigneurs (Girard de Las, du Bourg de Bozas), les curés, la Révolution, les XIX et XXe siècles, quelques biographies. Ouvrage primé par l’Académie Française. Catal. Dupont, n°215.

ENVOI AUTOGRAPHE DES AUTEURS à ALFRED MASSE. Joint, une LETTRE AUTOGRAPHE des auteurs, datée du 12 avril 1937 (2 pages in-8) dans laquelle ils remercient le Ministre de leur avoir obtenu les entrées à la Bibliothèque Nationale pour leurs travaux.

  1. Folklore du Nivernais et du Morvan.

La Charité-sur-Loire, Editions Thoreau, Editions M. Bernadat, 1959-1973 ; 7 volumes petit in-4, cartonnage bradel papier marbré, couvertures et dos. (Laurenchet).

500/700

311 pp., - 234 pp. – 189 pp., 1 f., 10 ff. de photographies h.-t. – 246 pp., 1 f. – 229 pp., 1 f. – 255 pp. – 237 pp., 1 f.

EDITION ORIGINALE de cet OUVRAGE RECHERCHE. Le travail le plus complet jamais entrepris sur le sujet. Nombreuses illustrations, cartes et documents in-texte.

Bibliographie, les âges de la vie, calendrier traditionnel, culte populaire de la Vierge et des Saints. La maison et la vie domestique, la cuisine traditionnelle, la vie paysanne, folklore juridique et social, les métiers. Folklore de la nature, astronomie et météorologie, faune et flore populaire, la terre, les pierres, les eaux. Littérature populaire, contes et légendes, dictons et proverbes, rimailles, devinailles. Les chansons populaires. Les parlers du Nivernais et du Morvan. Compléments et conclusion générale. Catal. Dupont, n°335.

Bel exemplaire très finement établi.

DUCOURNEAU (Alex) et MONTEIL (Amans Alexis).

  1. La France Nationale. Province de Bourgogne, illustré par les plus grands artistes contemporains.

Paris, De Maulde et Renou, s.d. [1840] ; in-folio, demi-chevrette rouge. (Reliure de l’époque).

400/450

2 ff., 527 pp., 3 cartes dépliantes et 22 planches hors-texte.

EDITION RARE ET RECHERCHEE comportant 22 lithographies sur fond teinté de SAGOT à pleine page représentant des vues de villes et 3 cartes dépliantes des départements de la Bourgogne. Catal. Mallard n°270 et Lorenz mentionnent une édition chez Maresq avec seulement 17 planches, le Catal. Heilbrun, Topographie française n° 94 présente un exemplaire avec la même collation que le nôtre mais probablement postérieure (1844) et aussi chez Maresq. Joint, une 23ème gravure de Sagot, représentant l’église St. Vincent de Mâcon. Cette édition de De Maulde et Renou qui comporte 22 gravures est beaucoup moins courante que l’édition Marescq. Ex-libris Charles Tur. Rousseurs.

DUNOD DE CHARNAGE (François-Ignace).

Né à St.-Claude en 1679 d’une très ancienne famille de robe, Dunod de Charnage fut historien et jurisconsulte, avocat et professeur de droit à Besançon. Sa réputation attira vers la Franche-Comté un grand nombre d’élèves de toute l’Europe. Dunod s’est éteint à Besançon en 1752. Ses ouvrages historiques et juridiques sur la Bourgogne et la Ville de Besançon sont tous très recherchés.

  1. Traités de la mainmorte et des retraits. Nouvelle édition augmentée de la lettre d’un magistrat de Franche-Comté, à un Seigneur de la même Province …

Paris, Veuve Dupuis, 1760 ; in-4, basane fauve marbrée, dos à nerfs orné, tranches rouges. (Reliure de l’époque).

200/250

250 pp., 9 ff. n. ch., 24 pp., 69 pp., 3 ff. n. ch.

ÉDITION RARE, LA PLUS COMPLÈTE ET LA PLUS RECHERCHÉE de ces deux traités. La Mainmorte a été le plus étendu des droits seigneuriaux. Cette étude s’appuie sur la Coutume du Comté de Bourgogne qui est l’une des plus parfaites sur la Mainmorte, et sur la jurisprudence du Parlement de Besançon qui connut une multitude de procès. Elle est augmentée de la Lettre d’un magistrat de Franche-Comté, à un seigneur de la même province contenant un petit essai sur les preuves nécessaires pour établir un droit de généralité de mainmorte dans la seigneurie.

Dantès p 49.

DUPIN DE CHARMOIS (Charles).

Dupin est né à Clamecy en 1731. Il exerça dans la finance et l’administration. Reçu avocat au Parlement de Toulouse il fut choisi en 1777 par les États du Languedoc pour défendre les diocèses et communautés contre les prétentions du domaine. Ses goûts jansénistes ne l’empêchèrent pas d’adhérer aux idées de la Révolution. Il siégea à la première assemblée électorale de l’Hérault. Il mourut à Montpellier en 1808.

  1. Instructions sur divers Questions relatives aux Droits de Contrôle, d’insinuation… avec des Observations analogues à chaque espèce… Ouvrage publié et imprimé en vertu de la Délibération de Nosseigneurs des Etats de la Province de Languedoc des 8 (et 18) janvier 1787 (et 1788).

Montpellier, Picot, 1787-88 ; 2 vol. in-4, brochés, couvertures bleues muettes, entièrement non rognés. (État de parution).

200/220

XV pp., 591 pp., (1 p.) – VI pp., 610 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE très rare du seul ouvrage publié de Charles Dupin. Guéneau p.59. – Dupin n°957

Exemplaire non rogné, tel que paru. De la bibliothèque Testu Comte de Balincourt (ex-libris).

DUPIN (André-Marie-Jean-Jacques, dit Dupin Ainé).

Né à Varzy en 1783, il suivit les cours de l’Ecole de Droit de Paris et fut reçu avocat en 1800 et docteur en droit en 1802. Dupin publia de nombreux ouvrages juridiques et acquit la réputation d’un savant jurisconsulte et d’un avocat habile. Pendant les Cent-Jours, il est élu, pour l’arrondissement de Château-Chinon, à la Chambre des Représentants. Après la seconde Restauration, il acquiert la célébrité en plaidant des causes politiques. Il défend le Maréchal Ney et d’autres grands soldats de l’Empire, ainsi que des directeurs de journaux et des écrivains poursuivis pour délit d’opinion. En 1827, il se lance à nouveau dans la politique. Il est élu député de Mamers puis réélu dans la Nièvre en 1830. Proche de Louis-Philippe, il est Ministre sans portefeuille, puis Procureur général près la Cour de Cassation. Il est réélu député de la Nièvre sans interruption jusqu’en 1851. Dupin préside l’Assemblée de 1832 à 1840 et de 1849 à 1851. Après le Coup d’Etat du 2 décembre, il donne sa démission du poste de Procureur Général. En 1857 il se rallie au régime, ce qui lui permet de reprendre ses fonctions, qu’il conservera jusqu’à sa mort survenue à Paris en 1865.

  1. Le Morvan. Topographie. Agriculture. Mœurs des habitants. Etat ancien. Etat actuel. – Scènes morvandelles. Fragments contenant les récits de fêtes populaires, inauguration de monuments, cérémonies religieuses et autres faits historiques touchant le Morvan…

Paris, Plon et Videcoq, 1853 ; in-12, demi-chagrin outremer à longs grains, dos orné de fil. dor. et de fleurons à froid. (Lobstein – Laurenchet).

200/250

VIII pp., 357 pp., 2 ff. intercalés p.175 (titre de la 3e partie), 1 f. catal.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage, l’un des préférés de Bachelin qui écrit dans son journal : “ J’éprouve je ne sais quel plaisir profond à relire Le Morvan de Dupin… Je reconstitue le Morvan de 1830 à 1850, pas si différent, après tout, de celui où mes yeux se sont ouverts. Je me rappelle avec force ces foires où j’entendais les paysans, en sabots et en blouses qu’ont eût dites cirées, discuter de leurs voix rauques. ”

Bel exemplaire, lavé, un peu court de la marge supérieure sans atteinte au texte.

Fonds Morlon 462 – Catal. Y. Dupont n°34-35 – Grangier de la Marinière n° 1797.

  1. TOMMY MARTIN (Abel.) Éloge de Dupin Ainé batonnier de l’ordre des avocats, discours prononcé à la rentrée de la conférence des avocats le samedi 15 Novembre 1873.

Paris, J. Claye, 1874 ; plaquette in-8 brochée, couverture imprimée.

20/30

2 ff., 100 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Couverture un peu défraîchie avec manque à un coin.

DUVAUT (Albert.)

  1. La coupe du Berger. Poèmes autunois.

Paris, Librairie Alphonse Lemerre, 1922 ; in-12, demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné, tranches jaspées, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

40/50

3 ff., 167 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE de ce recueil en trois parties ; La Vie Rustique, Les Morvandelles et Figurines autunoises.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR à Madame et Monsieur C. Lauriot. Exemplaire provenant de la bibliothèque d’André PASQUET (ex-libris).

  1. Nids et Chansons. Poèmes autunois.

Paris, Lemerre, 1936 ; in-12, broché, couverture imprimée.

40/50

162 pp., 1 f. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE. À travers le pays, La bonne voie, Chez les bêtes, Figurines rustiques et Gens du pays.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR “ à Monsieur Jacques des Gachons, hommage respectueux et cordial. ” Joint une LETTRE AUTOGRAPHE datée de 1932, 3 pp. in-12 également adressée au poète Jacques des Gachons : “ … Je serais heureux et fier si ma modeste muse rustique avait le don de vous agréer… Bien sincère serait ma gratitude si vous aviez la bonté de donner place à mon volume de vers dans vos chroniques de Fémina… ”

EBRAY (Théophile).

Né à Bâle en 1823, Théophile Ebray fut Ingénieur du Chemin de fer du Bourbonnais. Il habita longtemps Pouilly. Membre de la Société géologique de Œuvre, de la Société des Ingénieurs civils et fondateur du Comité de Paléontologie française et de la Société des Recherches du Nivernais, il publié de nombreuses études géologiques sur le département de la Nièvre ainsi qu’une carte géologique de la région.

  1. Etudes géologiques sur le département de la Nièvre.

Paris, J-B. Baillière et fils, Lacroix et Baudry et Nevers, 1858 ; in-8 demi-basane verte, dos orné. (Reliure de l’époque).

120

IV pp. (reliées p. 48), 372 pp., 26 pl. dépl. – 10 pp. (paginées 119 à 138), 1 tableau dépliant.

ÉDITION ORIGINALE, publiée en livraisons de 1858 à 1864 avec de nombreuses cartes. Relié à la suite : tableau synoptique des terrains sédimentaires du département de l’Yonne et Aperçu sur la géologie du département de l’Yonne par Gustave Cotteau, grand paléontologiste originaire de Châtel-Censoir. Catal. Grangier de la Marinière, n°1817. – Catal. Dupont, n°36.

Le tableau synoptique … de l’Yonne déchiré sans manque et roussi.

  1. [En collaboration avec DEZAUTIÈRE] Description géologique du bassin houiller de Decize au point de vue de recherches à faire dans le but de créer de nouvelles exploitations.

Paris Nevers et Decize, Baillière, Morel, Mielle, 1864 ; plaquette in-8, couverture bleue muette.

60/80

28 pp., 1 f. de planche montrant 2 coupes géologiques.

ÉDITION ORIGINALE très rare. Monsieur Dezautière était médecin et adjoint au maire de Decize. Importance industrielle du bassin houiller de Decize, nature des terrains de recouvrement, cause de l’apparition du terrain houiller de la Machine, sondages, etc.

FANCHY, pseudonyme de Louis MIRAULT.

Né en 1866 à Cours-les-Barre (Cher) d’une famille de forestiers originaire des Amognes, Mirault sera lui-même administrateur de la forêt de Givry durant 43 ans. Rimant dans un patois du Val de Loire mi-nivernais mi-berrichon, il est révélé comme poète par Le Rimoir de Fanchy. J. Rictus a dit : “ c’est un très grand et très profond poète, et je regrette qu’il ne soit pas plus connu. On cherche à l’imiter, mais les connaisseurs ne s’y trompent pas. Vous avez en Fanchy une vraie gloire nivernaise et certains de ses poèmes valent dix millions de fois les cogitations alexandrines de tel poète d’à présent que l’on déclare illustre ”. Il fut l’un des principaux collaborateurs de La Revue du Nivernais fondée par Achille Millien. Plusieurs de ses manuscrits sont déposés aux Archives départementales de la Nièvre.

  1. Le Rimoir de Fanchy. Bois gravés de Fernand Chalandre.

La Charité-sur-Loire, R. Thoreau, 1923 ; in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs orné de fleurons dorés, couverture et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

200/250

4 ff. n.ch., 200 pp., 3 ff.

ÉDITION ORIGINALE RARE du recueil qui fut, selon Marius Gerin “ la révélation d’un vrai poète qui a mis au service d’une connaissance intense de l’âme populaire et paysanne, une sensibilité rare, une bonne humeur spirituelle, un art consommé du rythme poétique… ” Ce livre est préfacé par Achille Millien et illustré de bois gravés de Fernand Chalandre ainsi que d’un frontispice de Louis Mohler.

Tirage limité à 200 exemplaires numérotés sur vergé de papeteries de Corvol l’Orgueilleux. BEL ENVOI AUTOGRAPHE A LOUIS MOHLER, “ Mon cher Ami, voici le “ Rimoir ”, et votre parfait “  Cyr-vielleux “  en frontispice. J’avais prié l’ami Thoreau d’agrandir le vielleux autant que le permettait le format. J’ai sans doute parlé trop tard. Il est resté petit. Mes regrets ne font qu’aviver ma fierté d’avoir un Louis Mohler en tête de mon livre. Votre vieux et très reconnaissant – Fanchy. ”

  1. Pernelles et Bigarriaux. Bois gravés de André Deslignères.

La Charité-sur-Loire, R. Thoreau, 1928 ; in-8 demi-chagrin havane, dos à nerfs orné de fleurons dorés, couverture et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

150/200

5 ff., 200 pp., 5 ff.

EDITION ORIGINALE. Nombreuses vignettes sur bois d’André Deslignères dans le texte. Poèmes en patois, “ merveilleuse suite du Rimoir ” disent les frères Drouillet.

Tirage limité à 500 exemplaires. Celui-ci est un des 100 EXEMPLAIRES DE TÊTE SUR PUR FIL LAFUMA. BEL ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur à l’illustrateur et poète nivernais LOUIS MOHLER : “ Au temps du “ Rimoir ” je savais, mon cher ami, ce que les yeux nivernais doivent de reconnaissance et de fierté à l’artiste complet que vous êtes. Au temps de “ Pernelles et Bigarriaux ” c’est vous qui savez mon vrai culte de frérot patoisant pour l’esprit et le cœur de celui que j’appelle (entre nous) “ mon ch’ti Louis ”  - Fanchy. ”

  1. Pernelles et Bigarriaux.

La Charité-sur-Loire, R. Thoreau, 1928 ; in-8, broché, couv. illustrée.

40/60

Un des 400 exemplaires sur papier Aussedat.

  1. Nivernettes.

Nevers, Imprimerie de la Nièvre, s.d. [1932] ; in-8, demi-chagrin, dos orné, couverture illustrée conservée. (Lobstein – Laurenchet).

60/80

21 pp., 1f. gravures in-texte par M. Rollet.

ÉDITON ORIGINALE, tirée à 300 exemplaires numérotés. Bois gravés par Rollet.

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur “ Au cher Louis Mohler, Au bon Ch’ti Louis, deux jumeaux de haut choix. ”

Bel exemplaire.

  1. [En collaboration avec Pierre CHAMBON] Au pas de nos bœufs. Patoiseries nivernaises. Poésies et contes ornés de dessins de Pierre Chambon. Préface de Claude Aveline

La Charité-sur-Loire, Delayance, 1935.

Théâtre nivernais. Dessins de Pierre Chambon. Préface de Simmone Ratel.

Idem, Ibidem, 1939 ; ensemble 2 vol. in-8, brochés, couv. illustrées.

80/100

EDITIONS ORIGINALES. Le premier volume contient 20 poèmes et 9 contes en prose de Fanchy dont quelques-uns avaient déjà été publiés. Ces poèmes sont certainement parmi les meilleurs de son œuvre. Tous ces textes sont en patois nivernais. Pierre Chambon, né à Chateauneuf-Val-de-Bargis en 1906 fut à la fois, acteur, auteur dramatique, conteur et poète. “ Dans ses contes patoisés pleins de finesse et ses vers, il se révèle le disciple fidèle et appliqué d’un maître au talent difficilement égalable, le bon et délicat Fanchy. Dans ce recueil on trouve 7 contes en prose et 14 poèmes ainsi que son théâtre nivernais (dont il est le véritable créateur) ”. Drouillet II, 211. Beaux exemplaires très frais.

FLAMARE (Henri de).

Né à Sens en 1851, cet ancien élève de l’Ecole des Chartes fut archiviste des Alpes-Maritimes de 1876 à 1881. Il dirigea ensuite les Archives départementales de la Nièvre. Ce savant historien, archéologue et généalogiste a, dans ses nombreuses investigations, exhumé une foule de documents se rapportant à la province nivernaise.

  1. Le Nivernais pendant la guerre de cent ans.

Nevers, Grémion, et Paris, Champion, 1913-1925 ; 2 volumes in-8, demi-basane blonde, couvertures et dos, non rognés. (Reliures de l’époque).

200

1 f., III pp., 391 pp., 1 f. – III pp. 365 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage rare et très recherché, surtout complet des 2 volumes qui ont paru à 12 ans d’intervalle. Le tome I concerne les années 1404-1430, le second tome réunit les pièces justificatives et des documents inédits, publié par M. Destray, successeur de l’auteur. Surugue p. 614. – Catal. Dupont, n°119.

FOLLEREAU (Raoul).

Né à Nevers en 1903. Après une licence de droit et de philosophie à la Sorbonne, Raoul Follereau renonce à une carrière d’avocat pour devenir journaliste. Homme de lettres, il s’intéresse au théâtre mais aussi à la poésie et fonde la Ligue d’Union latine qui permet la publication de jeunes auteurs. En 1936, il consacre un reportage à l’œuvre du Père Charles de Foucaud au Niger et décide de poursuivre le travail de ce dernier auprès des lépreux. En 1954, il crée la Journée Mondiale des lépreux, fonde plusieurs associations à travers le monde, dont l’Association française Raoul Follereau. Il décède à Paris en 1977.

  1. Tour du Monde chez les lépreux.

Paris, Flammarion, 1953 ; in-12, demi-maroquin prune à coins, dos à nerfs orné, tête dorée, couverture et dos conservés. (Kauffmann – Horclois).

150/200

251 pp., 1 f., 9 ff. de photographies hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE très recherchée de ce livre qui fit mondialement connaître l’auteur et son combat contre la lèpre.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR.

  1. [FORTIFICATIONS – AUXONNE]. Mémoire Général sur la Ville d’Auxonne.

Manuscrit de la fin du XVIIIe siècle, 30 pp., 4 ff. (blancs) in-folio, demi-veau blond fauve, titre ancien collé sur le premier plat. (Laurenchet).

400/500

Anecdotes historiques, Du clergé, Des différentes juridictions, Hopital, Utilité de la place, Digue d’Auxonne, Commerce population et Agriculture, Pépinière, Jeux de l’arc et arquebuse, Moulins fours et aprovisionnements (cette section donne les ressources en lard, légumes, riz, sel, tabac, vin, bois…) et Bâtimens militaires, leurs contenu et destination, partie qu’on en peut tirer en tems de guerre.

Pâle mouillure sur le bas de tous les feuillets.

  1. [FORTIFICATIONS – AUXONNE.] Fortifications. Détails concernant l’officier du Corps Royal du Génie chargé en Chef des Fortifications d’une place de Guerre.

Manuscrit de la fin XVIIIe siècle, 80 ff. in-folio, demi-veau blond fauve, titre ancien collé sur le premier plat. (Laurenchet).

400/500

Les 10 premiers feuillets sont les instructions aux ingénieurs donnant la manière d’organiser les documents et de rendre compte au Directeur et au Ministre.

La suite du manuscrit émanne de la direction de deux Bourgognes, elle est constituée de comptes-rendus de travaux effectués sur des fortifications ; 91 ff. concernent Auxonne en 1780 et 4 ff. en 1781, 12 ff. le Château de Dijon en 1780 et 7 ff. en 1778, 2 ff. concernent les fortifications du Port de l’écluse en 1777.

FOUDRAS (Marquis de.)

  1. Réunion de 2 ouvrages en 3 vol. in-12, cartonnage demi-toile rouge à coins.

150/200

Les Gentilshommes Chasseurs. Paris, Librairie cynégétique, 1922 ; Frontispice et vignettes sur bois. Récits de chasses dans le Morvan. Exemplaire provenant de la bibliothèque de la famille Grysperre (ex-libris.)

Les veillées de St. Hubert. Idem, Ibidem, 1925 ; 2 vol. Frontispices et vignettes sur bois. Récits de chasses en Bourgogne. Exemplaire provenant de la bibliothèque de la famille Grysperre (ex-libris.)

FRANC-NOHAIN

Maurice Legrand dit Franc-Nohain est né à Corbigny en 1872 et mort à Paris en1934. Ayant passé une partie de sa jeunesse à Cosne, après des études à Nevers, puis au lycée Janson de Sailly, il échoue à Normale supérieure. Il entreprend alors une carrière préfectorale et devient Chef de Cabinet de plusieurs préfets. En 1899, il abandonne l’Administration pour se consacrer à la littérature. C’est Alphonse Allais qui le fit connaître en publiant dans son journal quelques-uns de ces “ poèmes amorphes ” qui devaient valoir à leur auteur tant de succès. Poète, humoriste, romancier, essayiste et auteur dramatique, il créa un genre où il est resté maître.

  1. L’orphéon, chœurs et cantates.

Paris, La Renaissance du livre, (1925) ; in-12, demi-chagrin brun, non rogné, couverture et dos conservés. (Reliure de l’époque).

50

258 pp., 1 f. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE. Un des 150 exemplaires sur pur fil Lafuma. Talvart et Place VI, p. 127.

Ex-libris du bibliophile et historien nivernais A. Massé.

  1. REUNION de 8 recueils poétiques en édition originale. 8 vol. in-12, l’un broché, 6 reliés en demi-chagrin et 1 en demi-vélin, avec couvertures conservées.

120/150

Flûtes, poèmes amorphes, fables, anecdotes, curiosités. Paris, Editions de La Revue Blanche, 1898. (Ex-libris A. Masse.) – Les chansons des trains et des gares. Paris, la Revue Blanche, 1899. – La Nouvelle Cuisinière bourgeoise. Plaisirs de la table et soucis du ménage. Id., Ibid, 1900. (Ex-libris A. Masse.) – Le Dimanche en famille. Paris, F. Juven, 1903. (Ex-libris A. Masse.) – Fables. Paris, La Renaissance du livre, (1921). Illustrations h.-t. par Marie-Madeleine Franc-Nohain et vignettes par Clot. (Ex-libris A. Masse.) – Le Jardin des Bêtes et des Plantes. Paris, “ le livre ”, 1923. (Ex-libris A. Masse.) - Fables nouvelles. Paris, Renaissance du livre, (1927) ; broché. Envoi autographe de l’auteur et cachet “ paroisse d’Argenton-le-Château ”. Fables. Paris, Grasset, 1931. Édition en partie originale, un des 50 de tête sur vélin Lafuma.

Talvart et Place, VI, p. 125 – 128

Lot divisible au gré des acquéreurs.

  1. REUNION de 8 ouvrages in-12 en édition originale, l’un broché et 7 reliés en demi-chagrin ou basane.

120/150

Le Pays de l’instar. Paris, la Revue Blanche, 1901. (Ex-libris A. Masse.) – Jaboune. Paris, Fasquelle, 1910. – Fiches d’histoire politique et sociale contemporaines. Paris, P. Lethielleux, (1913). – Le Journal de Jaboune. Paris, Lafitte, 1914. Couv. illustrée, illustrations dans le texte. (Ex-libris A. Masse.) – Serinettes et petites oies blanches. Paris, La Renaissance du Livre, (1919). (Ex-libris A. Masse.) – Les avis de l’Oncle Bertrand. Paris, La Renaissance du Livre, (1920). (Ex-libris A. Masse.) – L’art de vivre. Paris, Spes, 1929, broché. – Guide du bon sens. Paris, Éd. des Portiques, 1932 ; demi-bas noire, dos orné.

Talvart et Place, VI, p. 125 – 128

Lot divisible au gré des acquéreurs.

FROMAGEOT (Jean).

Jean Fromageot, né à Beaune en 1903, s’installa à Tonnerre où résidait son grand-père pharmacien. Après des études de droit et d’histoire à Paris, il fit toute sa carrière professionnelle à la Préfecture de police de Paris. Il resta très attaché à Tonnerre et entreprit de nombreuses études locales. Il est décédé en 1984.

  1. Tonnerre et son Comté des origines à la Révolution de 1789.

Association Bourguignonne des Sociétés Savantes, 1973 ; in-8, demi-maroquin rouge, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés, non rogné. (Laurenchet).

200/250

XXIV pp., 482 pp., 1 f. n. ch., XIX pl. photographiques et 5 cartes dépl. h.-t., nombreuses illustr. in-t.

ÉDITION ORIGINALE de cette encyclopédie narrative de la ville de Tonnerre, depuis ses origines, fort anciennes, (Tomodurum, bâti sur un pédoncule de défense), jusqu’à la Révolution. Elle nous permet d’assister, à l’apparition de la dignité comtale et à la fondation des puissantes abbayes, au tournoi de Rougement et à la première prise de la ville (1411), au grand incendie de 1556, à l’édification de la tour Notre-Dame et à la suppression du comté, le 4 août 1789 …

Un des 200 exemplaires sur pur fil Lafuma très bien relié.

GAGNARRE (Philibert).

Archiviste du chapitre de la cathédrale d’Autun. Dans le Catal. Grangier de la Marinière, son nom est orthographié Gagnard.

  1. Histoire de l’Eglise d’Autun contenant la naissance de cette église … l’établissement des deux cathédrales … une histoire abrégée des cardinaux et évêques.

Autun, P.P. Dejussieu, 1774 ; in-8, demi-basane fauve, dos à nerfs orné, tranches jaspées. (Reliure du XIXe).

300/400

viii pp., iv pp., 2 ff., n. ch., 651 pp., (1) p.

ÉDITION ORIGINALE RARE de ce livre bien documenté : La naissance de cette Eglise, des Mémoires pour servir à l’Histoire des Evêques d’Autun, leurs prérogatives. - L’Etablissement des deux Eglises Cathédrales ; une dissertation sur la translation des Reliques de Saint-Lazare à Autun ; l’état actuel du Chapitre Cathédral ; Ses droits et privilèges, les jugements qui les ont confirmés ; ses anciens usages, ses manuscrits ; l’origine des cérémonies de la fête de Saint Lazare. – Une Histoire abrégée des Cardinaux et Evêques qui ont été tirés de cette Eglise ; des Saints Martyrs et Confesseurs ; des Auteurs Ecclésiastiques ; des principales Eglises et Monastères de ce diocèse.

Ouvrage donné par le monastère de la Visitation d’Autun le 17 janvier 1869 (ex-dono manuscrit).

Catal. Grangier de la Marinière, n°1981. – Cioranesco 30080 – Conlon 74 :973

GALLY (Abbé Michel)

Né à Avallon en 1816, prêtre en 1839, professeur au Petit Séminaire d’Auxerre de 1840 à 1849. Gally s’installe à Avallon en 1850 où il fonde la Société d’Etudes d’Avallon qu’il préside jusqu’en 1880. Aumônier du collège et de l’hôpital, puis curé de la paroisse Saint-Martin d’Avallon (1866), Chanoine titulaire de Sens (1879), il fut appelé à Sens pour siéger au chapitre archiépiscopal. Il est mort en 1904.

  1. Voyage dans l’Avallonnais. Vézelay monastique. Le Monastère, l’église, le Pèlerinage et les reliques de Sainte-Marie-Madeleine, l’église de Saint-Père.

Tonnerre, P. Bailly, 1887 ; in-12, demi-chagrin noir, dos à nerfs orné. (Lobstein-Laurenchet).

60/80

1 f., XVII pp., 1 f., 148 pp., 3 pl. et 1 carte dépliante h.-t., illustrations in-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Fonds Morlon n°248.

Mouillure marginale sur tout le volume avec réparations aux 5 premiers ff.

GARENNE (Xavier.)

Né à Moulins-Engilbert en 1828, d’un père médecin, Xavier Garenne fit fi des clystères et des seringues. Il s’essaya au droit, entra même dans la magistrature mais jeta vite sa robe aux orties pour se retirer à Mazilles, près de Luzy. Il se livra alors à de nombreuses recherches historiques et archéologiques et fut le premier à reconnaître l’emplacement de Bibracte sur le mont Beuvray. Après la guerre de 70, il fut élu maire de Luzy. Il meurt en 1882. Bulliot poursuivra ses études sur Bibracte.

  1. Bibracte.

Autun, L. Duployer, Imprimeur-Libraire, 1867 ; in-8, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couverture et dos conservés. (Relié vers 1900.)

250/300

2 ff., 228 pp., 9 planches hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE très rare de cette monographie sur Bibracte par le découvreur de son emplacement. Fonds Morlon n°888.

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur au Baron Henri d’Espiard.

GARNIER (Joseph).

Joseph Garnier, (1814- 1903) fut archiviste de la Côte d’Or durant soixante-treize années. Sa notoriété technique était fort étendue, ses inventaires sont des modèles. Il fit paraître de 1867 à 1877 trois gros volumes contenant plus de 550 chartes de commune ou d’affranchissement, puis il entreprit une Introduction que la mort l’empêcha de terminer et qui fut achevée par Ernest Champeaux, professeur à la Faculté de Droit de Dijon.

  1. Chartes de communes et d’affranchissements en Bourgogne.

Dijon, J-E. Rabutot, puis Darantière, 1867-1918 ; 4 volumes in-4, cartonnages toile brune, couvertures. (Laurenchet).

600/700

2 ff., 587 pages incomplet des pp.329 à 335 – XX pp., 656 pages – XVII (I) pp., 733 pages – 2 ff., 1 portrait gravé, 1 f., 999 pp.

C’est le seul ouvrage traitant de façon aussi complète des institutions municipales du XIIe au XVIIe siècle. Ces chartes révèlent tous les aspects de la vie des communes, métiers, économie, police, justice… Le tome 4, posthume est principalement dû au travail d’Ernest CHAMPEAUX, professeur à la faculté de droit de Dijon. Ce dernier tome appelé Introduction retrace l’histoire de la Bourgogne au travers de ses Chartes, De la condition… avant l’institution des Chartes, Marche de la révolution communale en Bourgogne, Institutions nées de la révolution communale.

GARREAU (Antoine).

Né en 1672 à Toulon-sur-Arroux, mort à Dijon en 1738, Antoine Garreau fut Procureur au Parlement de Bourgogne.

  1. Description du Gouvernement de Bourgogne, Suivant ses principales Divisions Temporelles, Ecclesiastiques, Militaires et Civiles. Avec un abrégé de l’histoire de la Province, et une description particulière de chaque pays, villes et bourgs qui en dépendent.

Dijon, A. de Fay, 1717 ; petit in-8 veau brun, dos à nerfs orné, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

200/300

4 ff. n. ch., 60 pp., 326 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE. La première partie est consacrée à l’histoire de la Bourgogne, la seconde à l’organisation et aux divisions de la province. À la fin de l’ouvrage, description particulière des pays, villes et bourgs, par ordre alphabétique. Papillon p. 242 signale que ce travail fut composé sur les mémoires de M. Ferrand, intendant de Bourgogne au début du XVIIIè siècle. Ex-libris manuscrit sur le titre : Raviot, le 21 aoust 1728.. Ex-libris illustré de Abel Moreau (XXe siècle.)

  1. Description du Gouvernement de Bourgogne, Suivant ses principales Divisions Temporelles, Ecclesiastiques, Militaires et Civiles. Avec un abrégé de l’histoire de la Province, et une description particulière de chaque pays, villes, bourgs, paroisses, et autres communautés qui dépendent de ce gouvernement. Seconde édition, corrigée et considérablement augmentée.

Dijon, A. de Fay, 1734 ; in-8, plein veau brun, dos orné, tranches rouges. (Reliure moderne, pour laquelle on a conservé le dos ancien).

400/420

4 feuillets non chiffrés, 707 pp., 1 f. (privilège.)

SECONDE EDITION, la plus complète. À sa mort, l’auteur travaillait à une troisième édition qui n’a jamais paru. Exemplaire complet du privilège qui manque souvent. Ex-libris manuscrit sur le titre : “ Ce livre est à Lessore de Dijon, ancien trésorier de mortes paÿes.”

GAUTHIER (Marthe).

  1. Au carrefour des trois provinces.

Bourbon-Lancy, Imprimerie Sotty, 1966-1971 ; 3 volumes in-8, demi-chagrin noir, dos à nerfs ornés, couvertures et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

200/220

195 pp., 1 f., ill. in-t. - 302 pp., 1 f., ill. in-t. – 417 pp., 1 f., illustré de dessins de L-G. du Chariol in-t.

ÉDITION ORIGINALE de cette importante étude sur l’histoire des deux baronnies de Vitry-sur-Loire et de la Nocle, aux confins du Nivernais, de la Bourgogne et du Bourbonnais à laquelle fut incorporée celle de Ternant. L’auteur a compilé le fonds Bruneau de Vitry, conservé à Nevers, et des archives des prieurés de Cronat, dépendance de Saint-Symphorien d’Autun et de Montambert, relevant de La Charité-sur-Loire. Elle a utilisé les documents en les replaçant dans une explication du régime seigneurial et du régime féodal, destiné à rendre accessibles les données qu’ils recèlent.

ENVOI AUTOGRAPHE à chaque volume. Bel exemplaire très bien relié.

GAUTRON DU COUDRAY (Victor).

Victor Gautron du Coudray est né à Nevers en 1868 dans une famille de faïenciers. Il était le neveu du commandant Barat qui illustra L’Album Historique et Pittoresque du Nivernois. A quinze ans, il devint l’un des meilleurs élèves du paysagiste Hector Hanoteau (1823-1890). Initié à l’histoire naturelle par le R.P. Pestre, correspondant du Muséum, il étudie au Muséum, à l’Ecole d’Anthropologie et à la faculté des Sciences de Paris. S’il s’est révélé d’abord géologue, c’est en qualité de botaniste qu’il écrivit ses premiers ouvrages. Contraint à vendre sa propriété en 1901, il vivra à Paris de revenus aléatoires.

Âgé, il retourna dans la Nièvre, dans une petite chambre de l’hospice de Corcelles réservée aux artistes. Il y mena une vie très active, plantant son chevalet sur les berges de la Loire ou arpentant les environs pour herboriser.

Bien avant ce retour définitif dans la Nièvre, il s’intéressa de près aux musées du département. C’est ainsi qu’il remplaça Emile Boisseau à la direction du musée de Clamecy. A Marzy, en 1938, il fonda le premier musée de village, puis en 1942 le cabinet de numismatique de la Bibliothèque Municipale de Nevers, avec un don à la ville de 1778 pièces de monnaie. Il est également à l’origine de la création du Musée de La Charité-sur-Loire en 1954.

  1. Pochades Morvandelles. Poésies agrestes.

Paris, Librairie du Palais, Louis Ceyrolle, sans date (1902) ; petit in-8, broché, couverture imprimée.

30/40

41 pp., 1 f., ornements typographiques.

ÉDITION ORIGINALE TRÈS RARE du premier recueil de l’auteur. “ Par la recherche et la précision des termes, jointes à une minutieuse description des paysages, l’auteur semble suivre la trace d’Achille Millien. ” dit Drouillet II, p. 45. – Fonds Morlon n°699. Envoi autographe d’un certain Julien Hubert à son ami Vicologulo, 1914. Couverture tâchée.

  1. De Paris à Nevers au temps des diligences en 1832.

Saint-Pierre le Moûtier, Editions de la Revue du Centre, 1936 ; in-12, cartonnage bradel papier marbré, couverture et dos. (Laurenchet).

30/40

1 f., 84 pp., 1 f. illustré de reproductions de gravures anciennes.

ÉDITION ORIGINALE. Fruit de lectures d’impressions de voyages centenaires et de compilation d’annuaires de l’époque, ce livre se veut un guide rétrospectif. Drouillet II, p. 44. Bel exemplaire bien relié.

  1. Marzy. Descriptif historique et pittoresque.

Nevers, Chassaing, 1942, in-12, cartonnage bradel papier marbré, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

60/80

176 pp., 2 ff., 20 photographies hors-texte, 1 partition in-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Exemplaire finement établi.

GAY (Jean-Lucien).

  1. Les effets pécuniaires du mariage en Nivernais du XIVe au XVIII siècle. Thèse.

Tapuscrit in-4, de 2 ff., 368 pp. et 2 cartes h.-t., cartonnage bradel papier marbré.

100/120

Cette thèse, soutenue à la Faculté de Droit de Dijon, fut présidée par M. G. Chevrier. Étude du régime matrimonial nivernais portant sur la coutume, le régime notarial, l’évolution de la communauté conjugale, etc. Elle est suivie d’une bibliographie des coutumiers et autres sources sur le sujet.

GEORGES (Jean.)

Peintre né à Nevers en 1874. Il fit ses études à l’école des Beaux-Arts de Bourges, où son père enseignait la sculpture. Là, il se lia avec Robert de Massy, un élève de Viollet-le-Duc. Plus tard, il se rendit à Paris où il fut l’élève de Godefroy et de Fresney.

En 1909 il fut nommé architecte de l’Hôpital de Nevers, puis en 1921 architecte des monuments historiques. Son premier envoi à un Salon date de 1904. Il laisse une œuvre peinte absolument remarquable, surtout d’immenses aquarelles qui furent exposées avant-guerre et suscitèrent beaucoup d’enthousiasme.

  1. Chapelle Saint-Jacques, Orléans. – AQUARELLE ORIGINALE sur papier fort, signée et datée 1915 (160 x 130cm.) – montée sur cadre en bois.

1500/2000

Spectaculaire composition de très grand format. Qq. fentes réparées.

GUENEAU (Louis).

Né à Dijon en 1887, il enseigna au lycée Charlemagne à Paris.

  1. L’organisation du travail à Nevers aux XVIIème et XVIIIème siècles (1660-1790).

Paris, Hachette, 1919 ; in-8, demi-chagrin vert, dos à nerfs orné de fleurons dor., premier plat de couverture conservé. (Lobstein – Laurenchet).

150

XV pp., 634 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Remarquable étude sur le cadre corporatif, les compagnons, maîtres, l’organisation corporative, les métiers (transport, marchands, alimentation, artisans divers, drapiers, faïenciers, verriers), le commerce du fer, etc.

Catal.Y. Dupont, n°343. – Lorenz 29, p. 453.

Exemplaire très bien relié, mouillure à la marge supérieure des derniers feuillets.

GILLOIS (Ernest).

Fils d’Ernest Gillois qui fut juge de paix et conseiller général. Gillois fils exerça comme agent de change à Paris avant de devenir membre du Conseil général de la Nièvre. Il se présenta à la députation en 1873 et fut battu par M. Turigny.

  1. Chroniques du Nivernois. Les comtes et les ducs de Nevers.

Paris, Librairie internationale et A. Lacroix, Verboeckhoven et Cie, 1867 ; in-8, demi-chagrin brun, dos orné de fil. dor., chaînette dor. et de motifs à froid, couverture, tête jaspée, non rogné, couverture. (Relié vers 1890).

100/120

2 ff., 261 pp.

ÉDITION ORIGINALE. De la bibliothèque Albéric Gonat (cachet.) Bel exemplaire bien relié.

GOUFFÉ (Armand.)

Gouffé est un Bourguignon d’adoption. Chansonnier fameux, né à Paris en 1775, il fait de bonnes études au lycée d’Harcourt. Après une carrière au ministère des finances, il prend sa retraite en 1827 et se fixe à Beaune où il meurt en 1845.

Membre des Dîners du Vaudeville crées en 1796, il fut aussi l’un des fondateurs du Caveau Moderne “ académie chantante, mangeante et buvante ” (comme disait J. Janin) célèbre par ses dîners, ses bons mots et par la gaieté de ses refrains.

Il est très rare de rencontrer la collection complète des quatre volumes de ses chansons telle que nous les présentons ci-après.

  1. Ballon d’essai ou chansons et autres poésies.

Paris, Capelle, 1802 ; in-16, veau fauve raciné, filets dorés, chaînette dorée, dos lisse orné, tranches dorées. (Reliure de l’époque.)

500/600

180 pp.

ÉDITION ORIGINALE du premier volume de cette série.

Monglond V, p.1307 – Quérard III, p 419 . Superbe exemplaire sur papier fort dans une très jolie reliure de l’époque.

  1. Ballon perdu ou chansons et poésies nouvelles, faites depuis la publication du Ballon d’essai du même auteur.

Paris, Nepveu, an XIII – 1805 ; in-16, demi-basane fauve, dos orné. (Reliure de l’époque.)

100

viii pp., 204 pp.

ÉDITION ORIGINALE

Quérard III, p 419 se trompe en donnant une édition de cet ouvrage à la date de 1804, l’originale est bien de 1805 comme l’indique Monglond VI, p. 1170. Reliure un peu usagée.

  1. Encore un ballon ou chansons et autres poésies nouvelles pour faire suite aux Ballon d’Essai et Ballon perdu du même auteur.

Paris, Capelle et Renand, 1807 ; in-16, demi-chagrin noir, dos à nerfs orné. (Reliure de l’époque.)

100/150

178 pp., 1 f. (catalogue.)

ÉDITION ORIGINALE.

  1. Le dernier Ballon ou recueil de chansons et autres poésies nouvelles, pour faire suite aux trois volumes déjà publiés…

Paris, Delaunay, 1812 ; in-16, demi-basane bronze, dos à nerfs orné. (Reliure de l’époque.)

100/150

2 ff., 260 pp., frontispice.

ÉDITION ORIGINALE. Quérard III, p 419 donne la date de 1813.

GUILLAUME (Alfred).

Vétérinaire à Saulieu de 1901 à 1943. Maire, conseiller général il s’est passionné pour le patois morvandiau. À écrit des contes, comédies, ainsi que des légendes de cartes postales en patois.

  1. [GUILLAUME]. L’Âme du Morvan. Contes, légendes, chansons, prières, proverbes et dictons en patois, croyances, coutumes, préjugés, etc.

Saulieu, Veuve G. Gervais, 1923 ; in-8, cartonnage bradel toile bleue, couverture conservée. (Lobstein – Laurenchet).

80/100

150 pp., 1 f.

“ Cet ouvrage est quasi introuvable aujourd’hui ” dit le préfacier de la nouvelle édition de 1971. “ Écrit dans le patois de la région de Saulieu, il présente une intérêt linguistique et folklorique indéniable ”. “ Nous avons voulu, dit l’auteur, grouper sous une forme amusante et gaie, dénuée de toute prétention, les principaux éléments qui permettront au lecteur de dégager et d’analyser le cœur du pays, c’est-à-dire l’âme morvandelle. ” Outre les contes parus dans les différentes éditions de l’Almanach Morvandiau, l’auteur publie dans cet ouvrage une importante série d’historiettes.

GUILLAUMIN (Émile).

Né d’une famille d’agriculteurs près d’Ygrande (Allier), Emile Guillaumin bouleverse la littérature rustique au début du XXe siècle. En restant agriculteur toute sa vie, il produit une littérature réaliste “ à la journée faite… les mains avivées des morsures de la paille ”. Sa littérature le rapproche de Genevoix, d’Eugène Le Roy et de Charles-Louis Philippe, son ami. L’authenticité de son témoignage sur la vie paysanne française dans La vie d’un simple a connu un succès mondial, et en particulier au Japon. Proche du socialisme, Guillaumin préfère le pragmatisme de l’action de terrain aux promesses des partis politiques, il collabore à La Revue des deux Mondes et à L’Humanité, mais s’implique surtout dans le syndicalisme paysan, expérience qu’il relate dans Le syndicat de Baugignoux, 1912. Guillaumin reçoit le prix Sully-Olivier-de-Serres pour l’ensemble de son œuvre. Il meurt le 27 septembre 1951.

  1. Tableaux champêtres. Moulins, Crépin-Leblond, 1901 ; in-12, pleine toile brune vernissée, couverture conservée.

100/120

253 pp., (1) p.

EDITION ORIGINALE du second ouvrage de l’auteur. Ce livre fut écrit durant les hivers 1898, 1899 et 1900. Guillaumin y montre des scènes de la vie rurale en Bourbonnais à la fin du XIXème siècle, “ tous ces tableaux sont dessinés d’après nature. L’auteur les a rendu au vrai en y mettant un peu de son âme, puisque non seulement il les a vus, mais qu’il les a vécus. Voilà pourquoi ces pages sont si savoureuses. Depuis les premiers soleils jusqu’aux scènes d’hiver, toute la nature d’Ygrande se déroule à nos yeux, animée, vivante, travail et plaisir, tristesse et joie, espérance et déceptions, toute la vie du “ pauvre laboureur ”. Et la langue dont se sert Guillaumin est telle que bien des morceaux figureraient avec bonheur dans une anthologie rustique. ” Peut-on lire dans la Revue du Nivernais. Juin 1901.Talvart et Place.VII, p. 367.

Couverture défraîchie et rencollée.

  1. La vie d’un simple.

Paris, Editions Nationales, 1945 ; in-4, broché, couverture illustrée, sous emboîtage d’éditeur.

200/300

333 pp., 32 dessins in-texte, 16 lithographies en couleurs hors-texte.

L’éditeur reproduit en tête du volume une lettre de Guillaumin qui souhaite apporter au texte de l’édition originale quelques retouches qui me paraissent indispensables. Les lithographies sont de André Jordan, peintre sculpteur et lithographe, né à Paris en 1908. Un des 100 exemplaires sur vélin d’Arches, accompagné d’une suite en noir des illustrations.

GUYOT SAINTE-HÉLENE (E.)

Juriste et pamphlétaire né à Nevers en 1740, Guyot fit ses études chez les jésuites de sa ville. À vingt ans il monte à Paris où il sera reçu avocat au Parlement en 1768. Défenseur officieux près le tribunal révolutionnaire en 1794, le Consulat le nommera magistrat de sûreté dans le VIIème arrondissement. Substitut du procureur impérial en 1810, puis juge au Tribunal de la Seine, il prend sa retraite en 1815 et meurt en 1821. À la fin de sa vie, il travaillait à une Histoire du Nivernais.

  1. Les Critiques et Pamphlets de Guyot Sainte-Hélène, avocat au Parlement de Paris (XVIIIème siècle) pour servir à l’histoire de la Révolution. Publiés d’après le manuscrit original et annotés par Henri Rapine de Sainte-Marie.

Nevers, Imprimerie Parisienne du Centre, 1912 ; in-12, demi-chagrin brun à coins, dos lisse orné de filets dorés, tête dorée, couv. (Reliure de l’époque).

150/180

202 pp., 2 ff.

EDITION ORIGINALE. On trouve pp. 73 à 120 Patatras violent pamphlet contre le Duc de Nivernais. UN DES RARES EXEMPLAIRES NUMEROTES SUR GRAND PAPIER de Hollande.

ENVOI AUTOGRAPHE de Henri Rapine de Sainte-Marie “ A mon oncle Oscar Souvenirs de famille en Nivernois (suite). St. Martin le 8 déc. 1912. ” On joint la Notice nécrologique de Sainte-Marie publiée dans le Bulletin de la Société Nivernaise des Lettres, Sciences et Arts.

Fonds Morlon n°204. – Catal. Y. Dupont, n°491.

GUYTON (L-M).

  1. Topographie et statistique médicales de la ville et de la commune d’Autun.

Autun, Dejussieu et Villedey, 1852 ; in-8, toile moderne, couverture conservée.

60/80

2 ff., XVI pp., 303 pp., figures dans le texte, 2 Plans dépliants h-t.

ÉDITION ORIGINALE. L’auteur étudie tout l’environnement des Autunois ; la constitution du sol et du climat, les sources, les rivières, la qualité de ses eaux, les productions du pays, la population, les institutions municipales et charitables, l’éducation des enfants et les maladies qui semblent affecter plus spécialement la localité. L’auteur ne néglige pas les questions qui se rencontrent sur son passage, celle de l’assistance des enfants trouvés entre autres, et il demande le maintien des tours en se fondant sur des observations pratiques puisées dans sa propre expérience. Cette publication philanthropique, répondant au vœu exprimé par le décret du 18 décembre 1848 qui instituait les conseils d’hygiène, valut à son auteur d’illustres approbations.

Exemplaire offert à L. COURAJOD par le petit-fils de l’auteur H. de Fontenay (ex-dono manuscrit).

Quelques rousseurs. 2 feuillets renmargés de la marge inférieure.

HENRY (Waast-Barthélemy).

Prêtre né à Seignelay en 1797, l'abbé Henry est Vicaire à Toucy puis curé de Quarré-les-Tombes. Il consacre à des travaux d’histoire tout le temps que lui laissent son ministère. À sa mort en 1884, il était le doyen des curés de France.

  1. Notice sur les tombeaux de Quarré-les-Tombes, département de l’Yonne.

Avallon, Odobé, 1861 ; plaquette in-12 brochée, couverture imprimée.

50/60

23 pp.

ÉDITION ORIGINALE RARE, tiré à part du Bulletin de la Société d'Etudes d'Avallon et des Mémoires historiques sur le canton de Quarré-les-Tombes. ENVOI AUTOGRAPHE de l'auteur.

HÉRAULT DE SECHELLES (Marie-Jean).

Né en 1760, petit-fils de l’intendant René Héraut, il suivit d’abord la carrière du barreau et obtint à vingt ans la charge d’avocat du roi. Nommé par la Constituante commissaire du roi près la cour de cassation, Héraut fut ensuite élu, par les électeurs de Paris, député à l’Assemblée législative. Héraut prit place au coté des jacobins, il eut diverses responsabilités dans le gouvernement révolutionnaire, président la Convention et veillant à la mise en place du Comité de Salut public. Il est exécuté avec Danton et Desmoulins en 1794.

  1. Voyage à Montbar, contenant des détails très intéressants sur le caractère, la personne et les écrits de Buffon ...

Paris, Solvet, An IX (1801) ; in-8, bradel demi-chagrin rouge. (Lobstein - Laurenchet).

280/300

XII pp., 136 pp., 1 f. n. ch et 1 portrait de Buffon par Bertonnier

PREMIERE EDITION SOUS CE TITRE, plus complète que celle, anonyme, de 1785 sous le nom de Visite à Buffon. Solvet y joint divers autres écrits recueillis depuis la mort de l'auteur : Réflexions sur la déclamation, Eloge d’Athanase Auger

Alors qu’il venait d’être nommé avocat général, et qu’il avait entrepris ce voyage avec les meilleures dispositions à l’égard de Buffon, Héraut dépeint celui-ici avec une l’impertinence qui faisait son succès comme avocat. Dans son ouvrage sur Hérault de Séchelles, E. Dard dit : La Visite à Buffon est un petit chef d'œuvre de naturel, de grâce et d'ironie, qui suffirait à mériter à l'auteur l'estime des lettres ... On a dit justement que cet opuscule était le premier modèle de l'interview irrévérencieuse des hommes célèbres. Buffon connut l'ouvrage et en fut profondément blessé. Bel exemplaire bien établi

HOZIER (Charles d’).

Né en 1640, mort en 1732, d’Hozier fut le généalogiste de Louis XIV. Il a publié de nombreux ouvrages d’héraldique.

  1. Armorial général de France. Recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696 par Charles d’Hozier publié par Henry Bouchot. Généralité de Bourgogne.

Dijon, Imprimerie Darantière, 1875-1876 ; 2 volumes in-8, demi-chagrin outremer à coins, filets dorés, dos ornés, têtes dorées, couvertures, non rognés. (Reliure de l’époque).

300/400

VIII pp., 322 pp. – VIII pp., 289 pp.

Armoiries de personnes, domaines, abbayes et communautés. La première partie concerne Dijon, Semur-en-Auxois, Chatillon-sur-Seine, Bar-sur-Seine, la seconde Auxerre, Belley, Bourg, Gex, Saint-Rambert, Macon, Autun, Charolles, Chalon-sur-Saône.

Brunet III, p.355 – Saffroy II, n°18530.

IMBART DE LA TOUR (Comte Joseph).

Avocat à la Cour d’Appel de Paris né à Nevers en 1859, propriétaire du château de Chevret près de Béard.

  1. La Loire. Étude générale et étude spéciale de ce fleuve en Nivernais précédées de l’Histoire de la communauté des marchands.

Nevers, Vallière, 1900, in-8, demi-chagrin brun, filets dorés, dos à nerfs orné de fleurons dorés. (Reliure de l’époque).

200/250

VIII pp., 391 pp., 3 planches hors-texte, nombreux tableaux dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE de cette remarquable étude. Statistiques, géologie, faits historiques, péages, corvées, droits de navigation, aménagement, gestion des ouvrages d’art… La première partie concerne les communautés de marchands : organisation, histoire, contrats, actes péages, édits, etc. jusqu’à leur suppression au XVIIIème siècle.

Fonds Morlon n°1109. - Docteur Y. Dupont, n°38.

JARRY (Abbé Eugène).

Maître de conférence à l’Institut catholique. Il est l’auteur d’un monumentale publication sur les provinces françaises.

  1. Monographies provinciales, T. III, fasc. 2 (Bourgogne) Essai de Géographie historique.

Paris, Charles Poisson, 1948 ; in-8, demi-chagrin noir, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Lobstein et Laurenchet).

60/80

XV pp., 460 pp., 2 ff., IX tableaux généalogiques dépliants h.-t.

ÉDITION ORIGINALE de la partie bourguignonne des Monographies provinciales,dans la Collection Provinces et Pays de France. Préface de Ferdinand Lot.

Exemplaire bien relié

JAUBERT (Comte Hippolyte-François).

Savant botaniste et homme politique né à Paris en 1798. Le Comte Hippolyte-François Jaubert avait son château à Givry. Ami dans sa jeunesse de Victor Jaquemont, Ramond de Carbonnières, Mérimée, Stendhal, on lui doit plusieurs ouvrages importants sur la botanique. Par son mariage avec Marie Boigues, il devint propriétaire des forges de Fourchambault et d’Imphy. Monarchiste convaincu il se fit remarquer sous la Restauration par ses idées libérales. Député du Cher de 1831 à 1844, ministre des travaux publics en 1839, puis Pair de France, membre de l’Institut, il se retira pour se consacrer à ses recherches scientifiques et philologiques.

  1. Glossaire du Centre de la France.

Paris, Imprimerie Centrale de Napoléon Chaix, 1864 ; in-4, demi-chagrin noir. (Reliure de l’époque).

300/400

1 f., 14 pp., 1 f., 732 pp., 2 ff., IV pp., 159 (1) pp. (supplément), (supplément de 1869), 1 carte dépliante.

Deuxième édition de cet ouvrage très recherché. Exemplaire bien complet du supplément et relié à la suite le supplément à l’édition de 1869.

Nombreuses notes manuscrites, une note manuscrite sur le titre les attribue à Pelletier de Chambure

, l’auteur du Glossaire du Morvan. Une note manuscrite au crayon (sans doute du relieur du livre) indique comme propriétaire Bonneau du Martray qui fut sans doute le premier possesseur de l’exemplaire.

Quelques rousseurs.

JAUBERT (Jean.)

Jean Jaubert est une célébrité pittoresque de Moulins-Engilbert, où il naquit en 1796 et où il exerça comme tabellion. Nommé maire à la suite d’une émeute occasionnée en 1832 par l’augmentation du prix du pain, ce fanatique de l’Empereur, fonda vers 1845 une fête de la Saint-Napoléon. Tous les habitants de Moulins-Engilbert étaient conviés chez lui à la Lieut-Mer où se déroulaient les cérémonies. Il laisse une œuvre curieuse faite de poèmes et de chansons mettant en scène les habitants et les événements de Moulins-Engilbert.

  1. Souvenirs du bon vieux temps dans le Nivernais, particulièrement dans le Bazois avec des recherches historiques sur Moulins-Engilbert, des notes sur quelques droits féodaux et sur Chatillon-en-Bazois, Vandenesse, Laroche-Millay, Apponay, Belleveau et le château de Champdiou.

Nevers, Duclos, 1837 ; in-16 broché, couv imprimée.

150/200

139 pp., 4 lithographies hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE très rare de cette histoire de Moulins-Engilbert et des villages environnants. Apparenté aux physiologies de cette époque, l’auteur rapporte des anecdotes amusantes sur les cafés, les couvents, les fêtes de la vieillesse, de la liberté, le gibier et le poisson, les communautés religieuses, le curé, les foires, etc. Grangier de la Marinière, n°1795. – Fonds Morlon n°221. Dos cassé.

JHÔ PÂLE pseudonyme de PERREAU (Joseph).

Poète et publiciste né à Clamecy en 1865, Jhô Pâle eut son heure de célébrité. Claude Tillier fut son maître spirituel, et c’est bien l’esprit de l’Oncle Benjamin qui se retrouve dans son œuvre. Son père, un peintre en porcelaine s’était fixé à Paris. Le jeune Perreau fit des études sous Lecorps-Delarivière, un habitué des cabarets du Quartier Latin qui l’entraîna au Caveau. Plus tard, il s’installa à Armes, sur la colline qui domine le bourg, près de la Maladrerie. Grand pêcheur, il passait le plus clair de son temps sur la rivière avec ses amis flotteurs. Il fut un temps comptable pour un marchand de vins de Bercy, avant de faire carrière comme poète, chansonnier et collaborateur du journal Le Clamecycois et de La pêche moderne. Il fonda aussi Le pêcheur à la ligne qui compta 30000 abonnés. Jhô Pâle meurt à Armes en 1913, pauvre mais toujours indépendant et bohême.

  1. Un troglodyte contemporain. Histoire du père Leleu.

Paris, Impr. Vve. Albouy, 1897 ; plaquette in-8, couverture illustrée.

80/90

13 pp., 1 f., 1 photographie hors-texte. Texte imprimé en rouge.

ÉDITION ORIGINALE RARE. Le père Leleu était un original. Entrepreneur parisen, communard, il fut détenu à Brest après la défaite de la Commune. Là, il se lia avec Élisée Reclus. Libéré, il trouve un emploi dans une carrière d’ocre à Saint-More près d’Arcy-sur-Cure. Après la faillite de l’exploitation, il décide de rester dans une des grottes de la carrière et de vivre en érmite le restant de ses jours.

Trous de vers et usure dans les marges de la couverture. Intérieur frais.

  1. La pêche en rivières, canaux et étangs. Origine de la pêche, petites pêches … pêches bizarres. La cuisine de la pêche.

Paris, Librairie des publications populaires, 1905 ; in-8, demi-basane verte, dos à nerfs orné, tranches jaspées, couverture illustrée conservée. (Reliure de l’époque.)

200/300

3 ff., 360 pp., nombreuses illustrations dans le texte.

Ouvrage très recherché, orné de 300 illustrations photographiques d’après nature ou de dessins par E. Guilbert, Gaston Nourry, E. Minet, R. Thomen, d’une couverture illustrée en couleurs. En frontispice, on voit l’auteur et son chien pêchant au bord de l’Yonne.

Ce livre, réédition augmentée sous un autre titre de Pêches, Pêcheurs, Pêchés, est un traité complet de la pêche. Il débute par la pêche à travers les siècles et l’équipement du chasseur. Il décrit les petites pêches, celles du goujon, de l’ablette, les grandes pêches, carpes, truite, perche, brochet … ainsi que les pêches de luxe (lancer à l’américaine), à la ligne de fond, à la nasse. Il est complété d’un recueil de recettes du pêcheur : quatorze recettes d’anguille, suivi de toutes les façons d’accommoder le barbeau, le brochet, la brème, la carpe, la perche, la tanche, les truites… Et de nombreuses recettes typiquement nivernaises du chef Desreaux de l’hôtel de La Boule d’Or à Clamecy.

Joints, une carte piscicole de la Nièvre et une notice biographique manuscrite d’une page sur l’auteur.

JULLIEN (Amédée).

Né en 1819 à Clamecy, Amédée Jullien travaille dans sa jeunesse chez le paysagiste Reymond. En 1848 son père lui achète une étude de notaire à Tannay, dont il devient le maire en 1854. En 1860, ayant vendu son étude, il se retire à Entrains pour s’adonner à la gravure à l’eau-forte, puis il se tourne vers la décoration des faïences et devient, à Paris, un actif homme d’affaires. Fondateur et premier conservateur du Musée de Clamecy en 1876, il meurt subitement dans cette ville le 12 novembre 1887.

  1. La Nièvre à travers le passé.

Nevers, Michot, 1883 ; in-folio demi-chagrin prune, coins, dos à nerfs orné, tête dorée, non rogné. (Reliure de l’époque).

1000/1100

243 pp., 33 gravures hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE et PREMIER TIRAGE de cette luxueuse publication, tirée à seulement 400 exemplaires numérotés. 32 magnifiques planches hors-texte gravées à l’eau-forte et 1 portrait de Jullien par Lhermitte. “ Jullien a fait revivre l’ancien Nivernais et son antique chef-lieu par la description historique, topographique, et artistique des principales villes. ” Surugue, 614 - Guéneau, 101.

Magnifique exemplaire frais, ce qui est rare car ce livre est souvent roussi. Bien relié à l’époque.

  1. La Nièvre à travers le passé.

Nevers, Michot, 1883. In-folio broché sous emboîtage de l’époque.

700/800

Même ouvrage que le numéro précédent.

Bel exemplaire frais, quelques fentes recollées à la couverture.

KLEINCLAUSZ (Arthur).

Né à Auxonne en 1869, il fut professeur à l’université de Lyon. Auteur de plusieurs livres d’histoire bourguignonne.

  1. Histoire de Bourgogne.

Paris, Hachette, 1909 ; in-8 carré, demi-chagrin brun, dos à nerfs orné. (Reliure de l’époque).

100/120

VII pp., 453 (1) pp., 32 pl. (montrant 56 illustrations photographiques) h.-t., 3 cartes in-t.

EDITION ORIGINALE de cette histoire de la Bourgogne, de ses origines à la fin du XIXème siècle.

KRAEMER (André).

André Kraemer, fut journaliste, puis rédacteur en chef du Journal du Centre.

  1. Ce que j’ai vu sur nos marchés (Notes d’un reporter).

Nevers, Chassaing, 1930 ; in-12, demi-chagrin outremer, dos à nerfs orné, couv. (Lobstein – Laurenchet).

40/50

170 pp., 2 ff.

ÉDITION ORIGINALE. Anecdotes et notes d’humeur sur les marchés de “ Nevers, Lurcy-Lévy, la Guerche, Nérondes, Cosne, Saint-Saulge ou d’ailleurs ”. Exemplaire joliment relié.

LABOT (Aignan-Alexandre-Frédéric).

Né en 1807 à la Maison-Dieu. Il étudia le droit et acheta une charge d’avocat à la Cour de Cassation. Il s’occupa ensuite de journalisme et de littérature. En 1848, 1849 et 1863, il se présenta sans succès comme candidat indépendant à la députation. Il mourut à La Maison-Dieu en 1870.

  1. Convocation des Etats-Généraux et législation électorale de 1789. Cahiers, Procès-verbaux, opérations électorales des assemblées du clergé, de la noblesse et du tiers-état du Nivernois et du Donziois.

Nevers, S. Gourdet et Paris, Librairie internationale, 1866 ; in-8 demi-chagrin vert à coins, fil. dor, dos lisse orné de fleurons et chaînette dor., tête dor, couv. (Relié vers 1890.)

100/150

4 ff., 516 pp.

ÉDITION ORIGINALE RARE ET RECHERCHÉE de ce recueil de documents, souvent inédits, sur la première phase de la Révolution, précédé d’un Précis historique sur la convocation des Etats généraux et sur la législation électorale de 1789. La seconde partie est consacrée aux opérations électorales de 1789 dans les baillages de Nevers et Saint-Pierre-le-Moûtier. Plus de 1200 familles sont nommées. Fonds Morlon n°313 – Géneau p. 103

Dos passé.

LAMBERT (Eugène).

Né en 1826, mort en 1884. Il fut durant 54 ans au service du marquis de Tanlay. Il est l’auteur de plusieurs monographies sur les villages du Tonnerrois publiées dans l’Annuaire de l’Yonne.

  1. Recherches historiques sur Tanlay.

Joigny, Tissier, 1882-1886-1890 ; 3 volumes in-8, demi-chagrin havane à coins, dos à nerfs ornés, têtes dorées, non rognés. (Reliures de l’époque).

1500/1800

VII pp., 206 pp., 1 f. – 305 pp., 1 f. – 2 ff., 25 tabl. généal. la plupart dépliants, 7 ff. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE EXTRÈMEMENT RARE. Cette publication privée ne fut tirée qu’à 25 exemplaires, tous sur beau papier vergé, pour le marquis de Tanlay et les enfants de l’auteur. C’est une étude très documentée sur le village de Tanlay. L’auteur a consacré 25 années à étudier les archives du château ainsi que celles d’Auxerre, Dijon et Troyes pour rédiger cet ouvrage.

LAMBERT (Lucien).

Citoyen de Tanlay. A donné deux monographies forestières sur l’Yonne, deux ouvrages anonymes sur le sanglier, ainsi que trois recueils de poèmes sur la forêt et la chasse. Il meurt en 1912.

  1. La chanson du parc.

Paris, Société Française d’Imprimerie et de Librairie, 1902 ; in-8, maroquin vert, encadrement de cinq filets dorés, dos à nerfs orné de caissons dorés, doublé maroquin rouge avec quintuple filet d’encadrement, gardes de soie brochée, tête dorée, non rogné, couverture et dos, étui bordé.  (Bretault 1908).

400/500

2 ff., 155 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ce beau recueil. Les 23 premières pages Fleurs sylvestres avaient déjà paru chez Vanier en 1897. Fleurs sylvestres 1897, La chanson du parc 1898-1901, Poèmes en douze vers, D’après nature, Bagatelles et gaillardises.

Joints : photographie de l’auteur, manuscrit du discours prononcé lors de ses obsèques daté du 6 juin 1912 et une carte d’invitation du relieur à l’exposition de ses derniers travaux.

Lorenz III, p. 115. – Thiebaud, bibliographie sur la chasse, p. 551

Très bel exemplaire.

  1. Bibliothèque de M. L. Lambert – Catalogue. slnd , (vers 1900).

Manuscrit de 24 ff. in-16, cartonnage bradel, percaline bleue à coins. (Reliure de l’époque).

50/100

Joli catalogue finement calligraphié. Quatre divisions : forêts, histoire et sciences, littérature et beaux-arts et chasse. Ses propres ouvrages sont décrits dans ce catalogue.

LAURENT (R).

  1. L’agriculture en Côte d’Or pendant la première moitié du XIXème siècle.

Dijon, Rebourseau, 1931 ; in-8, demi-basane rouge, dos à nerfs, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

70/80

216 pp., 1 ff., 1 carte sur calque superposable sur les suivantes, 25 cartes à pleine page, 1 f. de table.

Publication du Comité départemental pour l’étude de l’Histoire économique de la Révolution Française. L’auteur étudie les modes de culture, les voies de communication, les évolutions technologiques, les formes de propriété, et le commerce.

LAVAULT (Lucien).

Enseignant au lycée de Nevers.

  1. Les chants populaires de France et les chansons du Nivernais.

Nevers, Imprimerie de la Tribune, 1901 ; in-4 relié pleine toile brune, couverture et dos conservés. (Lobstein et Laurenchet).

100/120

52 pp. , 8 pp. de partitions transcrites par M. Georges Guérin.

ÉDITION ORIGINALE RARE de ce recueil de pièces du Caveau Nivernais, un cercle qui, à la fin du XIXè siècle, se donnait pour but de rechercher et d’interpréter les vieilles chansons locales. Lavault a recueilli en particulier les chants relatifs aux usages, aux métiers mœurs et les coutumes nivernaises ainsi que les danses. Ce livre est dédié à A. Millien.

Fonds Morlon n°1233.

LAVIGNE (Jean).

  1. Lettres du village extraites du Journal de Saône-et-Loire (1878-1880).

Macon, Imprimerie Protat, 1880 ; in-8 cartonnage bradel papier marbré, couverture conservée, non rogné. (Laurenchet).

100

vii pp., 1 f., 376 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Articles d’humeur d’abord publiés par un chroniqueur-vigneron dans le Journal de Saône et Loire dirigé par Emile Protat. Il aborde divers sujets d’actualité, la vie paysanne, les célébrités locales. Plusieurs pièces concernent Lamartine, mais aussi le centenaire de Voltaire, le divorce, les droits de la femme, les questions sociales, les questions et querelles politiques locales, la liberté de l’enseignement à Mâcon et en France et plus généralement des lettres politiques intéressant la Bourgogne.

UN DES 100 EXEMPLAIRES SUR PAPIER DE HOLLANDE, SEULS GRANDS PAPIERS. ENVOI AUTOGRAPHE DES ÉDITEURS, les frères Protat à Pitrat. Couverture salie, intérieur très frais.

LEBEUF (Abbé Jean).

Né à Auxerre, Jean Lebeuf commence ses humanités à l’âge de sept ans au collège des Jésuites d’Auxerre. À quatorze ans, il est placé par un oncle à Ste Barbe avant de suivre cinq ans plus tard des cours de théologie à la Sorbonne. Revenu à Auxerre, il est ordonné prêtre en 1711. Ses recherches portèrent surtout sur le Moyen-Âge. En mai 1754, il est surpris par une attaque d’apoplexie dont il garda une paralysie partielle. Il meurt à Paris en 1760, victime d’une nouvelle attaque.

  1. Recueil de divers écrits pour servir d’éclaircicemens à l’histoire de France, et de supplement à la notice des Gaules.

Paris, Jacques Barois, 1738 ; 2 volumes in-12, demi-veau blond, dos à nerfs, pièces de titre rouges, tr. rouges. (Laurenchet).

400/500

7 ff. n. ch.(titre, épître, avert., table des pièces), 416 pp., 4 ff. (table), 1 carte dépliante et 2 gravures h.-t. – 2 ff. n. ch., 376 pp., lii pp., 18 ff. n. ch. (catal. de l’auteur, table, privil.), 5 gravures h.-t.

ÉDITION ORIGINALE RARE contenant 19 études parmi lesquelles : Dissertation sur les lieux de la bataille donnée dans le Berri … l’an 853, où l’on prouve qu’elle fut donnée à Château-Meillan. – Dissertation sur le Pays des Amognes en Nivernois. – Dissertation sur le lieu où fut donnée l’an 841 la bataille de Fontenoy. – Histoire des Origines du Monastère de La Charité-sur-Loire. – Explication de quelques inscriptions marquées sur les des médailles et sur des pierres dans les pays Auxerrois, Nivernois et Langrois. – Dissertation où l’on prouve que Vellaunodunum des Commentaires de César était aux environs d’Auxerre, et que Genabum était aux environs de Gien-sur-Loire, etc. Et une savante dissertation sur l’Assia sépulcrale des anciens.

Quérard V, p. 13. – Brunet III, p. 902. – Cioranesco n°37910. – Conlon n° 1738-557

  1. Mémoires concernant l’Histoire Ecclesiastique et Civile d’Auxerre.

Paris, Durand, 1743 ; 2 volumes in-4, plein veau blond, encadrement de fil. dor., dos orné, tranches rouges. (Relié vers 1820.)

800/1000

XII pp., 888 pp. (paginées 886), 1 f. – VIII pp., 569 (1) pp., 1 f., 336 pp. (preuves), 5 cartes hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Histoire très documentée des évêques et de la cathédrale d’Auxerre, ainsi que celle des comtes et comtesses de cette ville. Le tome premier concerne l’histoire des évêques, le second tome contient les actions des comtes et comtesses d’Auxerre, les évènements arrivés de leur temps dans le pays, et depuis que ce comté fut réuni à la couronne jusqu’à 1610. Le tout suivi du catalogue des dignités séculières de la ville, des écrivains auxerrois et des illustres du pays.

Brunet III, p. 902. – Grangier de la Marinière, n°1956.

  1. Mémoires concernant l’histoire civile et ecclesiastique d’Auxerre et de son ancien diocèse… Continués jusqu’à nos jours avec addition de nouvelles preuves et annotations par Challe et Quantin.

Auxerre, Perriquet, Paris, Dumoulin, 1848 -1855 ; 4 volumes grand in-8, demi-chagrin bronze, dos à nerfs ornés de fleurons dorés, non rognés, couvertures et dos conservés (Lobstein – Laurenchet).

800/1000

LXII pp., 544 pp., 1portrait, 4 gravures hors-texte (1 portrait, 1 carte dépliante, 2 pl. dépliantes, l’une en noir l’autre en coul.) – 2 ff., 549 pp.,2 planches d’armoiries, 2 fac-similés de lettres et un portrait hors-texte. – 2 ff., 621 pp., 2 rares ff. paginés 544 a, b, c, d., 4 planches dépliantes hors-texte. – 2 ff., 479 pp., 2 ff.

Seconde édition augmentée, précédée d’une notice biographique sur Lebeuf par M. Challe, de la copie de son testament, d’une épitaphe latine de l’abbé Potel et d’une liste de ses ouvrages.

Le dernier volume est un recueil de monuments, chartes, titres et autres pièces et comprend une biobibliographie des auteurs nés à Auxerre, dans les environs, ou y ayant habité.

Cette édition est augmentée des annotations et additions de MM. Challe et Quentin. Amboise Challe, avocat, Conseiller de préfecture, conseiller général et deux fois Maire d’Auxerre, fut Président de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne durant 26 ans et fondateur de l’Annuaire de l’Yonne. Mathieu-Maximilien Quantin, premier archiviste départemental de l’Yonne de 1833 à 1879, fut également l’un des fondateurs de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne (voir sa notice).

Bel exemplaire très bien relié.

  1. Lettres de l’abbé Lebeuf publiées par la Société des sciences historiques et naturelles de l’Yonne, sous la direction de MM. Quantin et Challe.

Auxerre, Perriquet, 1866-68 ; 3 tomes reliés en 2 volumes in-8, demi-chagrin bronze à nerfs ornés, couv. et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

120/150

LXXXII pp., 439 pp., - XXXVI pp., 588 pp. – 2 ff., 68 pp.

ÉDITION ORIGINALE de cette intéressante correspondance entre Lebeuf et un certain nombre de personnalités sur l’histoire et l’archéologie bourguignonnes de 1708 à 1752. Le tome III est une excellente table analytique.

Très bel exemplaire finement relié.

LE BLANC BELLEVAUX (Charles).

Né à Nevers le 24 mars 1852, fils d’un ancien archiviste, peintre et surtout aquarelliste de talent, Charles Leblanc-Bellevaux étudia cinq ans aux Beaux-Arts, et reçut des cours de Luminais. Il exposa pour la première fois au salon en 1876, à peine âgé de 24 ans. Il exposa sa dernière production Etude militaire en 1895 et mourut peu après, en 1895.

  1. En Nivernais.

Nevers, 1899 ; grand in-folio, percaline bleue ornée de l’éditeur.

600/650

28 ff. sur parchemin imprimés en lettres gothiques rouges et noires avec beaux encadrements à la manière des manuscrits anciens, certaines avec blasons coloriés et 25 planches hors-texte portant 88 vues gravées en héliogravure en couleurs chez Guérot à Nevers.

Ce superbe album a été publié après la mort de l’auteur par sa famille. Tirage limité à 250 exemplaires numérotés. Celui-ci, d’une parfaite fraîcheur a appartenu au peintre nivernais Gustave Mohler.

LEBLANC-DAVAU (Frédéric-Pierre-Emile).

Né à Auxerre en 1789. Il fut ingénieur des Ponts et Chaussées, architecte de la préfecture de l’Yonne, puis du département et ensuite, architecte du château de Compiègne. Il entreprend en collaboration avec le préfet de Gasville des recherches sur les monuments d’Auxerre et de sa région.

  1. Recherches historiques et statistiques sur Auxerre, ses monuments et ses environs. Deuxième édition.

Auxerre, Imprimerie, Librairie et Lithographie C. Gallot-Fournier, 1871 ; 1 volume in-8 et 1 atlas in-4, demi-basane fauve, dos ornés de motifs romantiques dorés et à froid, tranches jaspées, premiers plats de couverture conservés. (Reliures de l’époque).

250/300

2 ff., II pp., 1 f. blanc, 402 pp., 1 f. –Atlas : 4 ff., 1 plan dépl., 1 carte, 1 planche gravée, 7 ff. (fac simile)

Seconde édition très recherchée. La première, de 1830 était de format in-12. L’atlas comprend 1 carte des voies romaines, 1 planche représentant la cathédrale, un recueil de 7 ff. de fac-similé de diverses signatures de personnages célèbres, 1 grand plan dépliant d’Auxerre en 1829. Et 8 pp. de texte donnant la légende du plan : Antiquités, les anciennes églises paroissiales, monastères et chapelles supprimés en 1790, les presbytères, les fontaines et bâtiments divers, ainsi qu’une table alphabétique des rues. Brunet, n° 24535.

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur “ À Madame de Molenes, hommage de l’auteur ” au verso de la couverture.

LEFORT (F.)

Conducteur aux ponts et chaussées. Les bibliographies sont muettes sur cet auteur collectionneur d’échantillons géologiques.

  1. Failles et géogénie d’après les observations et découvertes faites dans le Nivernais par F. Lefort. Publié par les soins de l’Institut Scientifique du Sacré-Coeur à Paray-le-Monial.

Paris, Librairie H. le Soudier, 1897 ; in-4 demi-chagrin noir, dos à nerfs orné, couverture. (Lobstein – Laurenchet).

350/400

259 pp., 1f., 1 tableau en couleurs, 5 planches coloriées. Une très grande carte géologique en couleurs de la Nièvre, sur toile, emboîtée dans la reliure.

Une première édition a paru à Clermont en 1896. Le géologue F.Lefort, esprit original et quelque peu hétéroclite traite dans ce volume toute la Genèse de notre planète d’après ses observations personnelles sur les failles et cassures du sol. Ses découvertes importantes jettent une vive lumière sur les problèmes si controversés du transformisme … Nous avons reçu l’autorisation de faire imprimer une œuvre géniale que l’auteur hésitait à publier nous dit l’éditeur. La thèse de l’auteur réfute le transformisme de Darwin au moyen d’arguments surprenants : les anneaux de la chaîne zoologique ne suivent pas les lois d’une progression continue, les failles sont des hiéroglyphes gravés par Dieu lui-même, le mouvement ondulatoire c’est l’appellation donnée par Saint-Jean au Verbe. Suit une étude géologique décrivant les diverses strates et leur répartition. La deuxième partie étudie les failles, les vibrations, la chaleur, l’électricité, le magnétisme, le mouvement universel. L’ouvrage s’achève sur une géogénie en 7 jours : Dieu, Adam et le Morvan qui fut un des premiers continents émergés (le 3ème jour de la Création). – Dupont n° 37.

Bel exemplaire bien relie.

LESPINASSE (René de).

Né à Bourges le 13 octobre 1843, René de Lespinasse vint habiter à Nevers dès qu’il eut obtenu le diplôme d’archiviste-paléographe. Conseiller général de la Nièvre, il est mort dans cette ville en 1922. Il fut président de la Société Nivernaise et grand promoteur du Nivernais, au même titre que Mgr Crosnier, Georges de Soultrait, l’abbé Boutillier et du Broc de Segange.

  1. Le Nivernais et les comtes de Nevers.

Paris, Champion, 1909-1914 ; 3 volumes in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs ornés de fleurons dor., couvertures. (Lobstein et Laurenchet).

300/400

3 ff., 492 pp., vi pp. – 3 ff., 548 pp., vi pp. – 3 ff., 618 pp. v pp.

ÉDITION ORIGINALE. Seuls ces 3 volumes ont paru. Le Nivernais romain, gaulois, barbare, rois, comtes régionaux, Maison de Nevers, fin du XIIème siècle. – Maison de Donzy, de Bourbon, de Flandre (1200-1384). – Maison de Bourgogne (1384-1491).

Joint, reproduction d’un dessin de L Mohler l’auteur et note manuscrite de G. Gauthier datée d’octobre 1906 sur la cupidité d’un comte de Nevers . Très bel exemplaire finement relié.

  1. [COLLECTIF]. Livre d’or de la Bourgogne et du Nivernais.

Paris, Bernaville, 1969 ; in-4 cartonnage skyvertex d’éditeur.

60/70

274 pp., nombreuses illustrations photographiques à pleine page in-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Préface de Paul Guth, recueil d’articles sur les villes et monuments avec une biographie de personnalités résidant à Paris et en Bourgogne. Exemplaire numéroté, spécialement imprimé pour Jacques d’Avout.

LEVASSEUR (Philippe).

Patissier-chansonnier, né en 1829 à Clamecy où ses parents tenaient une épicerie et où il passa toute sa vie. Il laissa un ensemble de 137 chansons dont il fit lui-même la musique. Quelques-unes seulement furent imprimées.

  1. Chansons. Paroles et musique de Ph. Levasseur.

Manuscrit in-8, slnd, (vers 1895) ; demi-chagrin brun, dos à nerfs orné, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

350/400

1 f. (couverture imprimée), 155ff., 19 ff. blancs, 2 ff. (tables), 1 f. (couv. imprimée), 22 ff.

Ce manuscrit donne la transcription, paroles et musique, de 94 chansons de Levasseur composées entre 1847 et 1892. Un recueil imprimé des chansons de Levasseur, a paru à Clamecy chez Staub en 1905. Notre manuscrit, beaucoup plus complet, offre la presque totalité de l’œuvre de Philippe Levasseur. Suivi de 12 chansons de Sonnié-Moret, musique de Philippe Levasseur. Un grand nombre de ces chansons sont des chansons à boire, sur la vigne et le vin. ce patissier-chansonnier a échappé à la sagacité de Edmond Thomas, Voix d’en bas, la poésie ouvrière au XIXe siècle.

LOUIS (René) et POREE (Charles).

  1. Le domaine de Régennes et Appoigny. Histoire d’une seigneurie des évêques d’Auxerre du Vème siècle à la Révolution.

Auxerre, Dionysiae, 1939 ; in-4 demi-chagrin rouge, dos à nerfs orné, couverture et dos. (Laurenchet.)

150/200

324 pp., 3 ff., 16 illustrations photographiques h.-t., 2 cartes dépliantes.

Ouvrage rare tiré à seulement 550 exemplaires. Il traite de l’antiquité du Domaine de Régennes et de la ville d’Appoigny, sa reconstruction par Hugues de Noyers, son rôle dans la Guerre de cent ans, les guerres de religion jusqu’à la Révolution.

Un des 50 h.c. sur papier bouffant, très bien relié.

MARCHANGY (Louis-Antoine-François)

Marchangy fils d’un notaire royal est né à Saint-Saulge en 1782. Sa mère, une femme savante, tenait salon à Nevers au moment de la Révolution. D’elle il tient son amour de la littérature. Il fut un avocat célèbre et plaida pour les quatre sergents de La Rochelle. En 1822 il est élu député de la Nièvre, mais son élection fut annulée. Ardent royaliste, ses réquisitoires lui valurent la haine des libéraux. Il mourut à Paris en 1826.

  1. La Gaule poétique publiée sur les notes et les corrections laissées par l’auteur.

Paris, L.F. Hivert, Libraire-éditeur, 1834 ; 6 volumes in-8, basane brune granit, dos orné, tr. marbr. (Reliure de l’époque).

80/100

383 (1) pp. – 414 pp., 1 f. ­– 381 pp., 1 f. – 439 (1) pp. – 346 pp., 1 f. – 350 pp., 1 f. 1 portrait et 12 gravures h.-t.

CINQUIÈME ÉDITION. L’auteur, raconte les origines de la Nation française jusqu’au siècle de Louis XIV. Cette œuvre exerça une influence marquée sur la littérature de la première moitié du XIXème siècle en particulier l’imitation des “ Martyrs ” de Chateaubriand.

Travail de ver sur qq. feuillets de tome I avec atteint au texte et à une gravure, épidermures.

MARIÉ DE L’ISLE (Edme-Basile).

Né à Clamecy en 1779, mort à Paris en 1866. Fils d’un flotteur devenu agent du flottage des bois en résidence à Château-Chinon, Edme-Basile Marié fut secrétaire du duc de Praslin.

  1. Manuel complet des marchands de bois et de charbons, ou traité de ce commerce en général…

Paris, Librairie encyclopédique de Roret, 1825 ; in-16, cartonnage bradel toile orange, couverture conservée. (Rel. moderne.)

80/100

VIII pp., 180 pp., 92 pp., 8 pp. (catalogue Roret).

RARE ÉDITION ORIGINALE de ce remarquable petit manuel, Vade-mecum du marchand de bois, où l’on trouve des notices très précises sur le flottage, la construction d’un train, (p. 76 à 113), d’un étang et d’un pertuis, les compagnies de marchands, etc.

MARTIN (Germain) et MARTENOT (Paul).

  1. Contribution à l’Histoire des Classes rurales en France au XIXème siècle. La Côte-d’Or.

Dijon et Paris, Damidot et Champion, 1909, in-8 demi-basane fauve, dos à nerfs orné, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

100/120

XXII pp., 572 pp., 13 pl. hors-texte (cartes et photographies), certaines à double-page.

ÉDITION ORIGINALE. “ Les savants auteurs du livre La Côte-d’Or ont écrit un véritable traité de géographie humaine en Bourgogne. Rien n’a échappé à leurs recherches : le climat, la structure géologique du sol, la population du département et la répartition de la population forment la première partie de l’ouvrage. Elle est accompagnée de cartes et de photographies qui en illuminent le sujet… La mise en valeur du sol constitue la seconde partie de l’ouvrage ; les auteurs y étudient les divers modes d’exploitation, les engrais, les machines agricoles, les productions du sol, l’exploitation des forêts, les vins, rien n’est omis : l’escargot a sa part… Mais produire est insuffisant, il faut vendre et les auteurs traitent avec un grand luxe de détails le marché des animaux, des céréales, du bois et surtout des vins. ” écrit Paul Amoudru dans le Bulletin de la Société d’Etudes d’Avallon. 1911. L’Institut couronna l’ouvrage. Exemplaire provenant de la bibliothèque de Henri Munier (cachet).

Catal. Fonds Morlon n°954.

MASSÉ (Jean).

Avocat au parlement.

  1. Traité des bois et des différentes manières de les semer, planter, cultiver, exploiter, transporter et conserver.

Paris, Hochereau, 1769 ; 2 volumes in-12, plein veau fauve marbré, encadrement filets à froid, dos lisses ornés, tranches rouge. (Reliure de l’époque).

300

clviii pp., 236 pp. – 1 f., 392 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage de toute première importance sur l’état et la situation du patrimoine forestier en France au XVIIIeme siècle. L’auteur préconise une gestion rigoureuse des forêts et la création d’un corps spécial chargé de leur protection. Il donne la liste des essences qui par leur croissance rapide permettront de fournir le pays en bois de chauffage et la marine en bois de construction pour les bateaux. Plantations, entretien, abattage et flottage, toute la filière bois de l’époque y est décrite. L’auteur a mis en tête de ce traité, un, Abrégé des ordonnances sur l’exploitation du bois, et un Extrait des mémoires publiés par Monsieur de Buffon sur la culture, l’amélioration et la conservation des bois. Quérard V, p.598 – Musset-Pathay, n°1926. – Bourde III p.1690.

De la bibliothèque du Marquis d’Aligre (Ex-Libris). Étienne-François d’Aligre était depuis 1768 premier président du Parlement de Paris. Au moment où Necker, qui jouissait alors du plus grand crédit, préparait la convocation des Etats Généraux, d’Aligre demanda et obtint la permission de lire, devant le roi et en présence de Necker, un mémoire où il prédisait tous les malheurs qui devaient arriver de cette convocation, et les danger qui menaçaient le monarque. Un silence absolu régna pendant et après sa lecture, et le premier Président ne reprit la parole que pour donner sa démission, qu’il avait apportée. D’Aligre fut un des premiers Français qui émigrèrent. Il se retira en Angleterre où il avait une fortune placée sur la banque de Londres, puis repassa sur le continent quelques années plus tard et mourut à Brunswick en 1798.

Bel exemplaire, trous de vers sur un dos.

MASSÉ (Alfred).

Né en 1870, petit-fils de sénateur, Massé devient avocat puis député radical de Nevers à l’âge de 28 ans. Ministre du Commerce et des Postes en 1911 et en 1913, sénateur de 1920 à 1924, président de la Société académique du Nivernais. Passionné d’histoire, il entreprend une série de monographies de communes qui paraîtront en 1912 et 1913.

  1. Les Partis politiques dans la Nièvre de 1871 à 1906.

Nevers, Cahiers du Centre, 1910 ; in-12, plein maroquin rouge, dos à nerfs, dentelle intérieure dorées, tête dorées, couverture et dos conservés, sous emboîtage (Eug. Dervois).

150/200

88 pages.

ÉDITION ORIGINALE. BEL EXEMPLAIRE DE L’AUTEUR (avec son ex-libris), relié par Eugène Dervois, son relieur habituel.

Fonds Morlon n°865. – Thuillier 1815-1914, p.160 – Bibl. de Nevers 3N1801/14

  1. Monographies nivernaises. Canton de Pougues.

Nevers, Ropiteau, 1912, in-4, demi-chagrin brun à coins, dos à nerfs, tête dorée, couverture et dos conservée. (Reliure de l’époque).

300

644 pages, 14 planches photographiques h.t., 1 figure gravée et 13 cartes à pleine page dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE. Cette remarquable monographie concerne les communes de Balleray, Fourchambault, Garchizy, Germigny-sur-Loire, Guérigny, Nolay, Ourouer, Parigny-les-Vaux, Poiseux, Pougues-les-Eaux, Saint-Martin-d’Heuille, Urzy, Varennes-les-Nevers. Recueil passionnant, qui nous offre une vaste rétrospective historique, géographique et géologique sur chacune des communes du canton. Nous redécouvrons les évènements marquants : au IXème siècle la concession de Fourchambault, de Garchizy et de Germigny-sur-Loire par Charlemagne aux évêques de Nevers ; le pillage de l’Eglise de Germigny-sur-Loire pendant les guerres de religion. L’auteur évoque les célèbres eaux de Pougues, où séjournèrent de nombreux rois de France. Il nous livre la biographie du véritable fondateur de Fourchambault, l’ingénieur Georges Dufaud, qui créa les établissements métallurgiques dans la commune. Il nous indique aussi les monuments dignes d’intérêt et rapporte de passionnants détails sur leur passé : le château des évêques de Nevers qui s’élevait autrefois au hameau de Parzy et fut détruit au XVIème siècle ; la belle église de Garchizy, bâtie au XIIème siècle, une des plus anciennes du département. L’auteur a collationné les archives de chaque commune, de chaque hameau. Il s’est intéressé aux faits des seigneurs du Moyen Age, mais aussi au passé, plus imperceptible, des petites gens sans lequel l’histoire resterait incomplète.

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur “ A mon ami et collaborateur Francis, affectueux souvenirs de son bien dévoué A. Massé. ” Joint TROIS CARTES POSTALES AUTOGRAPHES de JOSEPH DASSE, dont deux datées d’août 1920, montrant l’église de Pougues dont il était le curé, adressées à M. Louis Dasse et commentant les travaux effectués sur cette église. Une quatrième carte adressée à Mme L. Dasse montre la même église.

Catal. du Fonds Morlon n°1199.

  1. Monographies nivernaises. Canton de Nevers, tome Ier . Communes extra-muros.

Nevers, Ropiteau, 1913 ; in-4 demi-chagrin brun à coins, tête dorée, couverture et dos conservés (Lobstein – Laurenchet).

200/300

669 pp. – 11 cartes à pleine page et 3 fig. in-texte, 13 illustrations photographiques hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE de cette monographie qui concerne les communes de Challuy-Aglan, Chevenon-Jaugenay, Coulanges-les-Nevers, Gimouille, Imphy, Magny-Cours, Marzy, Saincaize, Saint-Eloi, Sauvigny-les-Bois, Sermoise. Le second volume qui devait concerner Nevers n’a jamais paru en raison de la guerre.

Bel exemplaire, bien relié

MASSICOT (A).

  1. Notice historique sur l’hôpital de la ville de Semur-en-Auxois.

Semur, Lenoir, 1881 ; in-8, demi-basane rouge, titre dor. frappé sur le plat, dos orné. (Reliure de l’époque.)

100/120

62 pp.

ÉDITION ORIGINALE EXTREMEMENT RARE. Cette monographie ne fut tirée qu’à 25 exemplaires. Celui-ci porte le n°1. C’est l’exemplaire de l’auteur avec sa signature sur le titre et une correction autographe à la page 12.

MASSILLON-ROUVET (Jean-Baptiste).

Architecte neversois, élève et secrétaire de Viollet-le-Duc pendant le siège de Paris. Il a collaboré aux grands travaux de son siècle, rue Impériale à Marseille, bd. Saint-Germain à Paris etc. Massillon-Rouvet a écrit de nombreux ouvrages sur l’archéologie et l’histoire nivernaises.

  1. La commune de Nevers, origine de ses franchises, suivie d’un guide archéologique dans Nevers et ses environs, texte et dessins par Massillon Rouvet, architecte.

Nevers, J. Michot, 1881 ; in-16, broché, couverture imprimée.

80/100

201 pp., 1 f., 22 figures dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE. Nombreuses gravures à pleine page. Un des rares exemplaires sur papier vergé.

Surugue II, p.604

  1. Remparts et Monuments de l’ancien Nevers avec dessins de l’auteur.

Nevers, Imprimerie Bellanger, s.d. [1895] ; in-8, demi-chagrin brun à coins, nerfs, tête dorée, couverture. (Reliure de l’époque).

150

2 ff., VII pp., 286 pp., 41 planches en noir in et hors texte, dont 4 sur double page, 1 plan de Nevers en couleurs, sur double page.

ÉDITION ORIGINALE de ce livre rare, tiré à 200 exemplaires grâce aux subventions du Conseil Général et du Ministère de l’instruction publique et des Beaux-Arts. Surugue II, p.604 – Carnoy p. 12

Joint : une LETTRE AUTOGRAPHE signée de l’auteur de 3 p. in-12 datée du 12 avril 1885 et adressée à Edouard Corroyer (1837-1914 architecte à Paris). Il se plaint d’attaques de ses adversaires … il est facile de sombrer pour peu qu’on vous tienne la tête sous l’eau … mais n’est-ce pas légitime de se défendre quand des voleurs ou des bandits vous attaquent dans le bois. C’est moralement, c’est ma réputation à qui en voulait les adversaires. – Minute autographe signée de Corroyer en réponse, 1 p. in-12 datée du 14 avril 1885.

  1. Les Conrade. Introduction des Faïences d’art de Nevers.

Nevers, Vallière, 1898 – Les Conrade, leurs Faïences d’art avec dessins. Paris, Société Française d’éditions d’art, 1901 ; 2 ouvrages en 1 volume in-12, demi-toile bleue, couverture conservée, tr. jasp. (Reliure de l’époque).

80/100

23 pp., illustrations in-texte – 53 pp., 1 f., 2 planches photographiques h.-t.,

Ces deux monographies sur la faïence de Nevers sont très rares. Page de titre du 1er livre détachée.

MAURER (Théodore).

Né à Bitche en Lorraine en 1844, d’un père alsacien et d’une mère lorraine, selon l’expression chère à Maurice Barrès, Théodore Maurer est “ un déraciné ”. Engagé à 17 ans en qualité de musicien à l’Ecole impériale de cavalerie, il fut envoyé au Conservatoire de Paris et remporta un premier prix d’harmonie et d’orchestration. Entré dans les postes et télégraphes, il occupa ses loisirs à publier des articles d’art et des poèmes. “ La muse de Théodore Maurer, a-t-on écrit, est parnassienne, c’est-à-dire simple, élégante et pure, gaie, sentimentale et fantasque. Aux bruits de la ville elle préfère le murmure discret des ruisseaux, le frais gazouillis des oiseaux. Elle aime le printemps qui ouvre les roses et l’automne qui mûrit les grappes. ” nous dit van Bever. Collaborant à de nombreux périodiques, il fit paraître plusieurs recueils de poésie. Il se retira à Chissey-en-Morvan.

  1. Fleurs morvandelles.

Paris, La maison des Poètes, 1906 ; in-8, demi-chagrin outremer, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Lobstein-Laurenchet).

100

179 pp.

ÉDITION ORIGINALE. “ Les vers de M. Maurer sont limpides comme les eaux vives qu’il dépeint… on sent vibrer une âme poétique qui ne reste jamais étrangère au spectacle des choses, qui vit en intimité avec la nature. ” Revue du Nivernais, 11.1906. Tirage limité à 350 exemplaires. Un des 342 sur papier Alfa.

LONG ENVOI AUTOGRAPHE en vers au célèbre comédien et poète Jules Truffier (né en 1856). Jointe, une carte postale de montrant le château de Chissey-en-Morvan dans laquelle il demande à ce comédien une place pour sa sœur qui désirait assister à la pièce Le Monde où l’on s’ennuie.

MERLAND (P).

Ce poète lormois a échappé à toutes les bibliographies et anthologies de la Nièvre et du Morvan.

  1. Sur les Granits.

Lormes, Imprimerie Charles Luquet, 1899, in-16 broché, couverture imprimée.

50/60

78 pp., 1f. n. ch. de table.

ÉDITION ORIGINALE extrêmement rare, sans doute tirée à compte d’auteur chez un imprimeur de Lormes. La muse de M. Merland est bucolique et patriotique. Quelques pièces en prose. Bel exemplaire à l’état de neuf.

MEUNIER (Paul).

Né au Poids-de-fer dans le Cher en 1845, Meunier fait ses études au lycée de Bourges et à la faculté de droit de Paris. Inscrit au barreau de Bourges, il se retrouve à Paris durant la Commune, puis avoué à Nevers de 1872 à 1886, et avocat à partir de 1895. Nommé en 1903 Conservateur du Musée des faïences de la ville de Nevers. Meunier a donné différents ouvrages d’histoire locale. Il meurt en 1920.

  1. La première époque de la Révolution dans la Nièvre - (1789-1792) - La Nièvre pendant la Convention. La deuxième époque (1795-1800).

Nevers, Vallière, 1895-1898 ; 2 volumes in-8, demi-chagrin brun à coins, filets dorés, dos lisses ornés de décors d’arabesques dor., têtes dorées, tr. jasp., couvertures. (Reliures de l’époque.)

100/120

LXXI pp., 359 pp., 14 pl. h.-t. - 470 pp. 5 pl. h.-t.

ÉDITION ORIGINALE. La partie concernant 1789-1792 est un avant-propos de 71 pages, le reste de l’ouvrage concerne la Nièvre pendant la Convention. “ Il y a bien quelques erreurs, mais l’ouvrage reste intéressant. On y trouve de nombreux détails. Il est en outre illustré de portraits, de fac-similés. ” Revue du Nivernais. Avril et Mai 1899. Guéneau p. 124 - Fonds Morlon n°316.

Bel exemplaire malheureusement incomplet des planches VI au tome I et IV, V, VI au tome II.

Joints, 9 ff. libres, biographie de Paul Meunier par Gabriel Montagnon et portrait par L. Mohler.

MILLE (Antoine-Étienne).

Né à Dijon, il était fils d’un conseiller au Parlement de cette ville. Il exerça comme avocat au Parlement de Paris et fut membre de l’Académie d’Auxerre.

  1. Abrégé chronologique de l’histoire ecclésiastique civile et littéraire de Bourgogne, depuis l’établissement des Bourguignons dans les Gaules jusqu’à l’année 1772.

Dijon, Causse, 1772 – 1773 ; 3 volumes in-8, veau fauve marbré, dos à nerfs ornés, tranches rouges. (Reliure de l’époque).

500/600

4 ff. n. ch. dont la dédicace au Prince de Condé, entièrement gravée avec une jolie vignette en tête, XX pp., XLI pp., 420 pp., 1f., 1 carte dépliante h.-t. – LXIII pp., 463 pp. – 8 pp., XLIII pp., 422 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ce livre entrepris dès l’âge de 17 ans. “ Cette production, calquée, pour le plan et les formes, sur l’ouvrage du président Hénault, avait l’avantage de rassembler, dans un cadre resserré, des documents qui avaient échappé à la prolixe érudition de dom Plancher, et de rectifier plusieurs inexactitudes de ce religieux … ” Quérard, VI, 131.

Le deuxième tome est suivi de : Lettre de M. Mille pour servir de supplément au second volume de l’Abrégé chronologique…14 pp., 1 f. Ce supplément manque souvent.

Ce livre fut violement attaqué par les bénédictins. Mille avait osé s’emparer d’une de ces tâches laborieuses que se réservait cette docte congrégation et, pêcher plus grave, avait osé signaler le relâchement de leur ordre. Il répondit faiblement à ces critiques (voir n° suivant) et fit hommage de son livre à Voltaire, qui lui-même en guerre avec les moines du Jura le félicita d’avoir décoché quelques traits contre les enfants de Saint Benoît. Courtépée a largement profité du travail de Mille dont il était l’ami.

Brunet, Table méthodique, n° 24526. – Cioranesco n°45014, 45015.

Ex-libris manuscrit du 18 ème s. caviardé sur les titres, les pièces de titre du dos ont disparu.

  1. [ROUSSEAU (Dom François) – MERLE (Dom)] Recueil de lettres adressées à M. Mille, auteur de l’Abrégé chronologique de l’Histoire de Bourgogne.

S. l. n. d. (Paris, 1772) ; in-8, basane brune marbrée, dos orné, tranches marbrée. (Reliure de l’époque).

100

124 pp., 66 pp.

ÉDITION ORIGINALE de cet OUVRAGE RARE surtout complet des deux parties. Les deux premières lettres de Dom François Rousseau et Dom Merle sont adressées à Mille en réponse à quelques extraits tirés de l’Avertissement du 3ème volume de l’Abrégé chronologique (n° précédent). La troisième lettre est une réponse de Mille et la quatrième une réplique de dom Merle à la réponse précédente.

Brunet, Table méthodique, n° 24527.

Cachet “ P.L.” sur le titre.

MILLELOT (Eugène.)

Démocrate-socialiste de Clamecy qui participa avec deux autres membres de sa famille à l’insurrection des 5-7 décembre 1851. “ Il a été l’âme de la résistance, l’homme le plus actif, le plus intelligent, le mieux formé … il apparaît, jusque dans le martyre comme un nouvel incorruptible ” dit Martinet dans Clamecy et ses flotteurs. Après commuation de sa condamnation à mort, Eugène Millelot fut transporté en Guyane en compagnie de son frère Numa. Il est mort à l’hospice Sainte-Marie de Cayenne en 1856.

  1. Conclusions et plaidoyer pour Edme Nicolas-Eugène Millelot, demandeur en cassation d’un jugement du Conseil de guerre siégeant à Clamecy, à la date du 1er février 1852, qui l’a condamné à la peine de mort, pour meurtre et attentat contre la forme du gouvernement.

Paris, Imprimerie Cosse et J. Dumaine, 1852 ; plaquette in-8, brochée, couverture imprimée.

50/60

32 pp.

ÉDITION ORIGINALE très rare. Les 6 premières pages sont le Pourvoi pour Edme-Nicolas-Eugène Millelot, compositeur d’imprimerie à Clamecy par son avocat Victor Luro, la seconde est le Plaidoyer pronnoncé par Me Victor Luro à l’audience du 10 avril 1852.

Très bel exemplaire à l’état de parution.

MILLIEN (Achille).

Poète nivernais né en 1838 à Beaumont-la-Ferrière d’un père percepteur et riche propriétaire. En 1860, il publie son premier recueil de poèmes. Folkloriste infatigable du Nivernais et du Morvan, Millien a passé une grande partie de sa vie à collecter dans plus de 600 villages les coutumes, les contes et les chants populaires. Il a toujours vécu dans la Nièvre, mais ses curiosités dépassent largement la culture régionale. En 1892 il entreprend la traduction de poèmes et de chants d’Europe Centrale et d’Europe du Sud. À partir de 1896, La Revue du Nivernais, devenue mensuelle accapare tout son temps. Millien meurt en 1927.

  1. Premières poésies (1859-1863).- Nouvelles poésies (1864-1873).

Paris, Alphonse Lemerre, 1875-1877 ; 2 volumes grand in-8, demi-chagrin prune à coins, dos ornés, têtes dor. (Reliures de l’époque.)

300/400

3 ff., IV pp., 391 (1) pp., frontispice et 12 gravures hors-texte. – 3 ff., VIII pp., frontispice et 12 eaux fortes hors-texte.

Luxueuse édition collective illustrée. 2 frontispices, 2 portraits, 23 planche gravée hors-texte. Ce sont de très belles eaux-fortes originales de Lalanne, Appian, Ballin, Queroy, Hanoteau, Pierdon, Rajon, Courtry, Morin et de nombreux autres parmi les meilleurs aquafortistes de l’époque.

En tête du premier tome est montée une LETTRE AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR de 2 pages, datée de Beaumont-la-Ferrière août 1859. “ Mon cher Maître, Mille remerciements pour de si précieuses et si indulgentes paroles(…) Votre suffrage est de ceux dont je m’honore tout particulièrement… ” Il est ensuite question de l’accueil fait par la presse aux poèmes de Millien et de la parution à venir des Premières Poésies.

  1. Étrennes nivernaises.

Nevers, En Nivernais chez tous les libraires, 1895-1896 ; 2 volumes in-12 brochés, couvertures illustrées.

60/80

94 pp., 1 f. – 94 pp., 1 f.

COLLECTION COMPLETE de cet intéressant almanach rédigé par Millien. Il contient des contes, des légendes, des notices sur les artistes nivernais, par des Nivernais, pour des Nivernais. Illustrations par Monteignier, Boisseau, G. Molher, Martin des Amognes, Le Blanc Bellevaux, Pail, H. Ferrier. Intéressantes notices sur ces artistes, sur certains poètes, sur les faïences de Clamecy…

ENVOIS AUTOGRAPHES de l’auteur à M. E. Chat, sur les faux-titres de chacun des tomes. Dos cassés, couvertures salies, celle du premier tome détaché.

Fonds Morlon n°783 et 784. – Catal. Dupont, n°364, 365.

  1. Chez nous. Le long des sentes nivernaises – Airs de flute – Le jour qui tombe.

Paris, Alphonse Lemerre, 1896 ; in-12 broché, couverture imprimée.

30/40

2 ff., 212 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Préface de Thalès Bernard.

ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR au poète L. MIRAULT (Fanchy).

Dos cassé.

MIROT (Léon).

Né à Clamecy en 1870, Léon Mirot se distingua par ses goûts pour l’archéologie et les documents anciens. Archiviste principal aux Archives Nationales, il fut fondateur de la Société des Amis du Vieux Clamecy.

  1. La seigneurie de Saint-Vérain des Bois, des origines à sa réunion au Comté de Nevers (1480).

La Charité-sur-Loire, Delayance, 1943 ; in-12, demi-chagrin fauve, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

100/120

2 ff. (bulletin de souscription), XIX pp., (1) p., 279 pp., (1) p., 2 ff., 4 pl. et 1 carte dépliante h.-t., 5 tabl. généal. dépliants h.-t.

ÉDITION ORIGINALE de cette étude géographique, historique et héraldique de Saint-Vérain. UN DES 30 sur Pur Fil Outhenin Chalandre de ce livre tiré à 470 ex.

MOHLER (Louis).

Fils et petit-neveu d’artistes nivernais, artiste accompli et poète, curieux des choses du passé et fervent régionaliste, Louis Mohler est né à Nevers le 15 octobre 1875. Élève au lycée de Nevers, puis en 1889 à l’Ecole des Beaux-Arts dans la section d’architecture, il remporta, entre autres, deux médailles d’archéologie et en 1905, une seconde médaille au concours Rougevin. Admis au salon des Artistes Français en 1902, il remporta l’année suivante une mention honorable avec deux aquarelles représentant des intérieurs de la cathédrale de Nevers. Il exposa souvent ensuite dans les sections d’architecture, de gravure et de peinture. Muni du diplôme d’architecte en 1908, il s’établit à Bourges. Marié en janvier 1912, il revint en 1913 dans sa maison natale. Elu membre du bureau du Musée archéologique de la Porte de Croux le 26 novembre 1913, il conserva cette fonction jusqu’à sa mort. À son retour de la guerre, il fut nommé conservateur du Musée de la ville de Nevers. L’érection de nombreux monuments aux morts : La Charité-sur-Loire, Lucenay-les-Aix, Saint-Honoré-les-Bains, Pouilly-sur-Loire, Lurcy-Lévy, lui permit alors de donner la mesure de son talent. Louis Mohler est mort le 20 mai 1934.

  1. Album du vieux Nevers.

Nevers, Imprimerie de la Nièvre, 1905 ; in-folio, demi-basane brune. (Reliure de l’époque).

450/500

5 ff. (dédicace, titre et préface), 25 ff. de planches à pleine page, 1 f. (liste des souscripteurs).

L’ouvrage est dédié à son père qui fut son premier maître. Préface d’Achille Millien, 25 planches de lavis ou dessins à l’encre tirées en phototypie par Berthaud Frères et 2 lithographies (d’après une gouache de R. Gouy et un dessin de Pillet). Sont représentées les rues de Nevers, la cathédrale, les vieilles maisons de la rue Saint-Martin (détruites en 1904), la Chapelle de la Visitation, la rue St Genest, la maison Bonnot (démolie en août 1905), la cour de l’abbaye, la rue du port, la rue de la cathédrale, la rue de la Fontaine .

Tirage limité à 100 exemplaires numérotés. Le nom du souscripteur de cet exemplaire a été raturé.

  1. Un coin de Corbigny. Aquarelle originale signée (15 x 27 cm.) Œuvre de jeunesse du peintre.

200/250

  1. Coins de route en Morvan. Aquarelle originale signée (15 x 24,5 cm.) Œuvre de jeunesse du peintre.

150/200

MOREAU (Frédéric).

Syndic du Commerce des bois à œuvrer de Paris.

  1. Histoire du flottage en trains. Jean Rouvet et les principaux flotteurs anciens et modernes.

Paris, Dauvin et Fontaine, 1843 ; in-8, demi-maroquin noir à longs grains, dos orné de fil. dor. et de motifs à froid, couv. et dos. (Lobstein et Laurenchet).

600/700

5 ff., 127 pp., 6 lithographies hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE rare et très recherchée. 6 lithographies par Camaret, dans cet exemplaire elles ont été légèrement rehaussées de couleurs. Jean Rouvet de Clamecy serait l’inventeur du flottage. C’est ce que Dupin aîné dans son Morvan soutient énergiquement. F. Moreau, syndic du bois à ouvrer, déclare dans ce livre que cette invention remonte à la plus haute antiquité et que la première application sur la Cure appartient à Gilles Desffroissez maître de Forges en Nivernais. Rouvet ne serait que la caution, puis le successeur de Desffroissez. De son côté, Charles Leconte fit arriver de l’Yonne à Paris en 1547 le premier train de bois à brûler et G. Sallonnyer établit vers 1550 des écluses propres à faciliter le flottage. Ceci étant dit, pendant trois siècles la Compagnie des bois à brûler de Paris fit frapper des jetons d’argent à l’effigie de Rouvet ; la Compagnie des petites rivières préféra frapper à l’effigie de Sallonnyer.

ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur à Monsieur Augouard. Bel exemplaire.

MOREAU DE CHARNY (Napoléon-François).

Né à Clamecy en 1809 d’un père qui dirigeait le collège de la ville. Il est connu comme peintre et poète mais il s’est aussi exercé à la photographie. Pendant quelques années il a enseigné le dessin au lycée de Nevers. Il meurt à Nevers en 1887.

  1. Pérégrinations d’un objectif.

s.l., 1862 ; album in-4, oblong, cartonnage percaline brune, pièce de titre en chagrin rouge sur le plat avec le titre “ Essais photographiques par M. de C. ”

2800

1 f. avec titre sur vignette collée et 11 planches portant chacune une photographie originale de 17 x 21 cm. (ovale ou rectangulaire).

ALBUM DE LA PLUS GRANDE RARETÉ, sans doute tiré à un très petit nombre d’exemplaires non mis dans le commerce. Aucune bibliographie ne mentionne les travaux photographiques de Moreau de Charny. Cet album, le seul de l’artiste ( ?), porte un ENVOI AUTOGRAPHE à “ Madame Desveaux ”.

Le premier feuillet porte un POÈME AUTOGRAPHE intitulé : L’Objectif. Il est dédié “ aux dames ”.

“ Tout ce que je vois en passant,

À mes tableaux sert de modèle

Et l’on sait qu’un miroir fidèle

Est tour à tour laid ou charmant :

Je deviendrai même adorable

Sans avoir besoin de la fable

Si, quand vous me verrez là-bas,

Vous ne vous cachez pas. ”

Suivent les onze photographies originales, pour lesquelles l’artiste fit poser sans doute des membres de sa famille et des amis nivernais. Ce sont des tableaux de genre titrés :

  1. À la ville : méfiez-vous des soubrettes (femme et fille de l’auteur ?)

  2. Au pays du Soleil : Le Narguilhé et la paresse (femme de l’auteur en Turque ?)

  3. Où manque la confiance de Dieu : Carte de malheur (femme avec une cartomancienne).

  4. En Nivernais. Trois commères (fileuse de laine.)

  5. Dans la famille. Les soins d’une sœur. (femme et fille).

  6. Au Coin du bois. L’accordéon (trois paysans du Morvan).

  7. Dans la montagne. Rencontre. (Un homme et deux femmes deguisés en Savoyards devant une scène peinte de montagne).

  8. Au temps passé. Un messager (scène médiévale avec sa femme et sa fille ?)

  9. Dans l’atelier. Travail léger, lourde toilette (deux couturières.)

  10. D’un pôle à l’autre. La paix du cœur (un prêtre et une jeune fille.)

  11. Au Cabaret. Dans les brouillards (deux buveurs.)


MORELLET (N.-J.).

Morellet est né à Gênes en 1806. Entré à l’Ecole Normale en 1826, il fut nommé deux ans plus tard régent dans divers collèges notamment à Nevers où il se passionne pour l’histoire. Le commandant Barat lui offre de participer au Nivernois, Album historique et pittoresque qui est publié de 1838 à 1842 et qui obtient en 1844 une Mention honorable au Concours des Antiquités Nationales organisé par l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Morellet est l’un des fondateurs de la Société Nivernaise. Il a aussi donné une œuvre poétique en majeure partie inédite. Après 1870, il se fixa à Paris où il vivait encore en 1890.


194. Le Nivernois historique et pittoresque.

Grenoble, Les 4 seigneurs, 1969 ; 3 tomes reliés en 2 vol. in-4, demi-chagrin rouge, dos à nerfs ornés, couvertures et dos conservés (Lobstein – Laurenchet).

400/450

5 ff., XL pp., 204 pp., 39 planches hors-texte – 1 f., 260 pp., 3 ff. 79 planches h.-t. – 2 ff., 64 ff. de planches non numéroteés, 1 f.

Réimpression en fac-similé de l’édition de 1838. Elle est augmentée de 64 planches inédites (3ème partie, avec préface de Bernard de GAULEJAC, reliée à la suite du second volume).


MORLON (Louis-Albert).

Né à Decize en 1846, ce fils d’un conducteur des Ponts et Chaussées fourieriste et républicain très engagé, fit des études de droit qui lui donnèrent accès à la magistrature. Il acheva sa carrière comme Conseiller au Tribunal de Bourges. Très attaché à la Nièvre, il s’installe définitivement à Cercy-la-Tour au moment de la retraite. Grand bibliophile, il consacre la fin de sa vie à la rédaction des Promenades en Morvan, mais meurt malheureusement avant leur parution. Son savant ami Desforges en assurera la publication.

À sa mort, sa splendide bibliothèque fut léguée à la Bibliothèque de Nevers, Desforges en a établi le catalogue. Le reste de ses biens fut légué à la municipalité de Cercy-la-Tour pour permettre de transformer sa villa en hospice.


195. Promenades en Morvan.

Nevers, Ropiteau, 1921 ; 2 vol. in-8, demi-chagrin noir, dos à nerfs ornés de fleurons dor., non rognés, couv. et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

400/450

XX pp., 404 pp., 2 ff., 32 planches h.-t. – 427 pp., 30 planches hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE rare de cet ouvrage posthume, publié par M. Desforges avec l’appui de la Mairie de Cercy-la-Tour. Ce livre auquel Morlon consacra ses dernières années contient de nombreux renseignements inédits sur l’histoire, la topographie, l’agriculture de la région. Les planches photographiques montrent divers sites de villes ainsi que des scènes de campagne. Il ne fut tiré qu’à 150 exemplaires ; celui-ci porte le n°116.

2 cahiers intervertis, qq. pp. interverties.

Bel exemplaire finement relié.


MORTEMART (Duc de.) ?


196. Chroniques du Morvan. 1396.

Paris, Imprimerie de Mme de Lacombe, 1850 ; in-8, demi-veau bleu glacé, dos à nerfs orné, tranches jaspées. (Reliure de l’époque.)

200/300

141 pages, 1 feuillet non chiffré, frontispice.

ÉDITION ORIGINALE EXTRÊMEMENT RARE, qui ne fut pas mise dans le commerce. Cette édition à tirage très limité sur papier vélin, était destinée aux invités d’une soirée donnée par le Duc de Mortemart en l’honneur de sa fille. Dans un exemplaire vendu par la Librairie Chanut se trouvait une lettre autographe de Monsieur de Mortemart au Président Dupin où il déclare que ces Chroniques avaient été écrites pour sa fille et que celle-ci avait voulu en faire un tirage pour le château et ses voisins. – Catalogue Chanut n°3 février 1980.

En 1868, l’abbé Joly imprima sur ses presses de Bissey-le-Pierre une nouvelle édition du livre avec une notice sur l’abbé Leclerc neveu du curé de Thoisy-la-Berchère. Une note manuscrite ancienne qui se trouve sur un exemplaire de l’édition de 1868 (collection Derymaker) attribue l’ouvrage à cet abbé Leclerc, mort jeune.

Les chroniques de ce recueil historique sont titrées : Conforgien, Nicopolis, Le saut de Gouloux, Thoisy.

Fonds Morlon n°987. – Catal. Dupont n°129.

Précieux exemplaire avec un ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR (Malheureusement non signé) “ À Md. la Marquise d’Osmond, hommage du chroniqueur. ” Reliure spécialement exécutée à l’époque pour la bibliothèque du château de Pont-Chartrain (ex-libris frappé en queue.)

MUNIER (Jean).

(Autun 1557- 1637) Conseiller et avocat du Roi au bailliage d’Autun.


197. Recherches et Mémoires servans à l’Histoire de l’Ancienne Ville et Cité d’Autun, reveus et donnez au Public par M. Claude Thiroux…

Dijon, Philibert Chavance, 1660 ; in-4, plein maroquin grenat, encadrement de filets dorés, dos à nerfs orné de caissons dorés, filets dorés sur les coupes, tranches dorées, doublé et gardes de maroquin citron, chemise demi-maroquin grenat à bandes, étui. (Lobstein).

1000/1200

XVII pp., (1 p.), 1 f. n. ch., 136 pp., 160 pp., 79 pp., (1 p.), 1 f. n. ch., plan dépliant et planche de 3 blasons gravés par Boisot h.-t.

ÉDITION ORIGINALE TRES RARE qui fut publiée la même année que le livre d’Edme Thomas. Ce dernier était inachevé du fait de la mort de son auteur. Munier s’intéresse dans la première partie à l’histoire d’Autun dans l’Antiquité. Les seconde et troisième parties sont les éloges des anciens comtes et des hommes illustres de la ville. Exemplaire décrit dans le Catalogue de Livres de la Bibliothèque d’un amateur franc-comtois, n°93. – Cioranesco 50765 et 50766 – Papillon II, p. 103.

Bel exemplaire lavé dans une élégante reliure en maroquin doublé.


MUTEAU (Charles) et GARNIER (Joseph).

Charles Muteau, est un juriste né à Dijon en 1824. Joseph Garnier, né à Dijon en 1815, fut archiviste de la ville et du département de la Côte d’Or.


198. Galerie Bourguignonne.

Dijon, J. Picards, Paris, Dumoulin, 1858-60 ; 3 volumes in-16, demi-chagrin rouge, dos à nerfs ornés, non rognés. (Reliures de l’époque).

120/150

VII pp., 584 pp. – 2 ff., 501 pp. – 2 ff., 371 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Biographie des hommes nés en Bourgogne avant 1789, et dans le département de la Côte-d’Or pour la période suivante. Lorenz, III p.561

Très joli exemplaire finement relié.


NAULIN (Jean.)

199. L’élevage bovin en Charolais-Brionnais.

sl.nd., (vers 1955) ; tapuscrit de 218 ff., in-4, cartonnage demi-toile verte.

120/150

9 ff. non chiffrés,180 pp., 11 ff. et 18 planches h.-t., certaines coloriées (cartes et graphiques.)

Travail inédit, dont il n’existe peut-être que cet exemplaire. Remarquable monographie sur la race charolaise, ses origines, son standard. L’auteur s’intéresse ensuite aux conditions géographiques et aux techniques d’élevage, l’embouche, le commerce, les concours… En tête se trouve une bonne bibliographie sur le sujet.


NAULT (Denys).

Denys Nault, qui fut baptisé à Lyon en 1633, est une célébrité de Luzy où il vécut et mourut en 1707. Avocat au Parlement, conseiller du prince de Condé, il fut juge à Luzy et à Toulon-sur-Arroux. On lui doit trois petits romans historiques, tous très rares.


200. Histoire de l’ancienne Bibracte, appresent appellée Autun. Dédiée à Messieurs les Magistrats de Ville.

Autun, B. Lamothe-Tort, s.d. (1688) ; petit in-12, basane brune, dos à nerfs orné de fleurs de lys à froid. (Reliure de l’époque).

400/500

15 pp. (1 p.), 173 pp., 2 ff. n. ch.- Armes d’Autun gravées sur bois au verso du titre.

ÉDITION ORIGINALE EXTREMEMENT RARE, dont on ne connaît qu’une dizaine d’exemplaires. Ce récit décrit de la façon la plus minutieuse, l’ancienne ville de Bibracte. On y apprend comment Fabius, hivernant à Bibracte avec les légions de César, poussa par ses vexations les Eduens à la rébellion et incendia la ville, qui trouva son tombeau dans ses propres entrailles. L’auteur s’est déclaré prêt à répondre hautement aux critiques par toutes pièces authentiques qu’il a eues en main et qui seront les garants éternels des faits racontés. Exemplaire bien complet des 2 ff. de la fin, que Lever ne signale pas, le premier porte un sonnet sur Autun ainsi qu’une épigramme, le second est un errata.

Brunet 24562. – Cioranesco 50932 – Lever 194- Catal. Dupont, n°245. – Mémoires de la Société Eduenne, n°33, 1905. p. 325. – Thuillier XVIIe n° 110

Sur la garde, une note manuscrite précise : vendu 16 livres, marqué rare, chez M. de Fontette, en 1751, mais ordinairement 6 à 8 livres comme chez M. Lancelot en 1741 et chez M. Burette en 1747.


NEE DE LA ROCHELLE (Jean).

Avocat, poète et historien né à Clamecy en 1682, mort dans cette ville en 1772 (1747 selon G. Thuillier). Ruiné par la banqueroute de Law, Jean Née de La Rochelle revient à Clamecy comme subdélégué de l’Intendant d’Orléans avant de remplir durant 34 ans les fonctions de Procureur fiscal de la Justice de la Châtellenie. Il est ensuite avocat fiscal du duc de Nivernais et maire de Clamecy de 1761 à la fin 1763. Mademoiselle de Charolais qui aimait ses poèmes légers lui accorda sa protection. Il fut inhumé en l’église de Clamecy.


201. Mémoires pour servir à l’histoire du Nivernois et du Donziois.

Paris, Moreau Père et Huart et Moreau, 1747 ; in-12 veau fauve, dos à nerfs orné. (Reliure de l’époque).

200/300

VII pp., 430 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE rare et très recherchée. Ce livre est le premier essai d’histoire générale du Nivernais tenté depuis Coquille. À la fin, quatre dissertations Dissertation sur les servitudes qui avaient lieu dans le Nivernois, Dissertation sur les Maladreries, Dissertation sur le Flottage des bois pour la Provision de Paris (le premier texte paru en Nivernais sur ce sujet et qui montre fort bien les liens entre la police des bois et la police du flottage) et Dissertation sur la Forclusion.

Cachet du XXe siècle Guy Coquille Avocat Moulins descendant de l’auteur.

Brunet, n°24475. – Catal. Grangier de la Marinière, n°1791, 1792. – Fonds Morlon n°353. – Catal. Dupont n°130.


202. Commentaires sur la coutume du bailliage et Comté d’Auxerre, anciens ressorts et enclaves…

Paris, Bauche Fils, 1749 ; in-4 veau fauve marbré, dos à nerfs orné, tranches rouges. (Reliure de l’époque).

400/500

1 f., x pp., 390 pp., 13 ff. n. ch., xliii pp.

SECONDE EDITION. La première est de 1748. La rédaction de la Coutume d’Auxerre commença en 1494, sur l’ordre du roi Charles VIII. Révisé plusieurs fois, notamment en 1507, ce document ne fut définitivement rédigé et arrêté qu’en 1561. Bel exemplaire.

Gouron et Terrin, n°370. – Catal. Grangier de la Marinière, n°1954.


NEE DE LA ROCHELLE (Jean-François).

Petit-fils du précédent, né à Paris en 1751, fut libraire, imprimeur, éditeur. Plus tard il vint habiter La Charité-sur-Loire où il remplit, sous l’Empire et la Restauration, les fonctions de juge de paix. Jean-François Née de la Rochelle est mort en 1838, il laisse une œuvre de bibliographe, d’historien et de romancier.


203. Mémoires pour servir à l’histoire civile, politique et littéraire, à la géographie et à la statistique du département de la Nièvre et des contrées qui en dépendent…, juge de paix du canton de La Charité-sur-Loire.

Bourges, Souchois et Paris, Merlin, 1827 ; 3 volumes in-8, demi-veau fauve, dos ornés, tr. jasp. (Lobstein – Laurenchet).

500/600

2 ff., 422 pp., 1 f. – 2 ff., 430 pp., 1 f. – 2 f., 404 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE tirée à 750 ex. Réimpression considérablement augmentée des Mémoires de Jean Née. Tome 1 ; Géographie, les Comtes de Nevers, Cosne, état des ruisseaux flottés avec le nombre de cordes flottées, étude générale et début du dictionnaire des communes. Tome 2 ; Clamecy, Nevers, Château-Chinon, familles nobles. Suite du dictionnaire avec d’intéressantes notices sur chaque commune et un court dictionnaire des familles nobles. Tome 3 Hommes illustres, table générale des matières, des choses et des personnes.

Brunet, n°24476. – Catal. Grangier de la Marinière, n°1793. – Fonds Morlon n°357- Guéneau p. 131.

Bel exemplaire bien relié.



204 ; [NEVERS]. Mémoire pour Monsieur l’Evêque et les Doyens, Chanoines, sept prêtres et habitués de l’Eglise Royale et Cathédrale de S. Cyr de la ville de Nevers contre les Officiers du Bailliage et Duché Pairie de la même ville, En la présence et du consentement des Officiers du Bailliage Royal de S. Pierre-le-Moutier.

Manuscrit du XVIIIe siècle ; in-folio de 47 ff., demi-veau fauve marbré, filets dorés. (Laurenchet).

400/500

Ce mémoire en 39 objections et réponses concerne les prérogatives des officiers royaux en matière religieuse. La fin du texte manque. Les derniers feuillets portent une forte mouillure en milieu de page, les deux derniers présentent des manques.


205 ; [NIVERNAIS]. Ensemble de quatre ouvrages.

100/120

  1. Un Moine Bénédictin Nivernais au XVIIème siècle Dom de Laveyne, Fondateur des Sœurs de la Charité et de l’Instruction Chrétienne de Nevers. 1653-1719 par l’Auteur de la Confidente de l’Immaculée. Nevers, Imprimerie de la Nièvre, 1922 ; in-8 broché, couv. imprimée.

  2. ROY-LECAT (Madeleine). Contribution à l’histoire de la pharmacie en Nivernais. Tridon-Gallot, 1949 ; in-8, broché, couv. imprimée. ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur à Mme et M. Schiever, conseiller général.

  3. PATAUT (Jean). Sociologie électorale du XXe siècle (1902 – 1951). Paris, Cujas, 1956 ; 2 tomes reliés en 1 vol. in-8, cart. brad. papier marbré bleu, couv. et dos. (Laurenchet).

  4. [Réunion de textes anciens].Chronique et histoire des évêques de Nevers. Avallon, Civry, 1979 ; in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs orné, couv. et dos. (Lobstein-Laurenchet).



206 ; [NOURRICES]. Protection des enfants du premier âge. 2ème registre des Maires. Déclaration des nourrices, sevreuses ou gardeuses. Mairie de Bièrre-les-Semur. 1881-1941. In-folio, cartonnage demi-toile bleue.

200/250

40 ff.

TRES RARE DOCUMENT. Registre des nourrices de la commune de BIERRE-LES-SEMUR comportant 48 déclarations manuscrites de prise en charge d’enfants par les nourrices de la commune. Chaque folio indique l’état civil de la nourrice et celui de l’enfant, l’adresse et la profession des parents et les dates de placement et de retrait du nourrisson. Ce registre donne en outre la rémunération mensuelle des nourrices et le type d’allaitement (sein, biberon, chèvre). Certaines pages portent des observations et cachets de médecins et inspecteurs de l’Assistance et de l’Hygiène publiques.

Joints ; 5 ff. de formulaires Avis de Mutation complétés et 3 ff. de formulaires vierges Avis de placement tous délivrés par l’Assistance Publique du département de la Côte-d’Or.

OMALIUS D’HALLOY (Jean-Baptiste-Julien).

Savant belge, géologue et administrateur né à Liège en 1783, mort à Bruxelles en 1875. Il fut tour à tour maire de Skenvre et de Braibant, sous-intendant de l’arrondissement de Dinant, secrétaire général de la province de Liège, gouverneur de la province de Namur, conseiller d’État et sénateur. 

Consacrant aux sciences naturelles, et plus particulièrement à la géologie, tout le temps que lui laissaient ses fonctions publiques, Omalius s’acquit, de bonne heure, comme savant, une grande célébrité et il devint, en 1816, membre de l’Académie de Bruxelles, qu’il présida à partir de 1856. Il était aussi correspondant de l’Académie des sciences de Paris.


207. Notice sur le gisement de calcaire d’eau douce dans les départemens du Cher, de l’Allier et de la Nièvre.

Paris, Bossange, 1812 ; plaquette in-8, couv. rose muette, non rogné. (État de parution).

100/120

24 pp., 8 pp.

ÉDITION ORIGINALE très rare. Tiré à part du Journal des Mines, cette notice est suivie d’une Note sur l’existence du Calcaire d’eau douce dans les départemens de Rome et de l’Ombrone, et dans le royaume de Wurtemberg par le même auteur. ENVOI AUTOGRAPHE de l’auteur.


OPPEPIN (Louis.)

Né à Varzy en 1830, Oppepin fit ses études au collège de sa ville. D’abord instituteur puis directeur de l’école communale de Nevers (Ecole du Château), il exerce après sa retraite comme secrétaire de mairie à Guérigny. Sa muse est tantôt patriotique, tantôt sentimentale et lyrique. Ses poèmes fleurirent dans diverses revues parisiennes avant d’être réunies en volumes. Il meurt à Nevers en 1915.


208. Les Brises du Soir.

Paris, Dentu, Nevers, Laurent, 1870 ; in-12, cartonnage bradel, papier marbré, non rogné, couverture conservée. (Laurenchet).

60/80

XI pp., 347 pp. y compris la liste des souscripteurs.

ÉDITION ORIGINALE préfacée par Achille Millien. Drouillet I, p. 114.

Quelques rousseurs.


OURSEL (Charles).

Né en 1876 à Saint-Philibert-sur-Risle (Normandie), Charles Oursel, est nommé bibliothécaire-adjoint de la ville de Dijon, en 1899. Sa carrière à la Bibliothèque municipale de cette ville, durant 42 ans, fit de lui l’un des meilleurs spécialistes de l’histoire de la province. Il est mort à Cluny en 1967.


209. Courtépée – Papillon. Voyages en Bourgogne 1722-1758.

Dijon et Paris, Librairie Nourry, 1904 ; in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs orné, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

80/100

113 pp.

ÉDITION ORIGINALE TRÈS RARE, TIRÉE À SEULEMENT 100 EXEMPLAIRES.

Remarques d’un voyageur curieux sur les abbayes de Fontenay, d’Oigny, du Val-des-Choux et la Chartreuse de Lugny, et Aignay-le-Duc  par Courtépée, puis, Voyage de Monsieur Papillon, Chanoine de l’Eglise collégiale de la Chapelle-aux-Riches adressé à M. Fevret de Saint-Mesmin  par Papillon. L’ouvrage se termine par une importante bibliographie.

UN DES 12 EXEMPLAIRES sur HOLLANDE.


PARADIN (Guillaume).

Né à Cuiseaux en 1510, Guillaume Paradin entre dans les ordres à l’âge de 25 ans. Il est chargé de l’éducation du fils de Prevost, Lieutenant général du baillage de Dijon, grand amateur d’histoire et d’archéologie et dont Paradin hérite la précieuse documentation. Protégé par le Cardinal Charles de Lorraine et Henri II qui le tenaient en grande estime, il se consacre entièrement à des travaux d’histoire. Il obtient un canonicat au chapitre de Beaujeu dont il devient le doyen et meurt dans cette ville en 1590.


210. Annales de Bourgongne.

Lyon, Antoine Gryphius, 1566 ; in-folio, maroquin brun avec décor pastiche Renaissance, double encadrement de filets dorés, arabesques d’or aux angles, grand motif central doré, dos lisse orné de filets dorés, tranches dorées. (Devauchelle).

1200/1500

X pp. (titre-frontispice gravé, épitre), 1 f. (privilège et blason gravé), 995 pp., 18 ff. (table et gravure).

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage “ très estimé et très recherché ” selon Nourry et  assez rare selon Saffroy. Ces annales qui commencent en 378 et finissent en 1482 font dire à Saint-Julien de Baleure, Meslanges, 304 que “ c’est un très-excellent volume, lequel est si utile, que l’ayant, on peut se passer de Froissart, Monstrelet, Olivier de la Marche, et autres tels historiographes. ”

Brunet, supp. II p. 146 – Saffroy II, 19019 – Catal. Mallard p.81. – Papillon p. 125. – Baudrier VIII, p. 245 – Catal. Rothschild 2352.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de F.N.E. DROZ (Pontarlier 1735 – St. Claude 1805). Ce célèbre historien et jurisconsulte fut conseiller au Parlement de Besançon (ex-libris). L’ouvrage a ensuite appartenu à un membre de la famille du May de Pujol (ex-libris) voir Olivier, pl. 1129.

Bel exemplaire luxueusement établi par Devauchelle.


PARMENTIER (Antoine-Charles).

Né à Paris en 1719, Antoine-Charles Parmentier se fixe à Nevers en 1743 pour administrer les biens de la famille Andras de Marcy. En 1770, le duc de Nivernais le nomme Procureur de la Chambre des Comptes. Lorsque celle-ci est supprimée en 1790, Parmentier reste dans le Nivernais où il s’adonne à l’étude de l’histoire locale. Il meurt à Nevers le 1er janvier 1791. Parmentier a fourni à la Gallia Christianna tout ce qui concerne le Nivernais, mais il ne publia pas la grande Histoire du duché de Nivernais qu’il avait projetée dès 1760.


211. Archives de Nevers, ou Inventaire Historique des Titres de la Ville de Nevers.

Paris, Librairie du Techner, 1842, 2 volumes in-8, demi-chagrin brun à coins, dos romantique orné et mosaïqué, tête dorée. (Relié vers 1890.)

300/400

2 ff., LXIII pp., 328 pp. – 2 ff., 338 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage très recherché, essentiel sur l’histoire Nivernais. Importante préface de Duvivier sur les archives de la Nièvre. 1 f. déchiré avec manque restauré sans atteinte au texte, sinon bel exemplaire frais.

Brunet VI, 1356 – Catal. Grangier de la Marinière 1853 – Fonds Morlon 387 – Catal. Y. Dupont, 250. – Guéneau p.135 – Thuillier, Pour une Anthologie. p. 69


PAYSANT (Philippe).

Maire de Courcelles (Nièvre) et Directeur des Messageries de la Nièvre et de l’Yonne.

212. Conservons la République.

Auxerre, Perriquet, 1871 ; plaquette in-12, cartonnage bradel papier marbré moderne, couv. muette conservée. (Laurenchet).

50/60

64 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Petit manifeste pour la République divisée en six parties Conservons la République ! –Aux Ouvriers des Villes et des Campagnes – Petits et bons Propriétaires ruraux – Bourgeois, Industriels et Commerçants – Barons, Comtes, Ducs et Princes – Ministres de la Religion. Suivi de Considérations générales sur le fonctionnarisme, l’impôt, les questions militaires et le suffrage universel.

Fonds Morlon n°257.

PERDRIX (Fr).

213. Panegyrique sur l’estat présent de la ville d’Autun anciennement nommée Bibracte. Autun, chez François Perdrix (1693) ; copie manuscrite, S.d., (vers 1880) ; in-12, dans une reliure ancienne en veau brun marbré.

200/250

3 ff. n. ch., 31 pp., (1) p.

Copie manuscrite en belle calligraphie. Une note indique : “ Copie faite par Harold de Fontenay sur l’exemplaire unique de la Bibliothèque Nationale ”. Le seul exemplaire connu de ce livre, imprimé en 1693, se trouve à la Bibliothèque Nationale. Conlon II, 6032.


PETIT (Ernest).

Né à Vausse, commune de Châtel-Gérard, en 1835. Après des études au collège d’Auxerre puis au lycée Charlemagne, Ernest Petit entra à l’Ecole des Mines. En 1859, il présenta à la Société des Sciences historiques et naturelles de l’Yonne où il venait d’être admis le résultat de ses recherches sur le prieuré de Vausse. Il se consacra à l’exploitation des bois qui entourent Vausse. Membre du Conseil Général de 1877 à 1907, il s’intéressa aux questions relatives à l’instruction publique. Il est mort à Sarry en 1918.


214. Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne avec des documents inédits et des pièces justificatives.

Dijon,La Marche et Darantière, et Paris, Champion puis Picard, 1885 – 1905 ; 9 volumes in-8, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, fleurons dorés, couvertures et dos conservés. (Lobstein – Laurenchet).

1000/1200

2 ff., 520 pp. – xxiv pp., 491 pp., 2 tableaux généalogiques dépliants h.-t., une lettre manus. sur onglet, des archives de Côte d’Or concernant la fam. Charny – 524 pp., 4 planches et 2 tableaux généalogiques h.-t. – vi pp., 490 pp., 1 f., 8 planches et 2 tabl. généal. h.-t. – xviii pp., 514 pp., 26 pl. h.-t., 6 tabl. généal. – 558 pp., 33 pl. h.-t. et 3 tabl. dépl. h.-t. – viii pp., 541 pp., 24 pl. h.-t., 1 tabl. généal. – viii pp., 511 pp., 28 pl. h.-t., 1 tabl. – xii pp., 527 pp., 24 pl. et un tabl. généal. h.-t.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage rare et abondamment documenté de pièces justificatives. Il ne fut tiré qu’à 200 exemplaires. La Bourgogne des règnes de Robert II (1272-1306), de Hugues V et Eudes IV (1306-1349), de Philippe de Rouvre (1349-1361) et la Bourgogne sous le roi Jean II (1361-1363). Kleinclausz considère qu’il s’agit de la contribution la plus importante que notre époque ait apportée à l’histoire de la Bourgogne. “ Œuvre fondamentale, devenue fort rare, surtout les 2 premiers volumes qui ne se rencontrent presque jamais ” dit Saffroy 10802. L’Académie des Inscriptions honora l’ouvrage de la plus haute récompense, le prix Gobert, en 1906. Bel exemplaire parfaitement établi. Le tome 8 est sur papier vergé, apparemment un tirage de luxe.


215. Histoire des ducs de Bourgogne de la maison de Valois. Philippe-le-Hardi. Première partie 1363-1380.

Dijon, 1909 ; in-8, demi-chagrin prune, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés, non rogné. (Laurenchet).

180/200

XI pp., 530 pp., 1 f ; n. ch., VIII pl. h.-t.

ÉDITION ORIGINALE. Seul tome paru. Il fut tiré à 362 exemplaires seulement. C’est une suite aux Ducs de Bourgogne de la race capétienne. “ Son livre est un de ceux que les érudits et les vrais amateurs de notre histoire voudront lire et relire souvent. ” écrit J. Giraud dans le Bulletin de la Société d’Etudes d’Avallon, 1911. Le volume est consacré à Philippe-le-Hardi et va de 1363 à 1380, il concerne Avallon, Noyers, Vézelay, Montréal, Guillon, Pierre-Perthuis, Châtel-Gérard … A la suite des récits historiques, nous trouvons, comme appendices de nombreux documents, les impôts et les emprunts, une liste très curieuse d’amendes de justice et de coutumes bizarres. Un des 350 sur vergé gothique. Très bien relié.


PETIT (Victor-Jean-Baptiste).

Aquarelliste et lithographe né à Troyes en 1817, mort à Aix-les-Bains en 1871. Il étudia avec son père, professeur de dessin au collège de Sens et Simon Fort. il sillonna la France durant 30 ans et fut présent au Salon de Paris de 1837 jusqu’en 1863. Passionné d’archéologie, en particulier de l’Yonne, il illustra de nombreux ouvrages.


216. Promenades et voyages pittoresques dans le Département de l’Yonne. Le château de Chastellux et le monastère de La Pierre-qui-Vire.

Auxerre, Imprimerie de G. Perriquet, 1864 ; in-16, demi-basane bleue, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

100/120

192 pp., nombreuses illustrations ds le texte, 4 vues h.-t. - 32 pp.

OUVRAGE DE LA PLUS GRANDE RARETÉ. L’auteur a réécrit, sous la forme d’un guide de poche, divers articles parus précédemment dans L’Annuaire de l’Yonne dans lesquels il propose deux journées de tourisme dans le Morvan : la première, à Chastellux, Saint-Germain-des-Champs, Quarré-les-Tombes. La seconde, au monastère de La Pierre-qui-Vire, à Saint-Brancher, Magny, Sainte-Magnance, Cussy-les-Forges, Beauvilliers. Les quatre jolies vues lithographiques montrent le château de Chastellux et Notre-Dame de la Pierre-Qui-Vire.

Relié à la suite : Restauration de la cathédrale de Sens. Rapport qui sera fait dans cent ans à MM. Les membres de la société archéologique. Sens, Duchemin, 1865. Communication de Victor Petit à la Société Archéologique lors de sa séance du 15 janvier 1865.

Dos un peu passé.


PIERQUIN DE GEMBLOUX.

Né à Bruxelles en 1789, Pierquin de Gembloux est l’un des érudits les plus originaux du XIXème siècle. “ Sa bibliographie forme à elle seule un magnifique poème où se mêlent, s’affrontent et se complètent l’histoire, l’archéologie, la numismatique, la philologie, pédagogie, la médecine, l’hygiène, la poésie… Qu’il ait été un “ fou littéraire ” rien n’est moins sûr… Que son œuvre soit “ hétéroclite ”, l’affirmative l’emporte si l’on admet qu’elle a débordé largement, en son temps, les règles de la médecine, de la morale, du goût… Enfin si Pierquin restait inqualifiable, rétif à nos catégories, inassimilable, on ne refusera pas de discerner dans cette déshérence la raison même, la raison suffisante de la faveur que nous lui avons prodiguée. ” N. Arnaud dans Bizarre n°4, 1956, p.138. Il fut lié à Charles Nodier qui lui emprunta ses idées sur les rêves.


217. Recueil de 29 ouvrages reliés en 1 volume in-8, demi-veau rouge, dos orné de filets dorés et de fleurons à froid. (Laurenchet).

500/600

Réunion extrêmement rare :

1 – Histoire littéraire philologique et bibliographique des patois. Paris, Techner et Berlin, Brockaus et Avenarus, 1841.

2 ff., XL pp., 339 pp., (1 p.)

EDITION ORIGINALE RARISSIME ET RECHERCHE. dédiée à Nodier et Champollion Figeac. Contient une abondante et précieuse bibliographie gallo-romaine ancienne et moderne, intitulée Fragment de bibliographie patoise.

Brunet (J-C). Manuel du Libraire, n°11044.

2 – Lettre au général Bory de Saint-Vincent sur l’unité de l’espèce humaine. Bourges, Imprimerie de P-A. Manceron, 1840. 2 ff., 51 pp.

3 – Lettre à Monsieur Auguste Le Prévost sur l’Y. Bourges, Imprimerie de P-A. Manceron, 1841. 23 pp.

4 – Lettre à Mgr l’Evêque de Nevers sur un Musée catholique du Nivernais. Nevers, Duclos, s.d. 34 pp.

5 – Histoire de La Châtre. Bourges, P-A. Manceron, 1840. 1 f., 47 pp.

6 – Lettre à M. de la Tremblais, sur l’histoire de La Motte-Feuilly. Nevers, Duclos, 1839. 1 f., 13 pp.

7 – Réflexions sur le sommeil des plantes. Paris, Bechet, 1839. 16 pp.

8 – Poêmes et poésies. Bruxelles, H. Tarlier, 1829. 1 f., pp. 47 à 78. Contient Le livre des Saints, poème didactique, la Bible, l’Evangile et Le Château du Diable.

9 – Lettre à Monsieur Cournot sur les différents noms donnés à la rivière Isère. s.l.n.d. 8 pp.

10 – Lettre à Monsieur Raynal sur une inscription grecque inédite trouvée à Marseille. s.l.n.d. 8pp.

11 – Lettre à Monsieur Raoul-Rochette sur les aivalines. Bourges, Imprimerie P-A. Manceron, 1842. 12 pp.

12 – Lettre à Monsieur J-B. Bouillet sur une inscription chrétienne, regardée comme un monogramme du Christ. Bourges, Imprimerie P-A. Manceron, 1840. 11 pp.

13 – Lettre à M. Dupin sur l’histoire de Nevers avant la domination romaine. Nevers, Duclos, 1839. 1 f., 34 pp.

14 – Lettre à M. Laureau de Thory sur le mont Beuvraich. Nevers, Duclos, 1838. 23 pp.

15 – Lettre à M. de Varannes sur les antiquités d’Autun. Bourges, P-A. Manceron, 1840. 1 f., 23 pp.

16 –Lettre à M. Matter sur les antiquités de Grenoble. Grenoble, Chez Baratier Frères et Fils, 1836. 32 pp.

17 – Lettre à Monsieur Gautier sur les antiquités de Gap. Grenoble, Barnel, 1837. 32 pp.

18 – Lettre à M. Viguier sur le poisson Dieu des premiers chrétiens à propos d’une inscription grecque inédite trouvée près d’Autun. Bourges, Manceron, 1840. 1 f. 22 pp. RARE.

19 – Lettre sur un monument de Théologie Arithmétique. Grenoble, Baratier, 1837. 12 pp.

20 – Lettre à M. de Freulleville sur le tombeau de Déols. Châteauroux, Bayvet, 1839. 35 pp.

21 – Londres et Grenoble. Henri VIII et les Chartreux. Mignard et les supplices. Grenoble, Baratier, 1838. 22 pp.

22 – Le Bonnet de la Liberté et le coq gaulois, fruits de l’ignorance. 15 pp.

23 – Lettre sur l’histoire de la guimbarde. 1 f., 8 pp.

24 – Mémoire sur une médaille de COS. 1 f., 21 p., 1 planche h.-t.

25 – De la religion des anciens habitants de l’Isère. 5 ff. paginés 121 à 130.

26 – Notice sur deux inscriptions inédites trouvées à Carthage et à Marseille. 4 pp., 1 pl. h.-t.

27 – Réflexions sur le sommeil des plantes. Paris, Bechet, 1839. 11 pp.

28 – Discours prononcé sur la tombe de Mme de Genlis. 6 pp.

29 – Notice nécrologique sur J-P. Laborie. 15 pp.

Voir Blavier 69 et 467. – Oberlé, Fous littéraires 358.



218. Histoire monétaire et philologique du Berry.

Bourges, chez Veuve Ménagé, 1840 ; in-4, demi-chagrin brun à coins, dos à nerfs. (Relié vers 1900.)

300/400

3 ff., XXII pp.(paginé XIV), 289 pp., (1 p.), 17 planches hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage très rare. Le titre porte la mention Tome premier. Le tome 2 n’a jamais paru. Illustré de 17 planches gravées de monnaies et jetons et une carte géo-monétaire du Berry. Brunet Table, 24486 – N. Arnaud dans Bizarre n° 4. p.138. - La carte géo-monétaire du Berry a été refaite à la plume sur calque

Bel exemplaire à toutes marges.


PLANCHER (Dom Urbain).

Né à Chenu, près de Baugé dans le diocèse d’Angers en 1666. Membre de la congrégation de Saint-Maur, supérieur de Saint Bénigne de Dijon, Dom Urbain Plancher abandonna cette fonction pour se consacrer à l’Histoire générale et particulière de la Bourgogne et cela jusqu’à sa mort, survenue à Saint-Bénigne en 1750. Collaborateur de Dom Plancher pour les dépouillements d’archives, Dom Salazar mourut à son tour en 1766 sans que la publication ait pu continuer. Dom Merle, ancien prieur de Bèze et moine de Moutier-Saint-Jean, publia en 1781 le tome IV rédigé par Dom Villevieille.


219. Histoire générale et particulière de Bourgogne, avec des notes, des dissertations et les preuves justificatives. Composée sur les Auteurs, les Titres originaux, les Registres publics, les Cartulaires des Eglises Cathédrales et Collégiales, des Abbayes, des Monastères et autres anciens Monuments. Et enrichie de Vignettes, de Cartes Géographiques, de divers Plans, de plusieurs Figures, de Portiques, Tombeaux et Sceaux …

Dijon, Antoine de Fay, 1739-1748 et Louis Nicolas Frantin, 1781 ; 4 volumes in-folio, veau fauve marbré, dos orné, tranches jaspées. (Reliure de l’époque).

4000/5000

21 ff.(titre, dédicace, préface, table), 532 pp., ccxxii pp.(preuves et tables), 1 f.(errata), 17 planches hors-texte dont 1 dépliante – 21 ff., 524 pp., cccxxx pp., 1 f., 23 pl. h.-t. – 2 ff., xv (i) pp., 596 pp., cclxxii pp., 7 pl. h.-t. dont 2 dépliantes – 1 f., xxix (i) pp., 668 pp., cdlxxvi pp.

ÉDITION ORIGINALE. Bel exemplaire de cet ouvrage monumental, complet du rare tome IV que les continuateurs de Plancher firent paraître 33 ans après le tome III.

Saffroy II, 1941 – J.-B. Hauréau, Histoire littéraire du Maine, p. 125.-


PONSON DU TERRAIL (Paul-Alexis).

Né en 1829, le vicomte Ponson du Terrail se destine d’abord à la marine. Mais il finira garde mobile et participera à la répression des émeutes de 1848. Il jettera son képi pour se consacrer à la littérature, en suivant la voie tracée par Sue, Soulié et Dumas-père. Avec Rocambole, il sera consacré comme un des maître du roman-feuilleton sous le second Empire.


220. Le Bal des Victimes.

Paris, Dentu, Les Maîtres du Roman, s.d. (1896), in-12 cartonnage bradel papier marbré, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

50/60

317 pp.

TROISIÈME ÉDITION de ce roman populaire, dont l’action se déroule entre Clamecy et Coulanges-la-Vineuse pendant la Révolution. Bel exemplaire finement établi.


POREE (Charles).

Né à Paris en 1872, mort à Courdimanche en 1940. Nommé archiviste de l’Yonne en 1900, il obtint un bâtiment pour y classer les archives. Il s’est consacré au classement et à la conservation pendant 32 ans, poursuivant l’œuvre de Francis Molard. Il s’intéressa surtout au Moyen-Âge et à la Révolution française. “ Il possède la plus haute idée de son rôle d’archiviste, qui doit être non pas de se réserver jalousement les richesses documentaires de son dépôt, mais de les faire sans cesse plus largement connaître et de faciliter de plus en plus la tâche des chercheurs par des catalogues toujours plus amples et toujours plus précis ” dit un de ses biographes. Lorsque, vaincu par la maladie, il lui faut abandonner définitivement sa tâche, il laisse assez de notes et de projets pour doubler une œuvre déjà considérable.


221. Sources manuscrites de l’Histoire de la Révolution dans l’Yonne.

Auxerre, Imprimerie l’Universelle, 1918 ; 2 volumes in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs et fleurons dorés, couvertures conservées. (Lobstein – Laurenchet).

150/200

3 ff., 456 pp., 1 f. d’errata – 2 ff., 468 pp., 1 f. d’errata. Nombreuses vignettes révolutionnaires dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE de cette collection d’archives extraites de l’inventaire des Archives nationales. Elles sont du plus grand intérêt pour l’histoire de la Révolution. Extraits souvent importants des documents répertoriés.

Bel exemplaire bien relié.



222. POUGUES – DU FOUILLOUX (Antoine), FLAMANT (Estienne), COURRADE (Augustin). RECUEIL de 4 ouvrages sur les eaux de Pougues (Nivernais) réunis en 1 volume in-12, vélin, ivoire de l’époque.

4500

Rarissime réunion constituée à l’époque :

1) DU FOUILLOUX (Antoine). Discours de l’origine des Fontaines de Pougues. Ensemble les plus notables histoires et observations de la guarison des maladies, faicte par l’usage de l’eau médicinale desdites Fontaines de Pougues en Nivernois. Par M. Anthoine du Fouilloux Doct. en Médecine. Avec une briefve instruction pour user de ladicte eau ; Edition nouvelle. Revüe, et corrigée.

A Nevers, Jean Millot, 1628 ; 115 pp.

Sixième et dernière édition de ce livre fameux. Ici la dédicace est à Charles de Gonzague, duc de Nivernais. Elle est fortement augmentée sur les précédentes. Elle contient 34 observations alors que l’édition de 1595 (la seconde) n’en contenait que 17. Voir Rodet pp. 77 et 87 (reproduction du titre). Au verso du titre, le célèbre bois montrant le village de Pougues. Begat, p. 24


2) FLAMANT (Estienne). Discours de l’origine et proprietez de la Fontaine minérale de Pougues.

Nevers, Jean Millot, 1633 ; 16 pp., 54 pp., 1 f. blanc.

ÉDITION ORIGINALE TRÈS RARE, qui fut publiée simultanément à Nevers et Paris. C’est le seul livre de l’auteur. Etienne Flamant était médecin à Nevers, mais il fréquentait les eaux de Pougues. Il fut vers 1628 nommé intendant des eaux de Pougues. L’ouvrage est dédié à M. Bouvard, un conseiller du Roi auquel Flamant doit sa nomination à Pougues. Cette édition de Nevers contient d’importantes pièces liminaires qui ne se trouvent pas dans l’édition de Paris. Ce sont des pièces de vers à la gloire de Flamant, signée J. DU PUY, G. ROUX, A. BERNARD (Intendant des Eaux de Bourbon Lancy), J. BERNARD (poème néo-latin), il s’agit de Jean Bernard Flamant, un avocat, frère de l’auteur. P. MAUGUAIN son gendre et enfin un poème du célèbre Adam BILLAULT. Voir Rodet II p. 67 et seq. qui détaille les différences des éditions de Nevers et de Paris. Cioranesco 30275Begat p.24


3) COURRADE (Augustin). L’Hydre féminine combattue par la Nymphe Pougoise. Ou traité des maladies des femmes gueries par les eaux de Pougues.

Nevers, Jean Millot, 1634 ; 8 pp., 196 pp.

ÉDITION ORIGINALE extrêmement rare. Augustin de Courrade (ou plus exactement CONRADE) est né en 1602. Reçu docteur en 1629 il fut le médecin de Marie de Gonzague. Il habita Moulins de 1685 à 1689. La famille Conrade est issue de gentilshommes italiens qui on apporté à Nevers la fabrication de la faïence (voir Rodet II pp. 82-84). L’ouvrage est dédié “aux Dames”. Les vers qui figurent dans les pièces liminaires sont signés D.I.G.B., D.M. de C., Durand Fournier et Adam Billault. Rédigé dans un style du plus beau baroque, ce traité concerne la stérilité, les fleurs blanches, la fureur utérine, la jaunisse et les tumeurs vaginales. Intéressante curiosité du volume : les citations grecques du livre sont MANUSCRITES. L’imprimeur nivernais ne possédait pas de caractères grecs (pp. 8, 45). La première partie intitulée Les armes d’Hercule ou traicté des eaux de Pougues donne les remèdes en analysant les vertus des eaux : fer, nitre, vitriol. La dernière partie est intitulée : L’hydre abbatue. Pas dans Cioranesco


4) ANONYME. Questions problématiques touchant l’usage des eaux de Pougues.

Sans lieu ni date [entre 1606 et 1610]. 23 pp., 1 p. blanche.

Opuscule très rare décrit par Rodet II p. 19, qui ne peut indiquer d’auteur pour ce texte, selon lui postérieur au traité de J. Banc. Les questions posées ici sont : les eaux de Pougues sont-elles bonnes en tout temps ? Leur usage est-il meilleur durant les canicules ? Est-il bon de saigner et purger pendant la cure ? Les libertés du mariage sont-elles permises pendant la cure ? Begat p.24


Superbe exemplaire, dans sa première reliure. Ex-libris manuscrit ancien sur la garde : François Thompson.



223. POUILLY-SUR-LOIRE – MACIEZ (Ern.) Vue du village de Pouilly-sur-Loire prise de l’ancienne route de Cosne.

Dessin original à la mine de plomb signé Ern. Maciez daté du 10 avril 1854 (30 x 6 cm.) sur une feuille de (34 x 23,5 cm.) Encadrement baguette dorée.

100/120

Jolie vue panoramique animée, montrant le village, la Loire et les coteaux environnants. Un paysan bêche sa vigne à la houe, sur la route, on voit une carriole à chevaux et divers personnages.


POUPARD (Vincent).

Né à Levroux en 1729, curé et historien de Sancerre, Poupard fut député aux États-Généraux. Il meurt en 1796.


224. Histoire de la ville de Sancerre.

Paris, Berton, 1777 ; in-12, veau brun marbrée, dos à nerfs orné. (Reliure usagée de l’époque).

150/180

XII pp., 417 pp., (1) p., 1 f. n. ch.

EDITION ORIGINALE. L'origine et la fondation de Sancerre avec ses seigneurs, les sièges de la ville sous Charles IX, les Sancerrois sous la Ligue, leur révolte sous Louis XIII ; le calvinisme et le retour du catholicisme ; le commerce, les richesses et les curiosités du pays. Quérard VII, p. 313.

Reliure défraîchie.


QUANTIN (Mathieu-Maximilien).

Né à Saulon-la-Rue (Côte-d'Or) en 1814, Mathieu-Maximilien Quantin fut le premier archiviste départemental de l'Yonne de 1833 à 1879. Si le premier dépôt des archives départementales de l’Yonne est institué en 1790, il faut attendre quarante-trois ans pour qu’un véritable archiviste soit nommé à sa tête. Cette affectation, à l’âge de 19 ans, l’amène à s’installer définitivement dans l’Yonne. Il y épouse Louise Amélie Hadery, une fille d’un marchand de vins de Saint-Bris. L’activité de Max Quantin ne s’exerce pas simplement dans le cadre des archives départementales, sa collaboration avec la ville d’Auxerre va débuter dès 1849 avec la charge de conservateur de la bibliothèque municipale. Ses compétences seront aussi employées aux archives de la ville, au musée d’Auxerre et, enfin, à la salle d’Eckmül. Des fonctions qu’il exerce pendant plus de trente années. Il est également l’un des fondateurs de la Société des Sciences Historiques et Naturelles de l’Yonne.


225. Cartulaire général de l'Yonne. Recueil de documents authentiques pour servir à l'histoire des pays qui forment le département.

Auxerre, Perriquet, 1854-1873 ; 3 volumes in-4, demi-chagrin rouge, dos ornés de caissons à froid avec des motifs dor. et roses dor., couv. du tome III conservée. (Reliure de l'époque pour les deux premiers, copie de Lobstein - Laurenchet pour le troisième.)

400/450

1 f., XLII pp., 630 pp., 2 fac simile h.-t. dont 1 dépliant. – CII pp., 1 f., 587 (1) pp., 1 f., 2 cartes dépliantes – 2 ff., XCII pp., 1 f., 491 (1) pp., 1 f., 1 fac simile hors-texte.

Recueil unique de chartes en grande partie inédites. On le trouve très rarement complet.

Très bel exemplaire. Les deux premiers volumes proviennent du CHATEAU D'ANCY-LE-FRANC (ex-libris) l’ouvrage a été complété du tome 3 avec une reliure à l’identique.

Brunet, VI, Table méthodique, p. 1360. - Catal. Grangier de la Marinière, n°1947 et 1948. – Catal. Vente de Château d’Ancy le Franc, n° 240 cet exemplaire, T. 1 et 2.


226. Catalogue de la bibliothèque de la ville d’Auxerre.

Auxerre, Perriquet, 1890 ; 2 volumes grand in-8, bradel demi-percal verte, couvertures de la Table alphabétique et du tome II conservées. (Reliure de l’époque).

250/300

301 pp. ; 2 ff., 107 pp., 6 pp. (table alphabétique par F. Faucheron) – XL pp., 828 pp.

ÉDITION ORIGINALE réalisée avec la collaboration de Francis Molard. Le tome I répertorie les manuscrits de la Bibliothèque de la ville d’Auxerre et les ouvrages de la section départementale puis la collection de M. Léon de Bastard.

Relié à la suite : FAUCHEREAU. Table alphabétique des noms d’auteurs et des personnages quelconques de lieux, de matières ou objets mentionnés dans les catalogues rédigés par M. Quantin. Auxerre, Imprimerie, lithographie, librairie et reliure Albert Gallot, 1895.

Le tome II comprend une Histoire de la Bibliothèque d’Auxerre par Francis Molard suivie du Catalogue de la Bibliothèque de la Ville d’Auxerre.

À l’intérieur coupure de journal A la mémoire de M. Emile Le Gallo, ancien professeur au collège Paul Bert et au lycée Jacques Amyot d’Auxerre.

Exemplaire bien relié, la page de titre du tome I manque.


QUIRIELLE (Roger de).

Célèbre érudit bourbonnais né au château de la Ronde à Yzeure en 1927. Entre 1899 et 1910, il fut Président de la Société d’Emulation du Bourbonnais. Outre sa Bio-bibliographie du Bourbonnais, il est l’auteur de nombreux livres et articles sur sa région.


227. Bio-bibliographie des écrivains anciens du Bourbonnais.

Moulins, Grégoire et Paris, Librairie A. Rurel, 1899 ; in-8 broché, couverture illustrée.

120/150

XIV pp., 240 pp., 2 ff., 15 planches hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE de cette précieuse bibliographie RARE ET RECHERCHÉE, la seule qui existe sur les écrivains et érudits anciens du Bourbonnais. L’auteur y donne de nombreux détails biographiques et une description des livres qu’il a rencontrés ou possèdés. Un grand nombre des ouvrages cités ont fait l’objet d’une vente publique le 7 février 1998 à Moulins. Cet ouvrage fut tiré à 155 exemplaires.


RAVIN (Eugène).

Pharmacien et directeur du Jardin botanique d’Auxerre. Eugène Ravin est, avec Charles Royer, le découvreur et le premier à nommer la Violette de Cry, Viola cryana. Cette fleur endémique de l’Yonne découverte au coteau du Lary Blanc est aujourd’hui considérée comme éteinte.


228. Flore de l'Yonne. Catalogue des plantes.

Auxerre, chez l'auteur, 1866 ; in-8, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, tr. jasp. (Reliure de l'époque).

100/120

1 f., 334 pp., 1 f.

Seconde édition de cet ouvrage paru d’abord en 1861. Une clé de détermination des espèces suivie d’une liste de plantes et d’une liste des communes avec pour chacune la liste des plantes rares qu’on y rencontre. Bel exemplaire.


RENARD (Jules.)

Né à Chalons sur Mayenne en 1864, mort à Paris en 1910. Elevé à Chitry-les-Mines dans le Nivernais, il y retournera et sera élu maire. Sa vie s’est partagée entre la Nièvre et Paris.


229. Coquecigrues.

Paris, Ollendorff, 1893 ; in-12, demi-chagrin brun, dos orné, tête dorée, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

80/100

2 ff., 297 pp.

EDITION ORIGINALE. Il n’a pas été tiré de grand papier.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’historien nivernais Alfred Massé (ex-libris).


230. La Lanterne sourde.

Paris, Ollendorff, 1893 ; in-12, cartonnage demi-toile bleue à coins, dos lisse orné d’un fleuron doré, couverture et dos conservés. (Reliure moderne).

100

2 ff., 137 pages.

ÉDITION ORIGINALE.


231. Histoires naturelles.

Paris, Ernest Flammarion, s.d. (1896) ; in-12, demi-maroquin vert à coins, dos à nerfs, couverture et dos conservés. (Reliure moderne).

200/300

2 ff., 155 pp.

EDITION ORIGINALE. Couverture illustrée par F. VALLOTON.


232. Poil de Carotte.

Paris, Ollendorff, 1900 ; in-8, demi-maroquin rouge à coins, tête dorée, couverture illustrée en couleurs conservée, non rogné. (Canape).

200/250

96 pp.

EDITION ORIGINALE DE LA COMEDIE représentée pour la première fois le 2 mars 1900 au Théâtre Antoine. Renard y introduit quelques différences avec le roman : la scène est située dans un petit village de la Nièvre, le personnage du père, plus ouvert, plus humain, est mis au premier plan et surtout, Poil de Carotte a seize ans, ce qui fait mieux comprendre l’idée de suicide qui dans le livre n’est qu’une velléité. Le portrait de Poil de Carotte, sur la couverture est de Ch. Huard. UN DES 20 exemplaires sur HOLLANDE.

Fonds Morlon n°995.



233. Comédies. Le plaisir de rompre. Le pain de ménage. Poil de carotte. Monsieur Vernet. Paris, Ollendorff, 1904 ; in-8, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couverture et dos conservés. (Reliure de l’époque).

60/80

2 ff., 338 pp., 1 f.

EDITION EN PARTIE ORIGINALE. Première édition collective du théâtre et édition originale de Monsieur Vernet.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’homme politique et historien nivernais A. MASSE (ex-libris).



234. Les Philippe précédés de Patrie ! décorés de cent un bois originaux, dont huit camaïeux de Paul Colin.

Paris, Editions Pelletan, 1907 ; in-8, demi-chagrin brun, dos orné, tête dorée, couverture et dos conservés. (Reliure de l’époque).

150/180

136 pp., 3ff., 1 f. blanc, 4 ff. de specimen.

EDITION ORIGINALE ET PREMIER TIRAGE. 101 bois originaux de Paul Colin, dont 8 à pleine page, tirés en camaïeu.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’homme politique et historien nivernais A. MASSE (ex-libris). Quelques épidermures au dos.


235. Les Cloportes.

Paris, Editions Georges Crès et Cie, 1919 ; in-12, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couverture conservée. (Reliure de l’époque).

80/100

XIX pp., 260 pp.

EDITION ORIGINALE POSTHUME. Préface d’Henri Bachelin. Ouvrage tiré à 310 exemplaires, celui-ci, un des 300 sur Rives. EX-LIBRIS de l’homme politique et historien nivernais A. MASSE.


236. La lanterne sourde. Coquecigrues.

Paris, Ollendorff, 1921 ; in-8, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couverture et dos conservés. (Reliure de l’époque).

60/70

4 ff., 389 pp., 1 f., 25 bois dessinés et gravés par G. Le Meilleur in-texte.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’homme politique et historien nivernais A. MASSE (ex-libris).



237. Journal inédit. Correspondance inédite.

Paris, Bernouard, 1926-27 ; 7 volumes in-4, demi-chagrin brun à coins, couv. et dos, têtes dor., non rogn. (Reliures de l’époque.)

300

ÉDITION ORIGINALE de la correspondance et du journal. Portraits et fac-similés hors-texte. Fait partie des œuvres complètes. Un des 200 exemplaires sur Arches.


238. Poil de carotte. Illustré de douze gravures originales par Raymond CARRANCE.

Seyssinet-Pariset, Grésivaudan, 1982 ; in-folio en feuilles, couv. muette décorée, emboîtage toile rouge de l’éditeur.

200/300

243 (1)pp., 5 ff., 12 gravures hors-texte.

Edition typographique illustrée de gravures sur double page. Un des 230 exemplaires sur vélin d’Arches.



239. REUNION de 2 ouvrages in-12 ; demi-chagrin brun, fil. à froid, dos ornés de motifs floraux et chaînettes dor., têtes dorées, couvertures conservées.

120/150

L’Ecornifleur. Paris, Ollendorff, 1892.

3 ff., 313 pp.

SECONDE EDITION. Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’homme politique et historien nivernais A. MASSE (ex-libris), cachet ALFRED MAUGER.


L’œil clair. Paris, Editions de la Nouvelle Revue Française, 1913.

220 pp., 4 ff., n. ch.

EDITION ORIGINALE. Exemplaire provenant de la bibliothèque d’A. MASSE (ex-libris).


ROLLAND (Romain).

Né en 1868 à Clamecy, élève à l’Ecole Normale Supérieure, puis à l’Ecole française de Rome, Romain Rolland obtient l’agrégation d’histoire, et un doctorat ès lettres. Philosophe, romancier, auteur dramatique, nombre de ses écrits témoignent de l’attachement de Rolland à son Nivernais natal. Lauréat du Prix Nobel en 1916 pour l’ensemble de son œuvre littéraire.


240. [Sous le pseudonyme de SAINT-JUST.] Les Loups.

Paris, Bellais, 1898 ; in-8, demi-chagrin brun, dos à nerfs, couv. et dos. (Laurenchet).

300/350

116 pp., 6 ff. n. ch., 1 gravure in-texte.

EDITION ORIGINALE EXTREMEMENT RARE imprimée en octobre 1898 chez Georges Richard et Husson à Suresnes (l’avant-dernier feuillet donne les noms de tous les ouvriers de cet atelier de typographie qui ont contribué à cette édition). Il s’agit de la première des pièces de Romain Rolland consacrées à la Révolution française. Elle fut publiée sous le pseudonyme de Saint-Just et représentée pour la première fois au théâtre de l’Oeuvre le 18 mai 1898 sous le titre de Morituri, avec Lugné-Poe. En tête de volume, on trouve une lithographie de Henry de Groux. - Catal. Y. Dupont, n°520. Bel exemplaire bien relié.


241. Colas Breugnon.

Paris, Ollendorff, 1924 ; in-4, demi-chagrin fauve, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

200/250

4 ff. (y compris frontispice), 321(1) pp., 2 ff., 2 pl. h.-t., 127 compositions placées dans les marges, tirées en divers tons de Gabriel Belot, lettres ornées.

ÉDITION ORIGINALE de beau recueil nourri de chroniques clamecycoises et de légendes nivernaises. M. Gorki y voyait “ un défi gaulois à la guerre. ” Catal. Y. Dupont, n°521. Bel exemplaire très bien relié.


242. Pâques fleuries.

Paris, Editions Le sablier, 1926 ; in-8 demi-chagrin brun à coins, tête dorée, couverture rose et dos conservés. (Reliure de l’époque.)

80/100

170 pp., (1 p.), 1f.

ÉDITION ORIGINALE tirée à 775 exemplaires. Celui-ci, un des 725 sur vergé.



243. Les Léonides. Bois gravés de Lucien Boucher.

Paris, Editions du Sablier, 1928 ; in-8, demi-chagrin bronze, dos à nerfs, tête dorée, couverture conservée, non rogné. (Laurenchet).

150/200

206 pp., 2ff. n. ch. p32, 2 ff. n. ch., suite de 13 ff. de bois gravés de Lucien Boucher.

EDITION ORIGINALE. Illustrée de bois de Lucien Boucher, gravés en vert dans le texte.

UN DES 50 EXEMPLAIRES DE TÊTE SUR JAPON avec la signature autographe de l’auteur, une suite en noir sur chine des illustrations et un fac-simile d’une page manuscrite. Exemplaire frais et bien relié.


244. Jean-Christophe.

Paris, Albin-Michel, 1931-1933 ; 5 vol. grand in-12, demi-chagrin outremer à coins, dos à nerfs, têtes dorées, non rognés, couvertures. (Reliures de l’époque).

180/200

296 pp., 2 ff. n. ch. – 511 pp., 2 ff. n. ch. – 364 pp., 3 ff. n. ch. – 370 pp., 2 ff. n. ch. – 418 pp., 4 ff. n. ch.

ÉDITION DÉFINITIVE de cette œuvre commencée en 1901 mais dont les derniers cahiers parurent en 1912 et pour laquelle Rolland reçut le prix Femina.

ROSNY (Antoine-Joseph-Nicolas de).

Après une courte carrière militaire, Rosny (1771-1814) entre au ministère de l’Intérieur. Cette sinécure lui permet de se consacrer à la littérature. Suite au succès de ses premiers ouvrages il quitte son emploi pour le roman, le théâtre et pour la production de ses propres pièces, caprice qui causera sa ruine. Rosny réussira à se faire embaucher à nouveau au ministère de l’Intérieur qui le nomme à Autun. Son œuvre est considérable. Dans son Martyrologue littéraire, Ménégault n’est pas tendre pour Rosny : “ Après avoir desserré tour-à-tour une cinquantaine de romans narcotiques, il s’érigea en Aristarque dans son Tribunal d’Apollon, s’éleva ensuite sur les ruines des Antiquités d’Autun, pour les décrire avec emphase, et finit par tomber dans l’ombre d’un bureau des contributions indirectes. ”


245. Histoire de la ville d'Autun, connue autrefois sous le nom de Bibracte, capitale de la République des Eduens ...

Autun, Dejussieu, An XI (1802) ; in-4, demi-veau blond, filets dor., dos à nerfs orné, tête dorée, non rogné. (Relié vers 1860).

400/500

3 ff., n. ch., xxi pp., 352 pp., 1 f. n. ch. 8 planches hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE illustrée de 6 vues, 1 planche d’armoiries et une carte gravées par Adam d’après les dessins de Marc Joubert.

Dans la préface, l'auteur déclare avoir écrit cette histoire durant un séjour qu'il fit à Autun entre 1801 et 1802. Il réussit à recruter des souscripteurs de premier plan : Joseph et Louis Bonaparte, Cambacérès, Talleyrand... Son histoire d’Autun est en 4 livres : Le premier décrit la position de la capitale des Eduens, son origine, les usages militaires et le culte ; le second traite de l’histoire d’Autun sous les Romains, les Bourguignons et les Français jusqu’à la fin du XVIe siècle ; le troisième des l’origine des comtes d’Autun, de l’établissement du christianisme dans l’Autunois et donne 73 notices sur les personnages célèbres de cette province ; le quatrième s’occupe des antiquités d’Autun. À la fin, on trouve trois pièces documentaires : La Relation du siège d’Alise (Commentaires de César), le Discours d’Eumène sur le rétablissement des écoles méniennes et la Relation du siège d’Autun par la maréchal d’Aumont en 1591.

Brunet n°24560. – Catal. Mallard, n°1410. – Biogr. Universelle XXXIX, p. 36.

Bel exemplaire portant les signatures autographes de l’auteur et de l’éditeur sous un avis au verso du faux-titre.


ROUBET (Louis).

Né en 1810, Fils d’un menuisier de Nevers, il se destina au notariat après avoir vainement tenté de poursuivre une carrière militaire. Installé notaire à Decize, il s’adonna tout entier à l’archéologie et à l’histoire, tout en dessinant et sculptant fort honorablement. Nommé Juge de paix à La Guerche en mars 1852, Roubet orienta ses investigations vers le Berry, tout en restant fidèle au Nivernais. Il est mort en1889.


246. Du Faict de la Gabelle.

Nevers, Paulin Fay, 1868 ; plaquette in-12 cartonnage bradel papier marbré. (Laurenchet).

40/50

44 pp.

ÉDITION ORIGINALE de cette rare plaquette sur le sel, son usage, sa symbolique et sur la Gabelle dans le Nivernais.


ROUGET (Alfred.)

Peintre de paysages et de marines né à Saint-Médard (Côte-d’Or.) Il était également photographe à Paris, avec un atelier à Villefranche (Rhône). Vers les années 1870, il a entrepris la publication des Monuments Historiques de la France par départements. On connaît les livraisons suivantes : Haute-Loire, Loire, Saône-et-Loire, Rhône, Ain, Isère, Nièvre. Ces ouvrages sont excessivement rares J.-M. Voignier, Répertoire des photographes de France au dix-neuvième siècle. p. 221. qui ne signale pas le volume Nièvre.


247. Monuments historiques de France publiés par département. Nièvre.

Lyon, s.d. (1880-1890) ; in-4, demi-chagrin, dos à nerfs, tranches dorées (Reliure de l’époque).

1500/2000

1 f. (titre), 53 photographies originales montées sur onglets accompagnées chacune d’une notice .

ALBUM DE LA PLUS EXTRÊME RARETÉ DONT ON NE CONNAIT QU’UN SEUL AUTRE EXEMPLAIRE qui se trouve à la Bibliothèque de Nevers mais qui ne compte que 50 planches. Manque à la Bibliothèque Nationale, aussi bien aux imprimés que dans le département photographie. Aucun exemplaire signalé à Lyon.

Château de Chevenon. – Le Marais (Gimouille). – Eglise de Mars. – Château de Luanges (Urzy). – Porte de Croux (Nevers). – Eglise de la Visitation (Nevers). - Cathédrale de Nevers. – Château de Dornes. – Château de Frasnais-Le Ravier (ou Frasnais-Reugny). – Château de Villemenan (Guérigny). – Château de Frasnay-les-Chanoines (Saint-Aubin-les-Forges). – Château de Saint-Benin-d’Azy. – Château de Passy (Varennes-les-Narcy). – Le Nozet (canton de Pouilly). – Château de Neuvy-sur-Loire. – Eglise Saint-Martin de Clamecy. – Eglise de Challement. – Château de Giry. – Eglise de Donzy. – Château de Beuvron. – Eglise de l’Epau. – Eglise de Sully-la-Tour. – Maison de l’Amiral à Entrains. – Eglise de Varzy. – Tour du XVIème siècle à Varzy. – Château de Prémery. – Château des Bordes à Urzy. – Château de Prye à La Fermeté sur l’Ixeure. – Château de Cigogne à La Fermeté sur l’Ixeure. – Portail de l’église de Jailly. – Château de Chatillon-en-Bazois. – Logis du prieur de Lurcy-le-Bourg. – Donjon de Tracy. – Ancienne porte de Gigny. – Crypte de Sainte-Parize-le-Chatel. – Château du Bessay (Toury-sur-Jour). – Portail de l’église de Saint-Pierre-le-Moûtier. – Château de Beaumont (canton de Saint-Pierre-le-Moûtier). – Château de Beaumont (canton de Saint-Pierre-le-Moûtier). – Château de Tracy-sur-Loire. – Château de Saint-Amand-en-Puisaye. – Château de Marcilly (Cervon). – Château de Vésigneux (Saint-Martin-du-Puy). – Château de Villemolin (canton de Corbigny). – Château de Prye à La Fermeté sur l’Ixeure. – Tour de Toury-Lurcy. – Église Saint-Etienne de Nevers. – Château ducal à Nevers. – Le Vernay (Commune de Challuy). – La Ferté-Chauderon (Chantenay). – La Chasseigne (Sainte-Parise). – Château de Rosemont ( Luthenay-Uxeloup). – Château de Sallé (commune de Saincaize).

Très bel exemplaire, la reliure est en parfait état.


ROUGET (François).

François Rouget est un poète-ouvrier né à Vendôme en 1803. Il s’installe comme tailleur à Nevers en 1830 et revendique l’ascendance d’Adam Billaut comme artisan-poète. Ancien compagnon du devoir, il est un disciple de Fourier. Après le coup d'état de 1851, Rouget et ses écrits furent surveillés et son livre, qui contenait des odes à Fourier et des épîtres à Hugo exilé, ne parut en librairie qu'après avoir subi les coupes d'une anastasie préfectorale. Outre le recueil ci-dessous, Rouget a laissé un grand nombre de manuscrits. Il mourut à Nevers en 1868.


248. Poésies de F. Rouget, tailleur à Nevers.

Paris, de Wresse, 1857 ; in-12 demi-chagrin noir, dos à nerfs orné, tranches jaspées. (H. Montchanin).

100/120

2 ff., 339 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ce recueil, qui chante le vin, les petits oiseaux, Napoléon et Béranger, la locomotive et les idées sociales avancées.

Exemplaire provenant des bibliothèques de Nestor Massé et de l’historien nivernais Alfred Massé (ex-libris).

Fonds Morlon n°676. – Thomas p. 405 – Guéneau p.149.


ROUPNEL (Gaston).

Ce grand écrivain né à Laissey, dans le Doubs en 1872, a vécu à Gevrey-Chambertin la plus grande partie de sa vie, partageant son temps entre son enseignement à l'Université de Dijon et l'amour qu'il portait à son pays, à ses vignes, à ses amis vignerons.

Son entrée dans la littérature fut éclatante. Son roman Nono qui décrit les joies et les peines des vignerons de la Côte bourguignonne au début du siècle, obtint un succès considérable. En 1910, il manqua d'une voix le prix Goncourt qui couronna Louis Pergaud. Gaston Roupnel fut multiple. Il publia ensuite Le vieux Garain, dans la même veine vigneronne. Gaston Roupnel s'est éteint en mai 1946.


249. Réunion de 2 ouvrages : La Ville et la Campagne au XVIIème siècle. Etude sur la population du Pays Dijonnais. Paris, Leroux, 1922.

Les Populations de la Ville et de la Campagne Dijonnaises au XVIIème siècle. Bibliographie critique, thèse complémentaire pour le doctorat ès lettres présenté à la faculté des lettres de Paris. Paris, Leroux, 1922 ; ensemble 2 volumes in-8, demi-basane fauve marbrée, couverture conservée pour le deuxième titre. (Reliures de l’époque.)

250/300

1) 4 ff., 327 pp.- 2) 2 ff., 81 pp., (1) p.

EDITIONS ORIGINALES TRES RARES. Ces deux ouvrages proviennent de la bibliothèque de Henri Munier (cachet).


250. La Bourgogne. Types et coutumes. Dessins originaux de Louis W. Graux.

Paris, Horizons de France, 1936 ; in-4, broché, couv. illustrée.

200/300

138 pp., 2ff.

ÉDITION ORIGINALE recherchée de ce beau livre sur les fastes de la terre de Bourgogne. La moitié du volume est consacrée au vin, aux vignerons, aux joyeux enfants bourguignons, à la cuisine, au repas du cochon. Remarquables illustrations en couleurs, hors-texte. L’auteur du célèbre Nono, se révèle ici un excellent folkloriste. Son livre est un document vivant, perspicace, enthousiaste, qui chante un hymne à la gloire de l’âme paysanne, en l’honneur du lien charnel qui unit l’homme à sa terre. Oberlé Fritsch 298

ROUSSEAU (Charles-Pierre).

Fonctionnaire attaché au Service du Commerce de l’Approvisionnement de Paris en combustibles.


251. Dictionnaire de l’approvisionnement de Paris en combustibles, en bois de construction et autres marchandises (deuxième partie du Fanal).

Paris, Carillan-Goeury, Dalmont, Pissin, 1841 ; in-8, demi-chagrin noir de l’époque.

100/120

2 ff., iv pp., 531 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Passionnant livre sur la réglementation, législation de l’acheminement et du commerce du bois, du charbon et du bois d’œuvre vers Paris. Longs articles sur les bateaux à vapeur, les chemins de halage, les canaux et les rivières du Centre la France, le flottage, les ponts, ports, les voitures, les compagnies de transport etc. Fait suite au Fanal paru en 1839. Fonds Morlon n°938 – Lorenz IV p. 284.

SAINCT JULIEN (Pierre de.)

Pierre de Sainct-Julien est né vers 1520 au château de Balleure, diocèse de Châlons. Protonotaire apostolique, il s’est rendu à Rome pour y solliciter la sécularisation du prieuré de Saint-Pierre-de-Mâcon. L'ayant obtenue, il en fut le premier chanoine séculier en 1557. Nommé chanoine de la cathédrale de Chalons, puis de Saint-Vincent de Mâcon, il sera élu doyen de l'église de Chalons en 1583. Il meurt en 1593. Il a laissé de nombreux ouvrages d’héraldique et d’histoire bourguignonne. Voir à son sujet Raffin, Saint-Julien de Balleure, historien bourguignon.


252. De l’origine des Bourgognons, et Antiquité des estats de Bourgongne…Plus des antiquitez d’Autun, de Chalon, de Mascon, de l’Abbaye et ville de Tournus.

Paris, Nicolas Chesneau, 1580-81 ; in-folio, plein-veau brun, filets à froid et fleurons dor. sur les plats, dos à nerfs orné de motifs à froid et fleurons dor., tranches rouges. (Lobstein Laurenchet).

2000/2500

12 ff., n.ch., 674 pp., 17 ff. n. ch. (table), 5 planches sur double page, 1 planche dépliante, 1 gravure de blason coloriée in-texte.

ÉDITION ORIGINALE. Cet ouvrage, donné comme assez rare par Saffroy, retrace l’histoire de la Bourgogne depuis l’Antiquité gauloise. L’auteur y évoque différentes origines du mot Bourgogne et décrit les divers peuples qui ont occupé la région. Quatre parties (avec titres séparés) sont consacrés aux villes d’Autun, Chalons, Macon et Tournus. Les 6 planches, par Bredin et Rancurellus, sont des vues de ces quatre villes ainsi que Dijon et Beaune. La gravure coloriée qui manque à beaucoup d’exemplaires représente les armes de l’auteur. Selon l'abbé Goujet, ce fut à la sollicitation de Pierre Tamissier que Saint-Julien recueillit, après les ravages des Huguenots, ce qu'il avait remarqué des antiquités de l'abbaye de Tournus, sous ce titre : Recueil de l'Antiquité et choses plus remarquables de l'abbaye et ville de Tournus. Cette pièce qui se trouve page 495 à 537 de l'Origine des Bourguignons n'a pas été imprimée séparément.

Saffroy II, 19020, Brunet VI, 24521, Catal. Mallard, 489 - Papillon II, 225.

Mouillure marginale en partie restaurée sur les premiers cahiers. Exemplaire soigneusement établi dans une reliure pastiche du XVIe siècle.


SAINTE-MARIE (Louis-Marie Rapine de).

Homme politique, écrivain et historien, Louis de Rapine de Sainte-Marie est né à Nevers en 1774 et mort dans cette ville en 1841. À peine âgé de 18 ans, il émigre et sert dans les armées de Condé. Rentré en France en 1798, il perfectionne ses études et s'occupe d'histoire. Député de la Nièvre de 1822 à 1827 il se retire des affaires publiques après 1830.


253. Essais historiques sur l'effusion continuelle du sang humain par la guerre, dédiés au général Garnier-Laboissière ...

Nevers, Imprimerie Lefebvre le Jeune, 1807 ; in-8, demi-chagrin à coins, dos lisse orné de filets dorés, tête dorée, non rogné. (Relié vers 1880).

150/180

178 pp. (paginées 179.)

EDITION ORIGINALE TRES RARE. Ce texte est ahurissant. C'est l'énumération des massacres humains depuis Caïn. L'auteur y explique que toutes ces destructions ne sont pas un si grand mal, car lorsque l'âme a perdu son ressort par la mollesse, l'incrédulité et les vices gangreneux qui suivent l'excès de civilisation, elle ne peut être retrempée que dans le sang. Les véritables fruits de la nature humaine, les arts, les sciences, les grandes entreprises, les hautes conceptions, les vertus mâles tiennent surtout de l'état de guerre. Le sang est l'engrais de cette plante qu'on appelle Génie.

Catal. Y. Dupont, n°516. – Monglond VII, 567 – Quérard VII, 390. – Oberlé, Fous littéraires, n°407.


254. Recherches historiques sur Nevers.

Nevers, Lefebvre, 1810 ; in-8, demi-chagrin brun à coins, dos lisse orné de filets dorés, tête dorée, non rogné. (Relié vers 1890).

300/400

2 ff., 493 pp. (1 p.), 2 ff. (table)

ÉDITION ORIGINALE d’un intéressant ouvrage donnant de précieux renseignements sur l'histoire, l'archéologie, les hommes illustres et les rues, ponts et places de Nevers. Lorsqu’il publie ce livre, Louis de Sainte-Marie est maire adjoint de cette ville. C’est en se référant aux archives, aux chartes, aux traités cartulaires qu’il évoque la cité originelle, la citadelle aux très hautes murailles, l’histoire des grandes maisons nobiliaires,les églises, les rues et les monuments. Royaliste, Louis de Sainte-Marie se livre aussi dans son ouvrage à des études comparatives et critiques, il dédaigne la période révolutionnaire. “ Ce travail qui fut accueilli avec une grande ferveur et que l'on consulte toujours, est en partie composé de documents empruntés à Parmentier, Gillet et surtout Guyot de Sainte Hélène. ” Guéneau p.143. - Brunet n°24478. - Catal. Grangier de la Marinière, n°1851. - Fonds Morlon n°181. – Catal. Dupont, n°255.Bel exemplaire.


SAINTE-MARIE (Henri Rapine de).

Arrière petit-fils du précédent, né à Dijon en 1876, où son père Oscar-Henri de Sainte-Marie était conseiller de préfecture. Il fait des études classiques au Lycée Louis-le-Grand à Paris, puis à la Faculté de Droit d’où il sort licencié. Il fut durant quinze ans maire de Sainte-Marie et pendant trente ans juge de paix suppléant à Saint-Saulge. Lors de la guerre de 1914-1918, il devient conseiller de préfecture. Sainte-Marie meurt en 1939 dans son château de Saint-Martin.


255. Lettres inédites du XVIIème siècle. Contribution à l'histoire de la justice et des mœurs en France au temps de Louis XIV.

Nevers, 1908 ; in-8, demi-chagrin brun à coins, dos orné de filets dor., tête dorée, premier plat de couverture avec blason en couleurs conservé, non rogné. (Reliure de l'époque).

120/150

XXIX pp., 1 f., 188 pp., 2 ff.

EDITION ORIGINALE très rare de ces lettres adressées à Louis Antoine Rapine De Sainte-Marie par son fils. Cette correspondance renferme de curieux détails sur la dernière tentative faite au XVIIème siècle par les juges du présidial royal de Saint-Pierre-le-Moûtier pour obtenir le transfert de leur siège à Nevers. “ Des documents de ce genre sont particulièrement précieux… à propos de la vie courante et familière, des mœurs de la cour, des intrigues fomentées tant à la ville que dans l’entourage du roi. ” Revue du Nivernais, Juin 1908. Louis-Antoine Rapine de Sainte-Marie fut premier échevin en 1667 puis en 1676 lieutenant général au bailliage des Eaux et Forêts de Nivernais. Fonds Morlon n°557. – Catal. du Dr. Dupont, n°517

UN DES 15 EXEMPLAIRES SUR HOLLANDE, seul grand papier. Il est enrichi d’un grand portrait de Jacques Rapine de Sainte-Marie, gravé en 1663 par Lochon et monté dans le volume sur double page.


[DES SALLES (Dom).]


256. Mémoires pour servir à l'Histoire de France et de Bourgogne contenant Un journal de Paris sous les règnes de Charles VI et de Charles VII. L'Histoire du meurtre de Jean sans peur, Duc de Bourgogne, avec les Preuves. Les Estats des Maisons et Officiers des Ducs de Bourgogne de la dernière Race, enrichis de Notes historiques très intéressantes pour un grand nombre de Familles illustres...

Paris, Julien-Michel Gandouin et Pierre-François Giffart, 1729 ; 2 parties en un volume in-4, veau brun de l'époque, dos orné.

500/600

XII pp., 380 pp. – 339 (1) pp., 1 f.

Ces mémoires recueillis par Dom des Salles, bénédictin, mis au jour par L-F-J. De La Barre, auteur de la préface comportent des extraits de Guillaume Aubry. L’exemplaire de la Bibliothèque nationale porte cependant une note attestant que l’auteur en est De Bois-Morel, “ religieux de Saint-Benigne de Dijon, très-honnête homme et de bonnes mœurs lequel, non par libertinage, mais par égarement d’esprit sur la religion, passa de France en Hollande, où il se fit protestant. ” Mine de renseignements sur la Maison des ducs de Bourgogne (Saffroy). Les 208 premières pages donnent le Journal de Paris qui va de1408 à 1449. Ce journal est une des plus curieuses chroniques du XVème siècle. L’auteur est un bourgeois qui note exactement les faits, jour par jour, et dont les événements modifient peu à peu les sentiments et les idées. Jusque vers 1420, il est Bourguignon passionné, puis il se détache des ducs et se montre passablement sévère pour Philippe le Bon. Il reste toutefois longtemps hostile à Charles VII et aux Armagnacs, mais les souffrances matérielles, la lourdeur du joug anglais, finissent par le rallier à la cause du roi légitime. C’est le tableau le plus exact qu’on possède de la vie publique et privée à Paris durant cette triste époque. Barbier III, p. 236 – Saffroy II, 18640. Mouillure sans gravité sur la marge inférieure du dernier cahier.


SAULNIER (Claude).

Prévôt et Chanoine de la Cathédrale d'Autun, est né dans cette ville où il mourut en 1697.


257. Autun chrétien. La naissance de son église, les evesques qui l'ont gouverné et les hommes illustres qui ont este tirez de son sein pour occuper les Sieges les plus considérables de ce Royaume, et les premières Dignitez de l'Eglise, ses Prerogatives et son Progrez.

Autun, Guillemin. 1685 ; in-4, veau brun muet de l’époque.

300/400

6 ff. n. ch., 228 pp., 5 ff. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE. Ouvrage important pour l'histoire des provinces du centre. On y trouve de nombreux renseignements sur les chapitres, abbayes, prieurés, hôpitaux, collèges et diverses congrégations du diocèse d'Autun qui s'étendait sur une grande partie des duchés de Bourgogne, Nivernais et Bourbonnais. Catal. Grangier de la Marinière, n°1980. – Papillon p.235 – Cioranesco n°61560

Travail de vers sur qq. ff., bas de la page de titre court de marge inférieure avec atteinte au texte.


SAVATIER-LAROCHE.

Né à Auxerre en 1804, Savatier-Laroche est clerc d’avoué à Paris puis avoué à Auxerre jusqu’en 1844, date à laquelle il s’inscrit au barreau. Conseiller municipal puis d’arrondissement, il devient conseiller général et député socialiste en 1849. Il fut l’un des premiers à soumettre à l’Assemblé une proposition de loi pour abolir la peine de mort en 1849. Suite au coup d’Etat de 1851, il se retire de la vie politique et meurt à Auxerre en 1879.


258. Fables et contes.

Auxerre, Imprimerie, lithographie et librairie C. Gallot, 1859 ; in-12 broché, couverture imprimée, non rogné. (État de parution).

50/60

335 pp.

ÉDITION ORIGINALE de ces fables en vers, plus naïves que méchantes. Lorenz IV, p. 353.


259. Une semaine, par ***.

Auxerre, C. Gallot, 1865, in-12 broché, couverture imprimée, non rogné. (État de parution).

50/60


2 ff. n. ch., 279 pp., 1 f. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE Lorenz IV, p. 353.

Exemplaire sur vergé fort provenant de la bibliothèque de L. Nodot à Auxerre (cachet sur la couverture).

Dos usagé, premier plat de la couverture en partie détaché.

260. Quelques profils auxerrois, variétés.

Auxerre, Perriquet, 1872 ; in-12, cartonnage bradel, papier marbré, couverture conservée, non rogné. (Laurenchet).

VII pp., 322 pp.

ÉDITION ORIGINALE. Portraits de notabilités locales du XIXème siècle : Raveneau-Serizier, ancien maire, Martineau des Chesnez, le Président Chardon, Th. Robert, Louis de Cormenin, Madame Colleret d’Appoigny, M. Maire, avocat ... Suivi de souvenirs historiques.


SEIGNOBOS (Charles).

261. Le Régime féodal en Bourgogne jusqu'en 1360. Etude sur la société et les institutions d'une province française au moyen-âge suivie de documents inédits tirés des archives des ducs de Bourgogne.

Paris, Ernest Thorin, 1882 ; in-8, demi-chagrin rouge, dos à nerfs, couverture conservée. (Relié vers 1900.)

80/100

XVII pp., 417 pp., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE de cette thèse présentée à la Faculté des Lettres de Paris.

Catal. Fonds Morlon n°543.


262. [SENS] - Du Doyenné de l’Église de Sens et des Doyens qui y ont esté. 1662.

MANUSCRIT du XVIIe siècle ; in-12, vélin de l’époque.

500/550

53 pp.

PRÉCIEUX MANUSCRIT. Après une petite introduction historique, on trouve des notices sur tous les doyens de Sens depuis le douzième siècle jusqu’en 1661. Un f. ajouté, d’une autre écriture complète la liste jusqu’en 1671.

Une note du XIXe siècle précise : “ ce manuscrit est l’original de la notice qui a paru dans le Recueil des pièces de l’abbé Granet. Tous les articles sont conformes, à l’exception de celui de Hannegui de Benjamin qui est plus étendu dans l’imprimé, et de l’article de J. Boileau qui est seulement dans le manuscrit. ”


SOULTRAIT (Comte Georges de).

Né à Toury-Lurcy en 1822, le comte de Soultrait fut un savant historien et héraldiste du Nivernais et du Bourbonnais. Il s'adonna aussi à l'étude archéologique et topographique de la Nièvre dont il fut longtemps Conseiller général. Avec de Delaroche, Cougny et quelques autres, il publia à partir de 1842 les Almanachs de la Nièvre, véritable mine de renseignements historiques, géographiques et bibliographiques. Il décéda en 1888.


263. Armorial de l’ancien Duché de Nivernais, suivi de l’assemblée de l’ordre de la noblesse du bailliage de Nivernais aux États Généraux de 1789.

Paris, Didron, 1847 ; in-8, demi-chagrin rouge à coins, dos orné d’un décor romantique dor., 1er plat de la couv. conservé. (Relié vers 1890.)

300/400

199 pp., 20 planches hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE très recherchée qui ne fut tirée qu’à 450 exemplaires. Cette étude avait paru en 1843 dans l’Annuaire de la Nièvre. 20 planches d’armoiries de l’évêché, des communautés religieuses, des villes, des corporations et des familles du Duché. Elles sont tirées sur papier fort et montées sur onglets. Saffroy II, 28834. Bel exemplaire bien relié.


264. Armorial historique et archéologique du Nivernais.

Nevers, Vallière, 1879 ; 2 vol. in-8, demi-chagrin outremer, dos ornés de décors romantiques dor., têtes dorées, non rognés, couvertures conservées. (Reliures de l’époque).

800/1000

XXXV pp., 282 pp., 16 planches d’armoiries h.-t., - 2 ff., 312 pp., 1 f., 15 pl. h.-t.

SECONDE ÉDITION considérablement augmentée. Saffroy II, 28835. Bel exemplaire bien relié.


265. Essai sur la Numismatique nivernaise.

Paris, Rollin, Didron et Dumoulin, 1854 ; in-8, demi-chagrin brun, dos lisse orné, couverture conservée, tête dorée. (Relié vers 1890.)

200/300

1 f., 225 pp., 1 f., nombreuses figures de monnaies, méreaux et jetons dans le texte.

ÉDITION ORIGINALE très rare qui ne fut tirée qu’à 230 exemplaires.

Brunet VI, 1355 – Catal. Grangier de la Marinière n°1812 – Fonds Morlon n°752 – Saffroy II, 28920.

Bel exemplaire.


266. Guide archéologique dans Nevers.

Nevers, Bégat, 1856 ; in-12, demi-basane blonde, dos à nerfs, couv., non rogné. (Reliure de l'époque).

80/100

101 pp., 2 ff.

ÉDITION ORIGINALE. Petit guide des monuments civils et religieux de la ville.

Catal. M. Grangier de la Marinière, n°1859. - Fonds Morlon n°392.


267. Essai sur la numismatique bourbonnaise.

Paris, Rollin, Didron et Dumoulin, 1858 ; in-8 demi-chagrin noir, dos orné, non rogné. (Relié vers 1890.)

200/250

2 ff., 130 pp., 1 f., 7 planches h.-t., 1 f.

ÉDITION ORIGINALE très rare de cet ouvrage tiré à 125 exemplaires. Il est illustré de nombreuses reproductions dans le texte par Dardelet. Les monnaies nivernaises mérovingiennes, carolingiennes, le monnayage féodal au nom des comtes, ceux de Donzy et de la Ferté-Chauderon, jetons des comtes et des ducs, de la ville de Nevers, de la Chambre des Comtes, méreaux de la cathédrale, médailles, billets de confiance.

Relié à la suite, 1 f. extrait de du Bulletin de la Société d’émulation de l’Allier par Francis Pérot, signalant cet ouvrage comme découvreur d’un jeton jamais attribué et l’attribuant à Jean 1er de Bourbon.

Ex-libris manuscrit du Cte de Rumford.


268. Inventaire des titres de Nevers, de l’ABBÉ DE MAROLLES suivi d'extraits des titres de Bourgogne et de Nivernois, d'extraits des inventaires des Archives de l'église de Nevers et de l'inventaire des Archives des Bordes, publié et annoté par le Comte de Soultrait.

Nevers, Fay, 1873 ; in-4, demi-chagrin brun, dos à nerfs, non rogné. (Reliure moderne).

300/350

XXII pp., 1 f., 1056 colones, 3 ff., 2 cartes sur 3.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage précieux pour les historiens, une partie de ces titres ayant été détruite. Soultrait a analysé tous les documents avec une scrupuleuse exactitude. Plusieurs tables en facilitent la consultation. Dans ces Titres Marolles donne une analyse des 40.000 pièces qu'il dépouilla. Son manuscrit est aujourd’hui à la Bibliothèque Nationale, mais les archives dont il est question ont été brûlées sur la place ducale de Nevers en 1793.

Marolles, Savant historien et archiviste, né en 1600 et mort en 1681, fut précepteur et maître de latin des princesses Marie et Anne de Gonzague. À la fin de sa vie, Marie de Gonzague lui confia la lourde charge d'inventorier les archives de la maison de Nevers, jusqu'alors amassées sans soin. Marolles est aussi l’auteur de travaux d'histoire et de piété, de quelques essais de critique et de poétique, de Mémoires en 1765, et d’un ouvrage sur les peintres et graveurs, publié en 1855 par Georges Duplessis.

Grangier de la Marinière, n°1852. - Catal. Dupont, n°127. – Saffroy n°28824

UN DES RARES EXEMPLAIRES TIRÉS SUR HOLLANDE malheureusement incomplet d’une carte.

Joint, un portrait gravé de Michel de Marolles. ENVOI du comte de Soultrait “ à Monsieur Jules Marion souvenir d’une vieille et bonne amitié. ”


269. Sous le pseudonyme de SORNAY. Épigraphie héraldique du département de la Nièvre.

Angers, Lachèse et Dolbeau, 1882 ; in-8, demi-chagrin rouge, dos orné d’un décor romantique dor., tête dor., non rogné, couv. (Reliure de l’époque).

400

368 pp., VIII pp.

ÉDITION ORIGINALE très rare tirée seulement à 80 exemplaires. Saffroy II, 28922.


270. Armorial du Bourbonnais. Deuxième édition publiée sous la direction de M. Roger de Quirielle.

Moulins, André Paris, 1890 ; 2 volumes, in-4 demi-maroquin à coins, dos lisses avec un beau décor fleurdelisé, têtes dorées, couvertures, non rognés. (Reliures de l'époque).

1000/1200

2 ff., XXXI pp., 297 pp., 18 planches en couleurs hors-texte – 2 ff., 300 pp., 2 ff., 14 pl. en coul. h.-t.

DEUXIEME EDITION, LA PLUS COMPLETE ET LA PLUS RECHERCHEE. Armorial des sires de Bourbon, blasons des évêques de Moulins, écussons des villes et corporations. La 4ème partie est consacrée aux familles avec les noms de leurs fiefs, seigneuries et châtellenies. Les 32 planches hors-texte en couleurs donnent 653 blasons. “ Très beau livre, publié avec luxe ” écrit Saffroy, tome II, n°18235.

Superbe exemplaire très finement relié à l’époque.


TAISAND (Pierre.)

Né à Dijon en 1644, mort dans la même ville en 1715, ce remarquable avocat fut nommé Trésorier de France et trésorier général des finances de Bourgogne. Il fut un familier de président La Moignon et de Mlle de Scudéry.


271. Coutume générale des Pays et Duché de Bourgogne avec le commentaire de Monsieur Taisand … Dans lequel cette coutume est expliquée par le droit romain…

Dijon, J. Ressayre, 1698 ; in-folio, basane marbrée fauve, dos orné, tranches rouges. (Reliure du XVIIIe.)

400 - 500

X ff. n.ch., 872 pp.

Important ouvrage dans lequel les lois anciennes de Bourgogne sont expliquées par le droit romain, l’usage etc. Annotations de M. Begat, président du Parlement de Dijon, de Me Charles du Moulin et un grand nombre d’arrêts des différents parlements de France, les ordonnances et règlements propres aux villes de Chalon-sur-Saône, Autun, Dijon, Mâcon ... La jurisprudence des pays de Bresse et Morvan, les conformités avec les autres coutumes de France... Table des titres et des matières. Ce traité monumental était déjà fort rare au XVIIIème siècle. Gouron et Terrin. Bibliographie des coutumes de France, n°661. – Catalogue de la bibliothèque L. Mallard, n°648. – Cioranesco, n°63994 – Camus, Profession d’avocat, Bibliothèque choisie des livres de droit. n°1210-12 – Papillon II, p. 306 – Quérard 9 p. 325.

Éraflure sur un plat, coiffes un peu élimées.


TAMBOUR (Abbé).

Curé de Luzy.

272. Quelques pages sur Luzy à travers les siècles.

Nevers, 1940 ; in-8, cartonnage bradel, papier marbré. (Laurenchet).

20/30

140 pp., 2 ff.

ÉDITION ORIGINALE de cette monographie traitant surtout de l’histoire religieuse de la ville mais aussi de son origine, de la baronnie, des établissements hospitaliers, de la ville fortifiée, la Révolution, etc.

Docteur Y. Dupont, n°266.


TAVERDET (Gérard).


273. Atlas linguistique et ethnologique de Bourgogne. Paris, Editions du C.N.R.S., 1975-1978. 3 volumes in-folio, cartonnage toile de l'éditeur.

200/250

7 ff., 149 ff. de cartes, 5 ff. – 6 ff., 177 ff. de cartes, 5 ff. - 5 ff., 151 ff. de cartes, 4 ff., 8 ff. d’illustrations photographiques, 1 f.

Ce très impressionnant atlas est la partie bourguignonne de l’Atlas Linguistique de la France par régions, entrepris par le C.N.R.S. sous la direction de M. Loriot. M. Taverdet, maître de conférence à l’Université de Dijon, à travaillé plus de dix ans à ce projet et réalisé la cartographie de la prononciation de 1800 vocables ou expressions dans les différentes parties de la Bourgogne. Les trois tomes concernent : 1- Le Temps, la nature, les végétaux. 2- Les végétaux, les animaux. 3- La maison, l'Homme, la Grammaire. Le troisième tome comprend 8 ff. d’illustrations photographiques en noir montrant les outils, les éléments du paysage ou d’architecture désignés dans l’atlas.

Exemplaire d’une parfaite fraîcheur.


TEISSIER (F).

274. Nevers et le département de la Nièvre.

Nevers, Fromont-Venier, libraire-éditeur, 1880 ; in-12 broché, couv. illustrée.

20/30

2 ff., 108 pp.

Rare petit guide touristique de la Nièvre. Exemplaire sans la carte dépliante.


THOMAS (Edme).

Né en 1591 à Dijon, Edme Thomas fut Official, chantre, chanoine de l'église d'Autun, après avoir été doyen de la Chapelle-au-Riche de Dijon. Il meurt à Autun en 1660.


275. Histoire de l'antique cité d'Autun… Illustrée et annotée

Autun, Dejussieu, Paris, 1846 ; in-4, demi-basane violette, dos à nerfs orné, tr. jasp. (Reliure de l’époque).

250/300

1 f., LXXI pp., 428 pp., 1 pl. dépliante h.-t.

ÉDITION EN GRANDE PARTIE ORIGINALE. La première partie de cet ouvrage a paru à Lyon en 1660. Cette impression fut arrêtée par le décès de l’auteur en 1660. Le présent ouvrage reprend la partie imprimée avant le décès de l'auteur et la partie manuscrite revue sur les meilleures copies, le tout augmenté de notes de l’abbé Devoucoux.

Brunet, n°24558. – Papillon, p.321. – Cioranesco 64570.

Forte mouillure marginale aux derniers ff., 2 marges doublées.


THOMAS (Jean-Basile).

Né à Clamecy en 1779 de Charles-Basile, marchand de bois, et de Reine Gavard. Il fut d’abord marchand de bois lui aussi. Il dirigea le Moniteur des eaux et forêts, qui se fondit dans le Journal de l’approvisionnement de Paris, de 1843 à 1847.


276. Traité général de statistique, culture et exploitation des bois.

Paris, Bouchard-Huzard, 1840 ; 2 volumes in-8, demi-maroquin bronze à longs grains, dos lisse ornés, couvertures et dos conservés, non rogné. (Lobstein - Laurenchet).

300/400

2 ff., XXXII pp., 483 pp. - 2 ff., 592 pp., 4 tarifs de cubage et 1 pl. en noir dépliants h.-t.

ÉDITION ORIGINALE EXTRÊMEMENT RECHERCHÉE. Un des livres les plus complets sur le sujet. Il contient un chapitre sur le flottage ainsi que de nombreuses données économiques sur le bois. La planche dépliante montre 16 figures train de bûches, vanne de ruisseau, chantier… F. Moreau s’en servira pour son Histoire du flottage. Très bel exemplaire finement relié. Signature autographe de l’auteur au verso du faux-titre.


TILLIER (Claude).

Fils de serrurier né à Clamecy en 1801, Claude Tillier étudia au lycée de Nevers. Après six années de service militaire, il devient instituteur. Attiré par la politique, Tillier collabore à la presse d’opposition à Clamecy et Nevers et publie des pamphlets qui eurent un grand retentissement. Intransigeant dans sa défense des faibles, Tillier vécut toute sa vie dans la misère et mourut jeune d’une maladie de poitrine en 1844.


277. Œuvres de C. Tillier précédées d’une introduction par M. Félix Pyat.

Nevers, Sionest, 1846 ; 4 volumes in-12, demi-maroquin rouge, dos ornés de décors dorés et à froid, têtes dorées, non rognés, couvertures et dos conservés. (Lobstein-Laurenchet).

500/600

2 ff., LXXII pp., 272 pp. – 2 ff., 292 pp., 1 f. – 2 ff., VIII pp., 346 pp., 1 f. – 2 ff., 300 pp.

ÉDITION EN GRANDE PARTIE ORIGINALE. Outre Mon oncle Benjamin, elle donne Belle plante et Cornelius, Comment le Chanoine eut peur et les pamphlets, beaucoup de textes paraissent ici pour la première fois. Mon oncle Benjamin est illustré de nombreuses vignettes sur bois. L’exemplaire ne possède pas le portrait signalé par Vicaire VII n°841, ni la planche hors-texte ; ces deux pièces semblent toujours manquer. Il est revêtu des couvertures réimprimées en 1869 par le journal L’Impartial. Ce périodique avait acquis un certain nombre d’exemplaires invendus pour les offrir en prime à ses abonnés. Clouzot p. 264 – Guéneau p. 165.

Le titre du tome I porte cet envoi : “ offert à mon cher collègue et ami Henry Moret, souvenir du banquet des proscrits de la Nièvre. Nevers 25 décembre 1882. Dr. Turcquin. 

Bel exemplaire finement relié.


278. Belle-Plante et Cornélius. Bois gravés par Deslignères.

Paris, Mornay, 1921 ; in-12, plein chagrin fauve, plats ornés d’un damier mosaïqué, couverture illustrée et dos conservés. (Reliure de l’époque).

200/300

XXXVII pp., (1) p., 288 pp., 2 ff. n. ch.

Belle édition typographique illustrée de bandeaux, de culs-de-lampe et d’un frontispice sur bois par l’artiste nivernais Deslignères. Précédée du discours prononcé par Jules Renard à l’inauguration du buste de Tillier à Clamecy en 1905. Jules Renard avait refusé à la Société scientifique de Clamecy l’autorisation de publier son discours car il le réservait ce texte pour cette édition de Belle-Plante et Cornélius.

UN DES 7 EXEMPLAIRES SUR JAPON hors commerce, celui-ci spécialement imprimé pour Georges DUHAMEL.


TIXIER DE RAVISY (Jean), en latin RAVISIUS TEXTOR

Cet humaniste est une gloire du Nivernais. Né à Ravisy dans le Bazois vers 1480 et mort à Paris en 1524, il fut l’élève de J. Bolacre, principal et professeur de théologie au Collège de Navarre. Ce savant natif de Nevers a favorisé plusieurs jeunes gens de sa province. À la tête de l’Epitomae officinae, on trouve une lettre de Textor où il appelle Bolacre “ son maître et presque son père. ” En 1500 Textor sera nommé recteur de l’Université de Paris. Ses nombreux ouvrages, tous écrits dans un style pur et élégant furent adoptés dans beaucoup de collèges d’Europe.


279. Epitome Epithetorum.

Lyon, Lertout, 1578 ; in-16, vélin à rabats, fermeture à lacets modernes. (Reliure ancienne)

180/200

474 pages. bois gravé sur le titre.

RARE OUVRAGE SCOLAIRE. Belle impression italique lyonnaise de ce livre dont la première édition est de à 1518. Il connut un succès considérable dans toutes les écoles d’Europe. Déchirure au coin d’un feuillet avec manque de quelques lettres sinon bel exemplaire.



280. [TONNERRE] – ANONYME. Histoire de Tonnerre.

Tonnerre, P. Bailly, 1884 ; in-8 broché, couverture imprimée.

30/40

3 ff., 88 pp., 1 f. blanc, 1 f. (table).

ÉDITION ORIGINALE de ce petit guide de Tonnerre et du Tonnerrois qui décrit avec simplicité et bonne humeur cette région de l’Yonne d’un point de vue historique, artistique et viticole. Toutes les pages encadrées de filets rouges. Fente aux 3 premiers ff. (titre et préface) sans manque ni atteinte au texte, dos cassé .


TOSCAN (Raoul), [pseudonyme de Charles Brun.]

Ce romancier, poète et historien est né à Buenos-Aires en 1884 de parents nivernais qui revinrent au pays natal, à La Charité-sur-Loire, en 1894. En 1905, après des études à Paris, il retourne à La Charité où y reste jusqu'en 1914. Professeur de dessin en Normandie, puis à Alexandrie (Egypte), il ne retrouve la France qu’en 1922. Après un séjour à Clermont-Ferrand, il entre à la Bibliothèque de Nevers dont il devient conservateur-adjoint en 1924. Il fut membre de nombreuses sociétés savantes et fondateur de La Revue du Centre. Il meurt à Nevers en 1946.


281. La curieuse histoire de Nevers.

Paris, Editions de la Revue du Centre, 1934 ; 2 volumes in-12, maroquin janséniste bronze, encadrement intér. de filets dorés, doublé et gardes de soie bleue, têtes dorées, non rogné, couvertures illustrées et dos conservés. (Chauvin, Semet et Plumelle).

600/700

1 f., 316 pp., 1 f., 9 ill. in et h.-t. – 301 pp., 1 f., 11 ill. h.-t.

ÉDITION ORIGINALE de ce livre primé par l’Académie Montaigne. UN DES 30 EXEMPLAIRES SUR JAPON portant la mention imprimé spécialement pour M. le comte du Bourg de Bozas.

Superbe exemplaire enrichi d’un DESSIN ORIGINAL de l’auteur à la mine de plomb, vue de Donzy, de 4 PAGES AUTOGRAPHES du manuscrit de Toscan traitant du premier duc de Nevers et du collège ainsi que de 2 LETTRES ET 3 CARTES autographes de l’auteur ; et d’un PASTEL ORIGINAL de E. GAUDET vue de Coulanges-les-Nevers. Le tome II porte un ENVOI AUTOGRAPHE : “ Exemplaire de M. le Comte du Bourg-de-Bozas le grand bibliophile nivernais. Avec les meilleurs sentiments… ” Catal. Dr Y. Dupont, n°268. – Catal. du Bourg de Bozas n°234 (cet exemplaire.)



282. La Terre va-t-elle mourir ?

Paris et Nevers, Editions de la Revue du Centre, 1931 ; in-12 broché, couv. illustrée.

60

1 f., 286 pp., 1 f. 2 portraits photographiques de l’auteur, 1 bois de Paul Devaux.

ÉDITION ORIGINALE. Enquête sur la désertification des campagnes auprès de toutes les corporations concernées : ouvriers agricoles, métayers, manœuvres, propriétaires fonciers, ingénieurs agricoles, écrivains du terroir, historiens, instituteurs, maires, curés … Parmi les auteurs dont Toscan a recueilli le témoignage : E. Guillaumin ; des Gachons ; G. Picard ; J. Ajalbert ; M. Bedel; Cl. Farrère … ENVOI AUTOGRAPHE à RENÉ LOUIS “ Historien du Sol et de la Race ”.


283. L'épopée des mariniers de la Loire.

La Charité-sur-Loire, Delayance, 1938 ; in-12, demi-chagrin outremer, dos à nerfs orné de fleurons dor., couverture et dos. (Laurenchet).

200/300

298 pp., 2 ff., 8 illustrations photographiques h.-t., nombreuses ill. in-t.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage précieux pour l’histoire de la marine de Loire. Nombreux dessins, photographies, reproductions de documents anciens, provenant généralement de la collection de Ed. Belile.

Frontispice par Madeleine Charpentier.

Tirage limité à 336 exemplaires. Celui-ci est UN DES 61 DE TÊTE sur pur fil Outhenin-Chalandre Ces exemplaires sont enrichis de 8 illustrations hors-texte, de la liste des souscripteurs et D’UNE PAGE AUTOGRAPHE de l'auteur. ENVOI AUTOGRAPHE DE L’AUTEUR à M. Leseur “ ami fidèle de notre Loire ”. L’exemplaire ne comporte pas le lavis de Claude Rameau prévu pour les tirages de luxe. Finement relié.


284. La Maison de Maman Rose.

Paris, Debresse, 1951 ; in-8, chagrin rouge à bande.

60/80

235 pp., 2 ff. n. ch.

ÉDITION ORIGINALE de ce roman de mœurs breton. Un des 250 exemplaires numérotés sur alfa mousse, seul grand papier.


TRAPET (Maurice).

285. Contes morvandiaux.

Thoisy-la-Berchère, 1955 ; in-12 cartonnage bradel, papier marbré, premier plat de couv. conservé.

30/40

87 pp., (1) p. gravures originales de J. François dans le texte.

SECONDE ÉDITION de ces contes en patois, préface de Lucien Hérard.


VALLIERE (G).

286. Dictionnaire géographique et administratif de la Nièvre.

Nevers, Imprimerie du Journal de la Nièvre, 1895 ; in-8, cartonnage demi toile bleue, couverture.

50/70

LXII pp., 1 f. n. ch., 332 pp., 1 f., une carte dépliante de la Nièvre hors-texte.

ÉDITION ORIGINALE de cet ouvrage composé d’une notice géographique et descriptive, d’une nomenclature des communes, hameaux et lieux dits, d’une troisième partie sur les rivières et d’une dernière sur les forêts. Ce livre a été réédité en 1990.

Catal. Fonds Morlon n°162.

Exemplaire provenant de la bibliothèque de l’historien Alfred MASSE (ex-libris).



287. [VAUBAN.] Luxembourg 1684. Mémoire sur Luxembourg par M. le Maréchal de Vauban. Observations abrégées sur la Préférence du choix des attaques, s’il s’agissait d’entreprendre le siège de Luxembourg. Journal du siège de Luxembourg en 1684.

Manuscrit du XVIIIe siècle, in-folio, demi-veau blond fauve, titre ancien collé sur le premier plat. (Laurenchet).

200/300

1 f., 26 pp., 1 f., pp. 27 à 50.

La première partie de ce manuscrit est le Mémoire sur Luxembourg, la seconde le Journal du siège de Luxembourg en 1684. Ce document, parfois appelé Petit Journal, a été trouvé dans les papiers des ingénieurs Hüe de Caligny ; il a été reproduit dans les Mémoires militaires de Vauban et des Ingénieurs Hüe de Caligny (p. 27 à 38), publiés par le capitaine Favé, chez Corréard à Paris en 1847. Une copie existant à l’E.M.A.G. et qui a été faite vers 1776, porte comme titre Mémoire sur Luxembourg, par Monsieur le Maréchal de Vauban, après la prise, en 1684, titre identique à notre exemplaire.

Fortes mouillures.


288. [VAUBAN et FOURCROY.] Instruction pour servir au reglement des remuements de terre par M. de Vauban & Mémoire en forme d’éclaircicement sur les remuements de terre par M. de Fourcroy.

Manuscrit du XVIIIe siècle, 52 pp. in-folio, demi-veau blond fauve, titre ancien collé sur le premier plat. (Laurenchet).

400/500

Le texte de Vauban est daté du 15 juillet 1688. Il occupe les pages 1 à 33. Il a paru dans le Tome XI des Oisivetés. Ce volume imprimé est très rare tout comme les tomes VIII et IX. Mais il existe de nombreuses copies manuscrites réalisées à la Section Technique du Génie. Des extraits ont été publiés par Belidor dans La science des ingénieurs dans les travaux de fortification et d’architecture civile … Paris, Jombert, 1729. Le mémoire de Fourcroy occupe les pp. 33 à 50.


VILLENAUT (Adolphe Mullot de).

Né en 1836, décédé en 1897 au château de Vauzelles, près de Nevers, Adolphe Mullot De Villenault occupa diverses situations dans l'industrie et devint inspecteur du travail dans les manufactures. Révoqué, il rentra dans la Nièvre et fit valoir ses terres, tout en s’occupant d’histoire et d’archéologie.

289. Nobilaire de Nivernois ; familles de gentilshommes fixées en Nivernais et y étant en possession de la noblesse avant 1560, avec des notices nivernaises de leurs alliances ; avec la collaboration de M. de Flamare.

Nevers, G. Vallière, 1900 ; in-4, demi-chagrin outremer, dos à nerfs orné, couverture et dos conservés. (Laurenchet).

350/400

5 ff., 3 ff., pp., 369 à 696, 1 f.

ÉDITION ORIGINALE de ce second volume, le seul paru. Ce second volume, que H. de Flamare continua et fit paraître après la mort de l’auteur, contient les notices de A. à N. (Noury), des familles de gentilshommes fixés en Nivernais. Le premier volume devait être consacré à l'Histoire du Pays de Nivernois et un troisième volume également prévu, n’a pas paru non plus.

Au début du volume, 5 ff., deux notices concernant les familles De La Celle et De Thoury.

Catal. Dupont, n°156, 157. – Saffroy. II, n°28916. – Surugue II p. 693.



DOCUMENTS ET LIVRES RARES CONCERNANT LE VIN EN BOURGOGNE.



290. AMYOT-LAMBERT. LIVRE DE COMMISSIONS de vente de vins de Bourgogne, établi par Amyot-Lambert négociant (de août 1777 au 26 ventôse an 12 (1804)) ; MANUSCRIT in-folio, vélin de l’époque.

1500/2000

284 pages.

Précieux document pour l’histoire viticole de Bourgogne. Amyot-Lambert était propriétaire à Pommard et Meursault, et négociant dans les environs de Beaune. Ce livre de commissions donne avec précision toutes les transactions, les noms des acheteurs, français et étrangers, marchands de vins, aubergistes, particuliers, chanoines, artisans, commerçants…, les commissionnaires, la quantité de vin et les prix, le mode de transport et les frais. L’évolution du marché du vin après la Révolution est bien indiqué, les ventes se faisant de moins en moins aux particuliers, mais aux négociants comme la maison Bouchard père et fils, Poulet, etc.



291. BUISSON-SERRIGNY. ÉTAT des vignes, terres et preys qui composent le domaine Buisson tel que je l’ay amodié à Fcois Constantin le… sept. 1766 pour 29 années… que j’ay pris surles lieux sur l’adjudication dudit Constantin luy-même les 23 oct. et 3 nov. 1771 ; MANUSCRIT de 37 pages, in-4 sur papier vergé, sous couv. papier gris, relié en basane crème ornée moderne.

200/300

Intéressant document viticole. Il donne la description de 24 parcelles de vignes du Domaine Buisson, un lieu-dit du canton de Serrigny près de Beaune.

Précédé de 6 pages sur vergé fort concernant les dépenses du domaine, les rentes assignées sur les salines, les charges assignées sur le partage des vignes, les gages et pensions sur les Saulneries de Salins…



292. CHABLIS. Municipalité de Chablis. Vente de Biens Nationaux. Adjudication définitive…

Auxerre, Imprimerie de L. Fournier, 1791 ; affiche sur vergé (52 x 41 cm). Préservée dans une chemise de toile brune, pièce de titre au centre du plat.

300/400

Précieuse et rare affiche révolutionnaire concernant une vente de 40 pièces de vignes, vendues comme biens nationaux le 19 mars 1791. Ces vignes étaient toutes des biens ecclésiastiques : Abbaye de Pontigny (finage de Chablis, lieu-dit le Clos, Haut de Chaumes, finages lieux dits Valvan, Mélinot…) Chapelle St. Nicolas (finage lieu dit Beugnon et Chaumes), Chapelle du St. Esprit (vigne lieu-dit Vaudésir), Chapelle St. Georges (au Petit-Pont, à Valmur et à Jamot), Chapitre de Chablis (vignes aux lieux-dits Le Clos, Vrillon, Champlain, Beugnon, Cantorat, Voie meurtrière…), biens dépendant du ci-devant Chapitre de Tours (Chablis-Mélinot, Le Clos, Montmilieu) et biens dépendant de diverses chapelles et abbayes…


LADREY (Claude.)

Né à Châtillon-sur-Seine en 1823. Claude Ladrey enseignait la chimie appliquée à la viticulture et à l’œnologie à la faculté des Sciences de Dijon.


293. La Bourgogne, Revue œnologique et Viticole.

Dijon, Antoine Maitre, 1859-1861 ; 3 vol.

Revue viticole, annales de la viticulture et de l’œnologie françaises et étrangères.

Paris, F. Savy, 1862-1864 ; 3 vol.- Ensemble 6 vol. in-8, demi-basane fauve, dos ornés, non rognés, couvertures conservées. (Reliure moderne.)

3000/3500

2 ff., 763 pp., 1 carte dépliante - 2 ff., 764 pp – 768 pp. – 524 pp. – 528 pp – 544 pp., 1 planche gravée in-texte.

RÉUNION COMPLÈTE EXCESSIVEMENT RARE de cette revue annuelle dirigée par Ladrey. Cette publication présente un grand intérêt par la qualité des auteurs et des articles. On y trouve beaucoup de textes en édition originale ou jamais publiés ailleurs. Ils sont signés : Dr. Aussel, J. Bonnet, Cazalis-Allut, Rose Charmeux, Fauré, Jules Guyot, Jullien, de la Loyère, A. Luchet, Maumené, H. Marès, Nièpce, Pasteur, A. Pellicot, Petit-Laffite, Puvis, Jean Raisin, Rey, Victor Rendu, J. Valserres, de Vergnette, etc. Tous les sujets sont abordés : histoire de la vigne et du vin, bibliographie, enseignement, observations climatologiques, étude des cépages, préparation et conservation des vins, instruments, classification, appréciation, valeur et analyse des vins et des différents vignobles… La deuxième série est toujours dirigée par Ladrey, mais paraissait tous les mois par livraisons et chez un autre éditeur. Dans notre exemplaire, toutes les couvertures de livraison sont conservées. La bibliographie très utile donne le répertoire de tous les livres sur le sujet publiés pendant ces six années.

Simon 100.

Faux-titre du 1er tome découpé, manque le haut du feuillet.


294. [MONTILLE (Prosper de).] LIVRE pour Mr. Joseph Groffier, chargé de surveiller la culture des vignes de Morey et Chambolle appartenant à Mr de Montilles. (1840-1862.)

CAHIER MANUSCRIT in-4, demi peau de mouton verte à coins. (Cartonnage de l’époque.)

300/350

122 pages de texte.

Précieux document donnant la comptabilité des vignes de Mr Prosper de Montille qui résidait au château de Créancey près de Pouilly-en-Auxois en été, et rue des tonneliers à Beaune en hiver. Paye des vignerons, ouvriers et autres pour l’égrappage, la livraison de fumier, etc. Voituriers, transport du raisin, transport du vin, comptes avec le menuisier et le tonnelier (M. Langerotte fils tonnelier Place St. Pierre à Beaune), mémoires sur les vendanges, surveillance, réparations diverses, achat d’œufs pour le collage des vins.

Les vignes étaient situées à Chambolle (avec emploi de 4 vignerons : Loppin père et fils, Blaise Roy, Jean Roy) et à Morey St. Denis (avec emploi de 2 vignerons : Baptiste Sigaut et François Midan.)


295. PLOMBIÈRE-LEZ-DIJON. INVENTAIRE des pièces que le sieur …(?) descompte demandera contre Jehan Naullot et Jehan Fremiot vignerons demeurant à Plombière lez Dijon…

MANUSCRIT de 12 pages petit in-folio, daté de juillet 1578 ; relié en vélin moderne et préservé dans une chemise à rabats en vélin avec rubans fermoirs. (Reliure moderne).

600/800

Beau document du XVIe siècle. Inventaire en 10 articles, avec les dates d’acquisition (de 1490 à 1561.)


296. [POMMARD]. DOMAINE DE POMMARD. COMPTE DES AVANCES consenties à François, Jean et Claude BÉRANGER, vignerons du domaine appartenant à Reine GARNIER (veuve de Me Charles Vacher) et Emée FORNERET, veuve de Jean Garnier écuyer secrétaire du Roy (1738-77). MANUSCRIT de 36 pages de texte et 13 ff. blancs in-folio, broché sous couv. en parchemin, préservé dans une boite de papier marbré moderne.

1000/1200

Remarquable document sur les comptes du domaine de Pommard (de 1738 à 1777) dont les vignes étaient cultivées par la famille Béranger. Détail sur les récoltes des différentes années, les acquéreurs, les salaires des vendangeurs, les transports, les tonneaux, la milice, etc.

  1. Comptes des années 1761-64 (avec Claude Béranger) pour les ventes de vin des années 1761, 1762, 1763, 1764 (la queue de l’année 1764 est vendue 310 livres, celle de 1761, 63 livres) ; 4 pp.

  2. Compte daté de 1771 entre Reine Garnier et la veuve Béranger (après la mort de Claude Béranger) ; 2 pp.

  3. Vente en 1820 concernant une maison à PULIGNY et 141 ouvrées sur le finage de Puligny dont 42 ouvrées de noirien aux lieux-dits Bienvenues (300 frs l’ouvrée), Chagniots (250 frs l’ouvrée), Combettes (280 frs), Charmes (200 frs). Les autres ouvrées sont toutes plantées en gamay (100 à 130 frs. l’ouvrée). On remarquera que le finage de Puligny était entièrement planté en rouge.


297. [SAVIGNY-LES-BEAUNE.] Plan des vignes de la Ci-devant Seigneurie de Savigny (les-Beaune.) Cotte 11.6 de l’inventaire de 1789.

Plan original dessiné sur papier fort et rehaussé de lavis, en deux parties accolées (58 x 100 cm. et 36 x 50 cm.), pliée et montée sur onglet dans un volume petit in-folio, vélin ivoire moderne, rubans fermoir.

400/500

Précieuse carte montrant les lots de vignes des lieux-dits suivants :

1er plan : Les pointes, Les hauts Liards, Les bas Liards, Les Chanoines, Les choux, Les serpantieres, pampoulione, Les guettes. Le second plan est séparé du premier par le Chemin de Savigny à Beaune, il concerne les lieux-dits suivants : Montagne de Monbatois, les Jarons, les Rouurette, Narbanton, les Moulin moine.

Le nom du propriétaire et le nombre d’ouvrées possédées sont indiqués pour chaque lot. Historiquement, ce plan est d’autant plus intéressant que la plupart des vignes citées correspondent aujourd’hui à des clos préstigieux.

Mouillure.


298. [TOPOGRAPHIE.] Livre servant D’instruction pour la géométrie et arpentage apartenant a Pierre Vienot.

MANUSCRIT, s.d. (fin XVIIIe – début XIXe) ; in-4, basane brune ornée de l’époque.

300/400

1 f., 207 pp. (119 à 130, 186 à 192 et 198 à 206 blanches), 18 pp. n. ch., 5 ff. insérés et 10 ff. (dont 3 blancs) à la suite.

Précieux manuel de topographie vigneronne. La première partie de ce manuel d’arpentage donne la conversion des principales mesures de vignes bourguignones (petit et grand journal de Bourgogne, ouvrée, arpent coutumier et royal…) en perches, toises, pieds mais aussi les volumes “ pour réduire en toises cubes des terres que l’on voudrais faire enlever pour construire une cave… ” La seconde partie est un cours de géométrie plane, abondamment illustré de figures enluminées à l’aquarelle grise donnant les méthodes de calcul des aires et des élévations, et la façon de les reporter sur un plan à l’échelle (manière de toiser les routes, les puits, les batimens…) La troisième partie donne des exemples de relevés sur 22 vignes à Puligny, Auxey et Meursaut. Chaque parcelle est représentée d’une figure enluminée à l’aquarelle verte et l’auteur donne le nom du propriétaire, du finage, les cotes et la superficie. La fin de l’ouvrage est un glossaire suivi d’une table des matières. Les 10 ff. de plus petit format reliés à la suite sont des extraits de la Coutume de Paris. Les ff. insérés dans l’ouvrage sont diverses notes complémentaires.

Mince éraflure au 2e plat de la reliure.


Bibliographies citées dans ce catalogue :


Begat Notice sur l'Imprimerie à Nevers. Nevers 1864

Bizarre n°4. avril 1956.

Bourde. Agronomie et agronomes en France au XVIIIe siècle. 1967.

Brunet. Manuel du libraire et de l’amateur de livres. 5e édition. 1860-1880.

Carnoy. Massillon Rouvet. 1902.

Catalogue, Vente Château d’Ancy le Franc. 1981.

Catalogue de la Bibliothèque nivernaise du Docteur Y. Dupont. 1988.

Catalogue de Livres de la Bibliothèque d'un amateur franc-comtois, Bruno Monnier.

Catalogue des livres… composant la bibliothèque de M. Grangier de la Marinière. 1883

Catalogue méthodique du Fonds Morlon. 1925.

Clouzot. Guide du bibliophile français. 1953.

Conlon. Le siècle des lumières. 1983-2006.

Dantès. La Franche-Comté littéraire, scientifique et artistique. 1879.

Dayrat. Les botanistes et la flore de France. 2003.

De Backer. Bibliothèque des écrivains de la Compagnie de Jésus. 1853 – 1861.

Dugenne (Paul-Camille). Dictionnaire biographique, généal. et historique de l'Yonne. 1997.

Dupin. Profession d’avocat. 1832

Goujet. bibliothèque françoise ou histoire de la littérature françoise. 1741 à 1756 ; 18 vol.

Gouron et Terrin. Bibliographie des coutumes de France. 1975.

Guéneau. Dictionnaire biographique du Nivernais. 1899

Hauréau (J.-B.) Histoire littéraire du Maine. 1843.

Carrier (Hubert). Les Mazarinades. 1991.

Janin (Clément). Imprimeurs de la Côte d'Or. 1883.

Kleinclausz. Histoire de Bourgogne. 1909

Lachèvre (Frédéric.) Bibliographie des recueils collectifs de poésie. Paris 1903. in-4.

Lever. La fiction narrative en prose au XVIIe siècle. 1976.

Lorenz. Catalogue général de la librairie française. 1867-1945.

Maitron. Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français. 1964-1977.

Ménégault. Martyrologue Littéraire. 1816.

Merland. Répertoire bibliographique des livres imprimés à Lyon. 1989

Michaud. Biographie Universelle. 1811-1857.

Monglond. La France révolutionnaire et impériale. 1976.

Musset-Pathay. Bibliographie agronomique. 1810.

Oberlé. Fastes de Bacchus et de Comus. 1989.

Oberlé. Poètes néo-latins en Europe (XIe – XXe siècles.) 1987.

Papillon. Bibliothèque des auteurs de Bourgogne. 1742.

Pritzel. Thesaurus litteraturae botanicae. 1877.

Prudhommeaux. Icarie et son fondateur Étienne Cabet. 1926.

Quantin et Molard. Catalogue de la bibliothèque d’Auxerre. 1890.

Quirielle (R. de.) Bio-bibliographie des écrivains anciens du Bourbonnais. 1899

Raffin (Léonce). Saint-Julien de Balleure, historien bourguignon.1926.

Renouard.Imprimeurs et libraires parisiens du XVIe s. 1964.

Rodet Paul. Les médecins à Pougues. 1887.

Simon. Bibliotheca gastronomica. 1953

Surugue. Le Nivernais et la Nièvre, 1926.

Talvart et Place. Bibliographie des auteurs modernes de langue français. 1928-76.

Thiebaud. Bibliographie de la chasse. 1934.

Thieme. Bibliographie de la littérature française de 1800 à 1930. 1933.

Thomas (Edmond). Voix d’en Bas, la poésie ouvrière du XIXe siècle. Maspéro 1978.

Van Bever. Les poètes du terroir. sd (v.1910)

Vicaire. Manuel de l’amateur de livres du XIXe siècle. 1894-1910.